LES BLOGUES

Les affaires sont les affaires, sauf que...

22/08/2014 03:16 EDT | Actualisé 22/10/2014 05:12 EDT

Lorsque je voulais faire de la pizza avec une pâte cuite à la perfection, j'ai trouvé L'invention révolutionnaire qui a finalement réussi à la cuire comme je le voulais. Il s'agit de la Baking Steel. J'ai trouvé ce site sur Google avec je ne me souviens plus quelle requête. Depuis, je ne jure que par elle et chaque fois que je fais une pizza, je suis fière d'en parler à mes convives et à mes amis.

J'expérimente et je raffine tranquillement mon art de pizza-woman et je partage avec fierté mes créations.

pizza

Pizza tomates, herbes, roquette de mon jardin, mozzarella fraîche sopressata et champignons marinés

Cette photo de l'une de mes pizzas que j'ai partagée sur mes présences médias sociaux a eu des résultats d'interaction au-dessus de la moyenne. Comme les gens veulent savoir comment je l'ai réussi, je partage ma trouvaille de la Baking Steel et même dans ce billet, vous trouvez un hyperlien vers leur site web. Je ne connais personne chez cette entreprise, Ils ne me connaissent pas (encore) et pourtant, je leur fais une pub du tonnerre, simplement parce que j'aime beaucoup leur produit. De plus, leur site est affublé d'un blogue avec des recettes intéressantes. Ça aide à garder le contact et à sortir comme une balle dans Google, disons.

Cette semaine, je reçois le téléphone d'une cliente que j'apprécie beaucoup. Elle m'informe qu'elle quitte son emploi actuel pour une très grosse organisation dans un autre secteur d'activité. Elle me dit aussi qu'une fois bien installé, comme cette organisation est plutôt débutante en médias sociaux, elle se fera un plaisir de m'engager comme consultante pour effectuer le virage média social nécessaire chez son nouvel employeur. Comme mon mandat avec son organisation précédente continuera malgré son départ, ça me fera un nouveau client d'envergure pour qui travailler.

D'autres très hauts dirigeants avec qui j'ai travaillé et avec qui je travaille encore, m'ont parlé de leur mort prochaine, de la maladie ou de la mort de l'un de leurs proches, de problèmes psychologiques de leur enfant, de l'inefficacité de certains des membres de leur personnel ou de tout autre enjeu ou drames qui n'ont absolument rien à voir avec ma pratique. Je les écoute, les conseille, je partage mes réflexions et je suis attentive à leurs confidences.

Tous les exemples dont je vous parle dans ce billet sont des exemples de business qui dans le fond ont peu à voir avec la business et énormément à voir avec l'humain. Que ce soit pour un produit ou un service, l'humain et l'émotion arrivent rapidement dans le portrait. C'est aussi souvent ce qui fait la différence dans les choix futurs d'achat ou de renouvèlement ou d'octroi de mandat. C'est de l'intangible. Ça se mesure très difficilement. Ça va bien au-delà de ce qui est demandé ou de ce qui est requis et c'est pourtant l'un des ingrédients essentiels de la réussite en affaire.

Ces mêmes dirigeants (dont je vous parle plus haut) blaguent souvent avec moi (j'adore taquiner), me demandent des nouvelles de ma chienne Charlotte, de mes rénos ou de tout autre sujet qui n'ont strictement rien à voir avec la business. Je fais exactement la même chose avec eux. Ça s'appelle « de la relation humaine » et ça fait aussi partie intégrante des mes lignes éditoriales médias sociaux.

Quelqu'un qui est tout le temps sérieux est plate et quelqu'un qui déconne tout le temps est con. La conversation est un savant mélange d'infos pratiques, pertinentes et de déconnage et d'humanité. (Encore une petite mise au point ici pour les ignares qui disent « Michelle Blanc dit n'importe quoi sur les médias sociaux, elle parle même de son chien », ce à quoi l'un de mes nouveaux collaborateurs répondit, alors tu sais qu'elle a un chien, donc tu la suis, donc sa stratégie doit être un petit peu efficace pour que tu m'en parles aujourd'hui? :-) )

D'ailleurs cette intangibilité se traduit simplement par la « conversation ». C'est aussi cette conversation que l'on retrouve sur les médias sociaux. C'est souvent la conversation qui fait qu'on écoute quelqu'un ou que simplement on change d'endroit pour écouter quelqu'un d'autre dans un cocktail. Dans ce même cocktail, ce n'est pas parce qu'on écoute une conversation qu'on va nécessairement donner un mandat ou acheter quelque chose de quelqu'un. Ça prend d'abord de toute évidence un besoin. Par contre, si la conversation a été plaisante, enrichissante ou divertissante, lorsqu'un besoin se présentera, c'est probablement à celui qui tenait la conversation qu'on songera.

Les affaires sont les affaires et le resteront sans doute toujours. Mais dans les affaires (comme sur les médias sociaux), la dimension humaine est fondamentale, intangible et difficilement mesurable, mais elle fera très souvent la différence entre un succès et un échec...

Par ailleurs, parlant de pertinence et de déconnage

Hier j'ai été sur le cul d'apprendre que la prestigieuse revue américaine Search Engine Journal a choisi mon humble blogue comme l'un des 10 meilleurs blogues marketing au Canada. Disons que ça a fait ma journée, que ça me touche beaucoup et que ce n'est pas l'un de ces concours dont on présente soi-même sa candidature et pour lesquels les juges sont nos chums des autres agences. Je n'avais aucune idée de ces SEOlympics.

De plus, ça devrait fermer la gueule à une couple de mes détracteurs pour une couple d'heures :-)

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

L'évolution de Facebook sur 10 ans

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?