LES BLOGUES

Dollarama nous bombarde de bonnes nouvelles

21/09/2015 10:10 EDT | Actualisé 21/09/2016 05:12 EDT

Depuis quelques années, plusieurs entreprises du secteur du commerce de détail disparaissent ou connaissent des difficultés financières menant à des fermetures de magasins et à des mises à pied. Différentes sphères d'activité sont touchées comme les vêtements, les fournitures de tout genre et les appareils électroniques. Les entreprises Jacob, Zellers et RadioShack en sont quelques exemples.

Malgré cet environnement plus difficile, Dollarama fait belle figure. La semaine dernière, elle a publié d'excellents résultats financiers trimestriels. En effet, la compagnie a enregistré une croissance à tous les niveaux: les ventes, les profits, la marge bénéficiaire et le montant moyen dépensé par transaction. Avec près de 1 000 établissements dans son réseau, Dollarama prévoit ajouter 400 magasins au cours des 7 prochaines années. D'après la direction, le marché pour ce type de magasin au Canada demeure sous-exploité avec un magasin pour 25 000 personnes comparativement à un ratio d'un magasin pour 12 000 personnes aux États-Unis.

Une formule gagnante

Dans un contexte où les consommateurs canadiens recherchent davantage de rabais étant donné la récente crise financière et leur niveau d'endettement élevé, Dollarama est en excellente position pour offrir d'autres bonnes nouvelles et, par le fait même, pour maintenir la croissance de ses métriques financières. Grâce à sa réputation, à ses bas prix et à un inventaire d'environ 4 000 items, Dollarama est un incontournable. Selon Environics Communications, 40% des mamans magasinent au moins une fois par mois dans un Dollarama.

100 $, une zone à surveiller

Depuis son entrée en bourse, en octobre 2009, l'action de Dollarama (DOL.TO) a été l'un des meilleurs investissements sur le marché boursier canadien. Pour la dernière année seulement, elle a procuré un rendement de plus de 85%. Actuellement, l'action se transige sous la barre des 90 $. Une question s'impose: malgré son potentiel de croissance, est-ce que l'action peut soutenir son momentum haussier?

Dans mon récent billet (Acheter une action de Bombardier ou un item chez Dollarama), il était question de l'utilisation du concept de chiffre rond pour l'établissement d'une transaction d'achat pour un titre en perte de vitesse, comme Bombardier. Dans le cas de Dollarama, la notion de chiffre rond s'avère également utile afin de déterminer un prix cible à la hausse.

Dans le monde du trading, le niveau de 100 $ suscite beaucoup d'intérêt. Il est reconnu que cette zone joue un rôle d'aimant pour les titres se transigeant tout juste sous cette barrière psychologique. Pour ces titres, les personnes désireuses de vendre ont tendance à attendre patiemment la zone du 100 $, créant ainsi moins de résistance à la hausse. Étant donné que 100 $ est un chiffre rond, elles le perçoivent comme un point de référence pour une prise de profits.

Pour valider ce principe d'attraction, entre 2002 et 2006, Miller a étudié le comportement boursier de 93 titres qui répondaient à des critères de qualité (ex.: la croissance du bénéfice par action) et dont le cours de l'action traversait à la hausse le niveau de 90 $. Dans 79% des cas, l'action atteignait 100 $.

Après avoir gagné 7% à la suite de la publication de ses résultats financiers le 10 septembre 2015, l'action de Dollarama oscille entre 84 $ et 89 $. Comme les titres sélectionnés pour l'étude de Miller, Dollarama est une compagnie de qualité et, par conséquent, les probabilités sont excellentes de voir l'action se diriger vers la zone de 100 $, advenant une accélération au-dessus de 90 $.

Sources

• Rebecca Harris, Why Dollarama Poses Threat to Grocers, Big Box Retailers, Marketing Mag, 23 juin 2014.

• Richard W. Miller, Trading Patterns For Stocks of Fundamentally Sound Companies: The $90 to $100 Trading Range, CANSLIM.net, janvier 2007.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le dollar canadien depuis 1825

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter