LES BLOGUES

Hydro-Québec et la fibre optique, la bonne « mauvaise approche » du gouvernement

Il me semble évident qu’Hydro-Québec ne pourrait et ne devrait certainement pas compromettre la sécurité de son réseau de fibres optiques qui est utilisé afin de garantir l’efficacité du transport d’électricité aux Québécois.

16/10/2017 14:43 EDT | Actualisé 16/10/2017 14:43 EDT
LightRocket via Getty Images
Selon moi, une approche plus productive serait de mandater Hydro-Québec pour analyser les aspects techniques, légaux, réglementaires, opérationnels et sécuritaires de l’installation d’une « nouvelle fibre noire» à la grandeur du Québec habité, incluant les grands centres.

Une excellente nouvelle nous vient du gouvernement libéral du Québec à propos de la haute vitesse. En effet, selon La Presse:

Hydro-Québec étudiera la possibilité d'utiliser ses surplus de fibre optique pour aider les régions éloignées à améliorer leurs services de télécommunications.

La ministre de l'Économie, Dominique Anglade, et le directeur général de la société d'État, Éric Martel, ont annoncé mardi la tenue de cette étude, qui devrait être complétée d'ici la fin de l'année.

Plus spécifiquement, selon Direction informatique, l'étude:

vise à analyser les aspects techniques, légaux, réglementaires, opérationnels et sécuritaires de la potentielle utilisation la fibre optique excédentaire que Hydro-Québec n'utilise pas.

Alors, pourquoi est-ce la mauvaise approche? Parce qu'il me semble évident qu'Hydro-Québec ne pourrait et ne devrait certainement pas compromettre la sécurité de son réseau de fibres optiques qui est utilisé afin de garantir l'efficacité du transport d'électricité aux Québécois. Peut-être arrivera-t-elle à la conclusion que ses fibres excédentaires peuvent être utilisées, ce qui est déjà une bonne nouvelle. Mais j'estime que les besoins en fibre optique et en service internet haute vitesse du Québec risquent d'être pas mal plus importants que cette fibre excédentaire. Aussi, les coupures de presse parlent d'aider « les régions éloignées ». Il m'apparaît dans ce cas que la Beauce n'est pas une région éloignée. D'ailleurs, ma propre municipalité, Chertsey, qui n'est qu'à 100 km de Montréal, a les mêmes problématiques que les régions « dites éloignées » et qu'elle ne sera pas dans les secteurs priorisés par l'étude d'Hydro-Québec. D'ailleurs, pour revenir à la Beauce, dans un article de LaTerre on pouvait lire :

« Une catastrophe totale »

Frédéric Marcoux n'y va pas par quatre chemins. À ses yeux, les infrastructures technologiques pour Internet haute vitesse, la téléphonie cellulaire et même le réseau de distribution d'électricité sont déficientes.

« C'est une catastrophe totale », affirme le président du Syndicat de l'UPA de la Nouvelle-Beauce au sujet du réseau électrique. En assemblée générale annuelle récemment, le producteur de lait de Sainte-Marguerite a fait de l'accès à ces trois services la priorité du plan d'action de son organisation pour la prochaine année.

En ce qui concerne Internet haute vitesse et la téléphonie cellulaire, Frédéric Marcoux estime que le service est très inégal. En Nouvelle-Beauce, explique-t-il, le relief vallonné fait en sorte que ceux qui peuvent apercevoir le mont Radar de Saint-Sylvestre sont en mesure de profiter d'un branchement aux micro-ondes. Les autres doivent se contenter de la bonne vieille ligne téléphonique.

« Avec la robotique et tous les systèmes connectés, le GPS pour les semences en grandes cultures, il y en a qui ont besoin de ça », affirme-t-il.

Une approche plus productive

Selon moi, une approche plus productive serait de mandater Hydro-Québec pour analyser les aspects techniques, légaux, réglementaires, opérationnels et sécuritaires de l'installation d'une « nouvelle fibre noire» à la grandeur du Québec habité, incluant les grands centres. À cette étude, il faudrait ajouter les aspects techniques, légaux, réglementaires, opérationnels et sécuritaires de l'utilisation des poteaux d'Hydro Québec pour que les fournisseurs locaux puissent brancher les clients pour « le dernier mile ». C'est l'un des problèmes majeurs que vivent TOUTES les entreprises fournisseurs d'internet. Ils doivent passer par les poteaux de Bell Canada/Hydro-Québec et Bell ne cesse d'inventer des critères, écueils et délais administratifs les empêchant de réaliser les projets de branchements qu'ils pourraient avoir pour les régions. Bien des histoires d'horreurs sont reliées à ces embuches. Comme Hydro-Québec se rend déjà dans chaque résidence du Québec, cette analyse pourrait faciliter grandement les futurs projets de fibre optique au Québec. Par ailleurs (et je ne suis pas avocate) le CRTC légifère « le transport de données ». Mais si Hydro-Québec installait la fibre optique elle-même à la grandeur du Québec et laissait « le marché » se battre par la suite aux deux bouts de la fibre, pour offrir les services internet, téléphonie et câbles, serait-elle celle qui effectue « le transport des données » ?

Aussi, dans plusieurs municipalités, il existe déjà de la fibre optique inutilisée qui se termine dans les écoles et aux diverses mairies des MRC. Plusieurs de ces fibres optiques qui ont déjà été implantées à grands coûts il y a 15 ans, sont inutilisées. Or, des ententes de location de ces fibres ont été faites à plusieurs petits joueurs dans l'éventualité qu'un jour, ils la développent. Malheureusement, pratiquement rien n'a été développé et ces fibres qui pourraient être utilisés, ne le sont pas et ne peuvent l'être à cause de l'imbroglio monumental de ces contrats de location qui ne servent encore à rien sauf, à stopper l'évolution de nos réseaux ruraux...

Le mandat que j'aurai confié à Hydro aurait donc été pas mal plus large que celui qui a déjà été donné...

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost