LES BLOGUES

Un Noël d'amour

18/12/2016 08:22 EST | Actualisé 18/12/2016 08:22 EST

Les réjouissances du temps des Fêtes sont arrivées ! Le magasinage des cadeaux, la visite au père Noël, les visites chez la famille, les partys dans la famille élargie, les cousins, les cousines, tantes, oncles, grand-papa, grand-maman. On aime le temps des Fêtes !

Pour une personne autiste, ces festivités bruyantes peuvent être très anxiogènes. Stimulations intenses, socialisation soutenue, obligations et convenances sociales incompréhensibles, euphorie généralisée. Trop de bruits, trop de discussions, trop de monde, trop d'odeurs, trop de lumières qui clignotent, trop, trop, trop de tout ! C'en est trop !

Dans le respect de tout un chacun, il est possible qu'autistes et non-autistes passent un heureux temps des Fêtes. Nous pouvons tous faire un bout de chemin pour se rejoindre. Posez des questions à votre enfant s'il est en âge de communiquer. Demandez-lui quel serait un beau Noël pour lui. Si vous êtes autiste, parlez à votre conjoint et votre famille proche. Dites-leur comment vous voyez le temps des Fêtes.

Presque tous les parents attendent avec impatience d'amener leur enfant voir le père Noël ! Un moment fébrile. On s'attend à ce que l'enfant soit emballé de faire la rencontre avec ce gentil monsieur barbu, grimpe sur ses genoux et lui défile sa liste de souhaits pour Noël. Pour un enfant autiste, c'est parfois différent. Il en a peur, il ne veut pas s'asseoir sur lui, il ne comprend pas le sens de cette mascarade. Après avoir observé les décorations de Noël en détail, il préfère aller voir les poissons à l'animalerie juste à côté. Là-bas, il pourrait passer des heures si on ne l'arrêtait pas. Il est heureux. Inutile de faire des pieds et des mains pour prendre une photo avec le père Noël afin qu'il soit comme les autres.

Si des rencontres familiales sont au programme, il ne faut pas hésiter à informer notre entourage que nous sommes autistes ou que notre enfant est autiste. Les autistes perçoivent les choses différemment et il ne faut pas prendre comme une offense leurs comportements et attitudes qui ne sont pas toujours conventionnels.

Informez votre entourage que vous n'aimez pas les câlins et accolades. Il est possible de se souhaiter un «Joyeux Noël» et se transmettre toutes nos joies de retrouvailles par la parole. Informez également votre entourage qu'il faudra un certain temps avant que votre petit loup entre dans sa maison et qu'il est inutile d'insister sur un accueil chaleureux. Dirigez petit loup vers une pièce calme le temps qu'il s'habitue à son nouvel environnement peut être grandement apprécié.

Informez mononcle Untel qu'il est possible que votre petite chouette ne lui adresse pas la parole durant la soirée. Comme nous ne nous voyons pas souvent, mononcle Untel est un inconnu. Il faut parfois plusieurs visites avant que votre petite chouette soit suffisamment à l'aise pour entamer quelques mots. Elle n'est pas sauvage ni mal élevée. Il y a beaucoup d'éléments nouveaux et de petits détails à décoder sur des nouveaux visages pour un autiste.

Il n'y a par ailleurs aucune obligation d'habiller notre petit loup en pingouin ou notre petite chouette en princesse digne de ce nom. Oui, grand-maman, nous privilégions le confort avant le bien paraître. Nos petits cœurs sont tout aussi beaux, sinon plus, puisqu'ils sont bien dans leur peau.

Informez matante Ginette que vous allez amener le repas de votre petit loup par précaution. Bien que son repas soit préparé avec amour, petit loup est hypersensible aux textures et il n'aime que certains aliments, préparés par maman. Parfois, manger en retrait ou au bout de la table permet plus d'aisance pour la personne autiste. Il y a moins d'éléments sociaux qui s'agitent, tellement difficiles à décoder.

Si les membres de la famille souhaitent offrir un cadeau, n'hésitez pas à les aviser des intérêts particuliers de votre enfant. Les dinosaures, une simple carte, des autocollants, une petite figurine, un cahier à colorier pourraient combler de joie un enfant autiste. Vous n'aurez peut-être pas de merci ou de sourire, mais il serrera fortement son présent contre lui ou s'empressera de jouer avec à sa manière. Lorsque c'est possible, certains enfants autistes (même adultes !) préfèrent savoir à l'avance quel sera leur cadeau. La surprise augmente grandement le niveau d'anxiété chez les personnes autistes. Savoir à l'avance ne gâche pas la surprise, mais permet à la personne de mieux visualiser la soirée et de mieux prévoir comment réagir. Elle pourra davantage apprécier ce moment présent.

Si possible, éviter que TOUS les gens regardent attentivement, caméra à la main, la personne autiste déballer son cadeau ! Dans la tête de la personne autiste, un flot de questionnements émerge. Quand dois-je déballer le cadeau ? Pourquoi les gens me regardent ? Ils me fixent ? Ils sont impatients ? J'ai encore fait une bourde ? Je vais trop lentement ? Trop rapidement ? Est-ce que je dois regarder encore dans le sac ? Est-ce que je dois lire la carte ? Quel calvaire ! Quelle anxiété généralisée !

Prévoyez avec l'hôtequi reçoit un endroit où la personne autiste pourra se reposer et reprendre ses esprits et son énergie. Une pièce calme et plus sombre. Votre petite chouette pourra y jouer tranquillement et seule, parfois accompagnée d'un adulte qui veut bien jouer avec elle. Il en va de même pour un adulte autiste. Il peut être extrêmement drainant d'être confronté à tous ces stimuli combinés aux multiples interactions sociales. Parfois, le besoin de s'isoler un instant se fait sentir pour se ressourcer.

Et si l'enfant fait une crise, nous pouvons agir avec bienveillance. Inutile de le pointer du doigt ou de le punir. Il n'est pas mal élevé, ni un petit monstre. Il traverse simplement un effondrement émotionnel probablement causé par les stimulations trop nombreuses de la soirée. Il est impossible de tout prévoir. En tant que parents, ne vous sentez pas mal. Prenez un court instant avec votre enfant afin de l'accompagner dans cet effondrement et aidez-le à retrouver son équilibre intérieur.

Puis, n'hésitez pas à partir plus tôt d'un endroit ou carrément refuser quelques invitations. Il est important de respecter les limites des personnes autistes. Ce qui est agréable durant la période de Noël pour la majorité des gens ne l'est pas nécessairement pour les autistes. Cela ne signifie pas que Noël n'est pas synonyme de joie et de plaisir.

Un Noël normal, un Noël parfait, un Noël autrement, un Noël différent.

Simplement un Noël d'amour.

La période de Noël est un moment de paix, de bonheur et d'amour. Un moment de calme, de sérénité où il est bon de passer du temps avec ceux qu'on aime. Le reste importe peu.

Mélanie Ouimet est la fondatrice du mouvement deLa Neurodiversité - L'autisme et les autres formes d'intelligence autistes qui milite en faveur de la reconnaissance positive de l'autisme.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les meilleurs films de Noël à regarder en famille

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter