LES BLOGUES

Thomas Vinterberg fait un retour fracassant avec son film <i>La Chasse!</i>

24/05/2013 11:38 EDT | Actualisé 24/07/2013 05:12 EDT
Courtoisie

Dans ce drame, qui fut très controversé à Cannes en 2012, Thomas Vinterberg raconte la descente en enfer d'un homme ordinaire accusé d'abus sexuels. C'est l'enfant qui ment et l'homme innocent qu'on veut abattre. Mads Mikkelsen incarne Lucas, l'instituteur dans la quarantaine qui va subir sous nos yeux la traque haineuse de tout le village. Il nous impressionnera avec sa force et sa dignité d'homme brisé qui ne veut pas céder à la violence.

À Cannes, on donna un prix pour son interprétation à l'acteur Mads Mikkelsen, récompense largement méritée, mais le film ne fit pas l'unanimité, car il est à la limite du supportable. Le constat est terrible, et le film diaboliquement efficace. Lucas n'est pas un inconnu ni un étranger, c'est son pays, son travail, sa vie entière qui sont menacés face à la vindicte populaire. Le spectateur, qui le sait innocent, ne peut admettre que personne ne vienne au secours de Lucas, et peine à comprendre pourquoi l'accusé s'obstine à ne pas réagir.

Thomas Vinterberg est très habile et son récit est crédible. Nous savons que Lucas est innocent et que Klara a menti parce qu'il ne s'intéressait pas assez à elle. Et lorsqu'elle finit par avouer son mensonge, personne ne la croit. Tout se passe entre parents et amis de longue date, il n'y a pas d'enquête, et le village entier condamne Lucas.

La Chasse restera sans aucun doute dans la filmographie de Vinterberg comme une œuvre dominante.

Le réalisateur

Thomas Vinterberg est né à Copenhague en 1969. Après avoir été le plus jeune élève de l'École Nationale du Danemark, il signe en 1993 un court-métrage de fin d'études qui sera nommé aux Oscars l'année suivante.

C'est en 1995 que la carrière du jeune prodige prend son essor. Avec son ami Lars Von Trier, il fonde le mouvement Dogme95 et en rédige la charte qui impose, entre autres, que les films ne soient pas signés. En 1997, il accède à la renommée internationale avec Festen, qui relate une tragique réunion de famille. Le film ne porte pas le nom de son réalisateur, mais il recevra le Prix spécial du jury à Cannes en 1998.

En 2012 à Cannes, Thomas disait dans une entrevue que La Chasse était l'antithèse de Festen et que l'idée lui en avait été donnée par un psychologue qui lui avait remis une série de documents sur la pédophilie en le prévenant que ce qu'il allait lire agirait sur sa pensée comme un virus.

Après Festen, Thomas a attendu huit ans pour prendre connaissance de ces textes et il a rappelé le psychologue immédiatement, car il avait trouvé ces textes passionnants.


Le tournage

À propos de la scène où Lucas va à la messe et se retrouve face à une assemblée qui le déteste, Thomas Vinterberg dit: « Mads a pleuré toute la journée, et pour chaque prise, exactement de la même façon, je n'ai jamais rien vu d'aussi professionnel. La scène était préparée avec précision, mais on l'a tournée sous plusieurs angles différents et le personnage devait chaque fois passer par différentes étapes - détermination, effondrement, colère, soulagement. Il a pleuré pendant 8h. Peu d'acteurs en sont capables. Mads Mikkelsen a prouvé là son dévouement total pour ses rôles et son immense talent. »

Si vous voulez voir le grand film d'un réalisateur génial, avec un acteur sublime, allez voir La Chasse.

VOIR SUR LE HUFFPOST

Cinéma: les films à l'affiche, semaine du 24 mai 2013