LES BLOGUES

Le web-trash et la prostitution

09/12/2013 11:47 EST | Actualisé 08/02/2014 05:12 EST

Cette semaine je donnais une entrevue à Mike Tremblay à propos du Far Web, web trash ou appelez ça comme vous voudrez. L'entrevue est en ligne sur son site. Il me demandait comment on pourrait faire cesser ça. Question difficile. Je suis en effet aux prises avec une colonie de calomnieux depuis des années. Ça fesse fort. Ça déstabilise. Ça affecte le couple. Ça coûte cher de psy, d'avocat et de temps de travail perdu et improductif. C'est une plaie.

Je suis toujours la victime de ces énergumènes et je connais personnellement plusieurs de leurs victimes. D'ailleurs, il y a quelques semaines, le père de l'une des victimes m'a téléphoné ne sachant que faire. Nous avons longuement discuté pour que je lui offre des pistes de solutions. Malheureusement, chaque piste de solution coûte un bras et une jambe, sans parler de l'impact émotif sur la victime, son entourage immédiat et élargi, de même que sur le travail et la vie de tous les jours de chacun d'eux. Le premier réflexe de la victime est de développer de l'agressivité et de la diriger contre tout et n'importe quoi. Cette agressivité est le couvert qu'on met inconsciemment sur la tristesse qui est plus profonde et de laquelle on se protège. Après beaucoup de psychothérapie et de dialogue, on se rend compte de ça. Ça aide. Mais ça fait mal en tabarnak. J'ai eu de nombreux appels en pleurs de personnalités très connues qui sont victimes de ces attaques vicieuses et répétitives. Lorsque je leur demande s'ils sont capables d'en témoigner, elles disent que c'est trop douloureux et préfèrent panser leurs plaies en privé. On appelle ça la rançon de la gloire et elle est très chèrement payée.

Mais comment enrayer le web trash?

C'est alors que j'ai songé à la prostitution. Tout comme la méchanceté gratuite, la calomnie et l'injure, c'est vieux comme le monde. Et tout comme la prostitution, ça paye et ça fonctionne avec un système. Il y a le pimp, la pute et le client. Pour le web trash, des fois la pute aux contenus douteux est elle-même son pimp. D'autres fois. comme récemment avec la plate-forme trouble.voir.ca du Journal Le Voir, les putes à calomnie se trouvent un pimp. Il faut donc légaliser la calomnie, l'insulte, le mépris, ou légiférer et se dire collectivement que ça n'a pas de criss de bon sens. Mais vous me direz le droit civil gère déjà ça? Je vous répondrai que pour avoir passé par là, ça coûte la peau des fesses et que lorsque la pute a un pimp corporatif, c'est le pimp et/ou son assurance responsabilité qui ramasse le bill, tandis que la victime elle est laissée pour contre et doit payer plusieurs milliers, voire dizaines de milliers de dollars.

Je vous dirai aussi que nous sommes tous égaux devant la loi, sauf en droit de la diffamation. La personne connue a moins de protection que le quidam. Elle est réputée avoir l'épiderme plus épais. Pour le doit criminel, hormis le fait que la police n'est vraiment pas formée et équipée pour traiter ce genre de dossier, la différence entre un contenu extrêmement outrancier et de mauvais goût et du harcèlement criminel ou de la littérature haineuse, est empreint d'une très grande subjectivité. Ton dossier a besoin d'être vraiment béton et la victime, très forte de caractère, pour que, peut-être, la police daigne prendre le dossier. À moins que la prostituée à contenu trash ait fait l'erreur de menacer physiquement directement, les allusions ne seront pas prises en compte. Les «On se met toute la gang pour aller faire chier un tel sur son mur Facebook, sur Twitter ou sur son site» ne seront malheureusement pas pris en compte. Les incitations à fesser du fif, si elles sont enrobées d'un pseudo-humour, même si des gais sont sauvagement battus par des clients de ces putes, la relation de cause à effet peut être difficilement démontrable.

En outre, de varger sur la personne connue, ça attire les foules de clients demeurés. Ils aiment ça qu'on fesse sur des idoles. Ils n'avaient qu'à rester des inconnus s'ils ne pouvaient prendre la pression, peut-on lire.

Les solutions potentielles restent donc de s'attaquer aux putes autoéditées, aux pimps, ou encore aux clients. De surcroit, il n'est pas non plus inutile de rappeler que des campagnes sociétales (comme pour la prostitution), peuvent certainement aider. Je souligne aussi que plusieurs efforts ont été et sont fait pour la cyberintimidation qui touche les jeunes (notamment par la Fondation Jasmin Roy), mais pour le cyberharcèlement, qui lui touche les adultes, c'est le néant total.

C'est pourquoi je jongle avec l'idée de créer une fondation qui aurait justement pour but d'attaquer ce problème et de fournir des ressources aux très nombreuses victimes de cyberharcèlement, dont on ne parle pratiquement jamais...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Cybercrime: les 20 villes les plus à risques au pays

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.