LES BLOGUES

<em>Et si?</em> Le Vatican était progressiste?

10/03/2013 10:09 EDT | Actualisé 10/05/2013 05:12 EDT
AP
In this photo provided Friday, March 1, 2013 by the Vatican newspaper L'Osservatore Romano, a red ribbon seals the door of the apartment of Pope Benedict XVI after he left the Vatican, Thursday, Feb. 28, 2013. Benedict XVI became the first pope in 600 years to resign Thursday, ending an eight-year pontificate shaped by struggles to move the church past sex abuse scandals and to reawaken Christianity in an indifferent world. (AP Photo/L'Osservatore Romano, ho)

Ma version de l'émission Et si? serait probablement palpitante. On y verrait le pape fait la promotion de la contraception, sortir avec des femmes et parler d'avortement. Ça serait beau!

En réalité ce sera plutôt un gros «Mais non!». La démission de Benoît XVI est un évènement unique en son genre, ou presque. La liste des probables élus est courte, si bien que le Québécois Marc Ouellet se trouve dans le Top 3. Malheureusement pour ma version de Et si?, on risque de se retrouver avec la continuation de Benoît XVI en la personne de Marc Ouellet. Que ce soit une fierté nationale d'avoir un pape québécois, il faut reconnaître les vices et les torts de l'Église catholique. D'abord, l'affaire O'Brien se doit d'être analysée. Est-ce qu'on parle de pédophilie et de scandales sexuels dégoutants? Non... on parle d'un prêtre à la sexualité refoulée. Oh quelle surprise! Un prêtre qui n'a pas de sexualité avouée!

Si on veut d'un renouveau dans l'Église catholique, je crois que l'on doit sérieusement se pencher sur la présence féminine dans la sainte institution. Est-ce qu'il y a une figure plus sainte, douce et maternelle que... la mère? N'est-ce pas l'Église catholique qui a fait pression sur les femmes québécoises pour qu'elles aient plus d'enfants? La femme est la pièce centrale de l'Église catholique. Elle est la vilaine qui a croqué dans la pomme, mais elle est celle qui perpétue la descendance humaine. Alors qu'y a-t-il de si absurde à accepter les femmes dans l'Église catholique? Car souvenez-vous que le conclave sera exclusivement masculin! Quelle institution archaïque que cette fichue Église.

Le billet de Maxime Guérin se poursuit après la galerie

Les favoris pour succéder au pape Benoît XVI

De plus, ne règlerait-on pas la plupart des problèmes de pédophilie et de scandales sexuels dans l'institution si les «Grands Hommes» du Vatican et de nos Églises catholiques avaient le droit de fonder une famille? Plusieurs mouvements protestataires de la chrétienté s'en sortent très bien avec la présence des femmes dans leurs Églises et auprès des prêtres. Nous sommes en 2013, il est plus que temps que l'Église se mette au goût du jour, plus qu'en ayant un simple compte Twitter pour le pape...

Je suis croyant, non baptisé et de centre-gauche. Une hérésie de la gauche vous me direz! Je suis persuadé que si on prend la peine d'analyser le tout, on constatera que plusieurs sympathisants de gauche et de centre gauche sont croyants. Somme toute, il est dans l'esprit de la gauche ET de la chrétienté de s'entraider et d'idéaliser la solidarité. Par contre, il est fort simple et facile d'associer l'Église et la religion à la droite conservatrice. Il y a, à mon avis, une place pour une Église moderne plus progressiste. Le cardinal Ouellet, par contre, ne sera pas le grand révolutionnaire de cette Église moderne. Je ne crois pas non plus qu'aucun autre des aspirants pape aura la prétention d'être le révolutionnaire de l'Église catholique.

Par contre, je crois que l'Église est au bord du gouffre. Le cardinal Ouellet, s'il pense réellement à l'avenir de l'Église et à la solidarité sociale, malgré son conservatisme avoué et son sentiment pro-vie, devrait orienter ses confrères vers l'élection d'un pape africain ou latino-américain, là où l'Église catholique est encore influente, et une pièce importante de la société. Élire un pape québécois sera bien plaisant pour la ville de La Motte, bien plaisant pour la visibilité du Québec, mais, à mon avis, bien peu profitable pour l'Église catholique. Le Québec n'est pas, à mon avis, le berceau de l'Église catholique, surtout si on prend le temps de regarder les différents recours entrepris pour dédommager les victimes des abus sexuels commis dans les institutions catholiques des années 40 et 50 au Québec. La réception de Marc Ouellet par les citoyens lors de son dernier passage à Québec représente bien ce que les Québécois pensent actuellement de l'Église catholique de Rome.

Enfin, sachez que la frénésie autour du conclave véhiculée par nos médias n'est que poudre aux yeux, à mon avis un simple divertissement aussi peu important que l'émission Et si?, car en réalité le Québec n'en a pas grand-chose à faire de savoir que le prochain pape sera québécois seulement parce que l'Église catholique n'a aucune influence directe sur nos vies et nos droits dans la société. Les Québécois préfèrent savoir ce qui se passe à Ottawa et à Québec, dans leurs parlements élus, que savoir ce qui se passe sous la soutane des aspirants pape et du conclave à Rome. C'est certes une belle diversion, mais ça ne reste qu'une distraction.

Ne croyez pas que je suis un anti-religion et un anti-Québec, au contraire je suis croyant, non pratiquant, et je ne donne aucune autorité à l'Église catholique. Ceci étant, je suis un humaniste et je considère que le bien-être de l'Église catholique comme celui des peuples africains et latino-américains seront mieux servis par un pape autre que Marc Ouellet, ce conservateur blanc loin des vrais croyants influencés par les décisions de l'Église.

À VOIR AUSSI

Le Vatican en photos

Les 266 papes depuis Pierre