LES BLOGUES

Mon homélie contre l'homophobie

18/05/2014 09:02 EDT | Actualisé 18/07/2014 05:12 EDT

Voici le texte que je lirai ce dimanche 18 mai 2014, en l'église Saint-Pierre-Apôtre à Montréal

Je suis profondément touchée de venir vous faire une homélie aujourd'hui. On me demande de vous parler d'homophobie. Un sujet triste, lourd, que je vis comme un poids depuis ma transition d'homme à femme.

J'ai été servant de messe et jeunesse du monde, mouvement missionnariat pour les jeunes. Enfant, je voulais devenir prêtre. J'étais très attirée par la soutane disons. J'ai fait mes études avec les pères du St-Sacrement. Puis ma mère divorça de mon père qui était gai. Nous n'étions donc plus les bienvenus à l'église qui m'a vu grandir, où j'ai été servant de messe et où je fis ma première communion. J'adorais sonner les clochettes lors de l'eucharistie. Faut croire que ce réflexe de sonner les clochettes m'est restée.

Je me souviens aussi de mon coach de baseball pee-wee, père de l'un de mes chums qui était joueur de notre équipe. Notre saison s'arrêta parce qu'il venait de se tirer à coup de 12 en surprenant sa femme au lit avec notre vicaire. Le vicaire de la même église qui ne voulait plus de notre famille. J'ai donc développé une relation disons, conflictuelle avec l'église.

Mais j'ai toujours été fascinée par la religion, ou devrais-je dire plutôt, la spiritualité. J'ai même entrepris des études en anthropologie et je m'intéressais aux phénomènes de transe de possession et de transe chamanistique. C'est vous dire un peu l'intérêt que j'ai toujours eu pour cette quête du mystique, de l'au-delà et de la spiritualité.

Puis les années ont passé et je ne revenais à l'église que sporadiquement, pour un enterrement, ou pour la messe de minuit. C'est le seul endroit où je peux chanter et que personne n'ose me dire de me fermer la gueule parce que je fausse terriblement.

Mais pour revenir à l'homophobie, j'ai fait une recherche sur le web avec les mots-clés gai, et transsexuel avec les mots christianisme et bible et ce que j'y lis ne me remonte pas le moral. L'homophobie associée aux textes qu'on présente de ces recherches me saute au visage. Pourtant, à ce que je sache, Sainte Marie était la mère porteuse du St-Esprit. Le Christ lui-même avait deux papas et trois parrains. Et c'est bien St-Paul qui rapportant les paroles du Christ disait : « Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi dans le Christ Jésus. Vous tous, en effet, qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ. Il n'y a plus ni Juif ni Grec ; il n'y a plus ni esclave ni homme libre ; il n'y a plus ni homme ni femme : car vous n'êtes tous qu'une personne dans le Christ Jésus. »

D'ailleurs, je viens vous parler aujourd'hui à titre de lesbienne. Parce qu'à titre de transsexuelle, en plus de ne pas exister dans l'église, je n'existe pas non plus devant les chartes des droits et libertés du Québec ou du Canada. Je n'existe pas non plus dans le droit criminel. Ce serait pourtant un peu pratique. Surtout qu'en trois ans, j'ai déposé six plaintes criminelles pour harcèlement ou menaces de mort, la dernière en date étant cette semaine. Disons que si je me fais tirer en sortant de l'église aujourd'hui, j'aurais bien aimé que le « suspect » (d'habitude lorsque je parle de mes agresseurs j'utilise des mots d'église) soit poursuivi pour crime haineux. Mais comme vous le savez sans doute, la loi C-279 dort toujours au Sénat. Le gouvernement est donc aussi comme l'église. Plein de bonnes intentions. Mais dans les faits, l'acceptation de la différence n'est peut-être pas pour demain.

J'aurais aimé pouvoir jaser avec mon curé et lui confier mes tourments d'être rejetée. Je parle plutôt à mon psy. Je travaille très très fort, comme me l'a enseigné le Christ, à tendre l'autre joue et à aimer mon prochain. Même celui qui me menace de mort. C'est une méchante quête morale. Je travaille aussi à me débarrasser de cette agressivité qui est le couvert de ma profonde tristesse dont je me protège. Comme St-François d'Assise, je trouve du réconfort auprès de ma chienne, d'un coucher de soleil, du chant d'un oiseau ou de la force tranquille d'un arbre. Si les représentants de Dieu ne sont pas là pour moi, au moins sa création elle, est d'une très grande source de réconfort.

Je n'ai pas peur de la mort. J'en suis curieuse. Je suis convaincue que de l'autre côté, les anges m'accueilleront les bras ouverts. Eux non plus ne sont ni hommes, ni femmes. C'est d'ailleurs pourquoi le nom des anges est unisexe. Et je me prénomme Michelle.

Je remercie chaleureusement l'église St-Pierre de s'ouvrir aux différents et aux mal-aimés et ainsi de réellement mettre en pratique la parole de dieu qui est reflété dans les écrits de St-Paul

Paul déclare dans Ga 5,14: « La loi tout entière trouve sa plénitude dans la parole suivante: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

P.-S.: J'ajouterai en terminant, que l'amour de ma vie que je nomme en public, Bibitte Électrique pour la protéger, a su m'aimer avant, pendant et après cette transformation qui a fait de moi cette femme qui est devant vous. Elle n'est pas croyante selon les préceptes de l'église. Par contre, si il existe un exemple de l'amour vrai, de l'abnégation et de l'ouverture à l'autre dans toutes ses imperfections que prêchait le Christ, c'est bien celui de cette femme qui est toujours à mes côtés et avec qui j'ai récemment fêté nos 20 ans de vie commune. Nous vivons sans doute dans le péché, mais à la grâce de Dieu, je prie pour continuer de vivre ce péché jusqu'à ma mort...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les pays qui ont dit oui

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?