Mélanie Joly

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Mélanie Joly
 

Oser maintenant pour bâtir le Montréal de demain

Publication: 18/07/2013 15:46

Depuis trop longtemps, Montréal souffre d'une dichotomie entre le Montréal des Montréalais et le Montréal politique. Le premier, associé à nos créateurs, nos entrepreneurs, nos grands chefs, nos familles, nos aînés, nos étudiants. Le deuxième, associé aux arrestations, aux perquisitions, aux chicanes politiques, à l'inefficacité, à la congestion automobile et à la mauvaise qualité de l'air. Il est grand temps d'oser et de sortir de ce paradigme.

Pour Montréal, l'heure n'est pas seulement à faire le grand ménage. Il faut beaucoup plus. Toutes nos décisions doivent avoir pour objectif de bâtir le Montréal des années futures. Dans un monde où la compétition entre villes est féroce, Montréal se doit d'offrir un cadre de vie sain, d'assurer un climat politique stable, de promouvoir intensément sa culture unique afin de stimuler l'économie locale, d'attirer des investissements étrangers et de retenir nos talents. Montréal peut se doter d'une qualité de vie extrêmement bien adaptée à l'échelle humaine et, de ce fait, rayonner sur le plan international. Le Montréal de l'avenir sera ainsi recherché pour sa qualité de vie unique et exceptionnelle.

Pour y arriver, nous présenterons des actions concrètes pour améliorer Montréal, et non de simples idées ou vagues concepts. Ces actions seront inspirées de propositions soumises par les Montréalais ainsi que de projets gagnants de villes telles New York, Bogota, Paris, Calgary... Ces projets et leur mise en œuvre seront présentés clairement à nos concitoyens. En voici quelques exemples:

Contrer la corruption et assurer la qualité de nos infrastructures

Désormais, toutes les informations que la Ville détient seront rendues publiques. Ainsi, vous saurez quels travaux sont effectués sur votre rue et pourquoi ils le sont. Vous serez informés des coûts prévus, des entrepreneurs impliqués et des délais de réalisation. La transparence permettra de contrer la collusion et la corruption. Au moment même où Montréal investit massivement dans ses infrastructures, il faut s'assurer de la pérennité, de la qualité des travaux effectués. Nos appels d'offres devront désormais inclure, entre autres, des critères de performance tant au niveau du design que de l'exécution des travaux. En misant sur ces points, nous hériterons d'infrastructures durables au prix du marché.

Investir massivement en transport collectif

Actuellement, Montréal possède une multitude de plans qui n'incluent aucune action concrète, ni échéancier de réalisation. Il faut améliorer la qualité de l'air à Montréal? Diminuons de 30% nos émissions de gaz à effet de serre. Vraiment? Comment?

Nous investirons massivement en transport en commun et développerons un réseau de système rapide par bus (SRB) à travers l'île de Montréal avec des bus munis de GPS intégrés afin de commander le changement de feux de circulation, des abribus confortables et sécuritaires et des voies réservées sur nos grandes artères. Ce grand projet sera celui de notre génération, un legs à nos enfants. Il sera un emblème de fierté montréalaise, un ralliement de l'Est et l'Ouest de notre ville, une solution au problème de mobilité des Montréalais. Tout au long des lignes du SRB, nous favoriserons le développement de quartiers propices aux familles, dotés d'écoles et de commerces de proximité... L'aménagement sera planifié et non réactif.

Améliorer notre qualité de vie

Chaque projet d'infrastructures sera combiné à un plan de verdissement. Les viaducs, les artères commerciales, les quartiers seront reverdis. La végétation fera partie intégrante des différents projets. La rue Ste-Catherine sera piétonne les fins de semaine et le Silo No5, un grand cinéma urbain. Nous investirons dans les projets soumis par les citoyens et les entrepreneurs sociaux afin d'améliorer nos parcs, diminuer l'exclusion sociale et promouvoir notre culture. Ces mesures donneront une qualité de vie accrue aux concitoyens concernés.

On ne transformera pas Montréal en changeant sa gouvernance, ni en coalisant d'anciens partis politiques. La réponse est simple. Nous unirons les Montréalais autour d'actions qui répondent à leurs besoins. Montréal est au cœur d'un des pires cataclysmes politiques de son histoire. Les scandales qui explosent nous offrent le choix d'oser. D'oser, pour une fois, travailler à construire le Montréal que nous aurons, à notre tour, à léguer aux générations futures.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • Denis Coderre

    Le député fédéral de Bourassa, Denis Coderre, a annoncé officiellement sa candidature à la mairie de Montréal le 16 mai dernier devant l'hôtel de ville, où l'attendait un groupe de manifestants, qui ont fait sentir leur présence lors de son allocution. En conférence de presse, Denis Coderre a déclaré qu'il brigue la mairie de Montréal pour pallier le « manque de leadership flagrant » à la tête de la métropole québécoise à qui il désire rendre sa fierté et ses lettres de noblesse. (Source: Radio-Canada)

  • Marcel Côté

    Marcel Côté, associé principal et co-fondateur de SECOR, a annoncé sa <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/07/03/marcel-cote-devient-candidat-a-la-mairie-de-montreal_n_3539992.html" target="_blank">candidature le 3 juillet 2013</a>. Il a pris la tête d'une coalition, nommée Coalition Montréal, qui inclut Vision Montréal.

  • Mélanie Joly

    Âgée de 34 ans, Mélanie Joly a annoncé sa candidature le 17 juin 2013. Elle affirme vouloir <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/06/17/melanie-joly-se-lance-dans-la-course-a-la-mairie-de-montreal_n_3453826.html" target="_blank">gouverner par coalition</a>, conjointement avec les autres partis. Avocate de formation, elle a pratiqué le droit en litige commercial avant de se joindre au cabinet de relations publiques Cohn & Wolfe, à Montréal. (Source: Radio-Canada)

  • Richard Bergeron

    Le chef de Projet Montréal a confirmé dès le départ du maire Gérald Tremblay qu'il se présentera pour le poste en novembre prochain.

  • Michel Brûlé (Archive 2005)

    L'éditeur des Éditions des Intouchables a confirmé le 4 juillet à <em>La Presse</em> qu'il allait se présenter à titre de <a href="http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201307/04/01-4667480-michel-brule-se-lance-dans-la-course-a-la-mairie.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS1" target="_blank">candidat indépendant</a>. Michel Brûlé est toutefois un personnage controversé. Il a lui-même <a href="http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201012/04/01-4349203-michel-brule-oui-jai-rencontre-des-prostituees.php" target="_blank">admis avoir «rencontré des prostituées»</a>. Une position qu'il a plus tard nuancé en affirmant qu'il n'avait pas nécessairement utilisé leurs services.

  • Louise Harel

    La chef du parti Vision Montréal, Louise Harel, s'est ralliée à la coalition de Marcel Côté le 2 juillet 2013. Elle sera candidate au poste de conseillère de ville dans l'arrondissement de Ville-Marie.

  • Michael Applebaum

    Dès son arrivée à titre de maire intérimaire après le départ de Gérald Tremblay, Michael Applebaum a annoncé qu'il ne serait pas candidat. Michael Applebaum a depuis démissionné du poste de maire intérimaire à la suite de son arrestation par l'UPAC le 17 juin dernier. Il fait face à 14 chefs d'accusation, dont fraude, corruption et abus de confiance.

  • Raymond Bachand

    Des rumeurs ont circulé sur l'ex-candidat à la chefferie du Parti libéral du Québec. Il a toutefois <a href="http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2012/11/20121117-153920.html" target="_blank">nié son intérêt</a> pour diriger la métropole.

  • Michel Labrecque

    Le président de la Société de transport de Montréal <a href="http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201303/21/01-4633197-michel-labrecque-ouvre-la-porte-a-la-mairie.php" target="_blank">a ouvert la porte</a> à une candidature à la mairie de Montréal, avant de finalement se désister. Son mandat à la tête de la STM prendra fin avant les élections de novembre prochain.

  • Michael Fortier

    L'ex-ministre fédéral conservateur et ex-sénateur a souvent été nommé parmi les candidats potentiels. Toutefois, lors d'une conversation avec un éditorialiste de La Presse ce printemps, Michael Fortier a <a href="http://blogues.lapresse.ca/avenirmtl/2013/03/22/normand-legault-a-la-mairie-labrecque-coderre-fortier/" target="_blank">fermé la porte</a> à cette possibilité.

  • Normand Legault

    L'homme d'affaires et ex-patron du Grand prix du Canada a également rejeté les rumeurs quant à sa possible candidature.

  • David La Haye

    L'acteur québécois affirme qu'il songe sérieusement à se présenter comme candidat à l'élection du 3 novembre prochain. Il a même <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02/20/david-la-haye-devoile-le-nom-de-son-nouveau-parti-pour-la-mairie-de-montreal_n_2727881.html" target="_blank">trouvé un nom pour un nouveau parti</a>: Renouveau Montréal.

  • Gilbert Rozon

    Le président de Juste pour rire, un autre nom qui circule régulièrement, <a href="http://www.ledevoir.com/politique/montreal/350664/gilbert-rozon-ne-briguera-pas-la-mairie-de-montreal" target="_blank">a affirmé l'an dernier</a> qu'il ne se présenterait pas.

 

Suivre Mélanie Joly sur Twitter: www.twitter.com/melaniejoly

Suivre Le HuffPost Québec