LES BLOGUES

Un salon pour survivre à la lune de miel?

15/01/2015 12:02 EST | Actualisé 16/03/2015 05:12 EDT

Pour une 35e année, le Salon de la mariée de Montréal ouvrira ses portes le dernier week-end de janvier. Est-ce que le titre de cette foire commerciale est bien choisi ? Veut-on d'emblée exclure «monsieur» ? Oui et non.

Le monde occidental n'aura jamais autant compté de célibataires. Il faut donc se réjouir d'un tel événement.

***

Imaginez une femme qui ne rêve pas de se marier.

Cette femme serait unique. Cette femme serait heureuse d'être seule. Cette femme craindrait de perdre son unicité, son identité, sa personnalité, sa liberté.

Mais cette femme se plaindrait parfois de ne pas être accompagnée et soutenue. D'être seule.

Imaginez une femme tellement unique qu'elle refuserait de se marier.

Cette femme ne pourrait s'imaginer vivre ni avec un homme ni avec une femme. Elle voudrait vivre seule. Elle ne rêverait jamais au mariage. Seulement, peut-être, à l'amour.

Elle tenterait sûrement de s'en défendre: « Le mariage est une institution dépassée. C'est même, au vingt-et-unième siècle, un risque pour le genre humain. De nos jours, la vie va si vite qu'il est impensable de croire que le mariage, et même la vie en couple, soit une stratégie adéquate pour survivre, voire être heureux. Pour survivre, il faut investir sur notre unicité. Nous sommes uniques et se marier c'est assassiner ce fait. Pour être heureux... allez savoir ce qu'il faut bien faire !»

Toutefois, je crois tout de même que toutes les femmes qui se retroussent les manches pour planifier, organiser et ... financer leur mariage sont admirables. Il faut bien du courage et de la ténacité pour nager contre le courant. Pour assumer ces compromis.

Est-ce pour ça que les mariées sont toujours si belles ?

***

L'histoire personnelle qui suit rappelle le lévirat et me fait sourire. Pendant un bon repas, la discussion est tombée sur le thème de la mort. À la blague, j'ai lancé à mon amie Marie: « Si ton mari Jean mourait soudainement, ne t'inquiète pas Marie : je serais le premier en ligne pour te remarier ». Marie s'est esclaffée tout de go. Mais il fallait voir la gueule de Jean pour comprendre qu'il n'avait jamais même songé à sa propre finitude. Et, par son regard méchant, qu'il avait la ferme intention de ne pas y penser....

Le mariage n'est pas éternel. Il se termine toujours. Ou bien par le divorce ou bien par la mort d'un des conjoints.

***

Ainsi donc, les gars, si votre douce se meurt d'assister au Salon de la mariée 2015 et que vous n'avez pas envie de vous faire trimbaler du kiosque #1 au #170, je vous suggère de repérer au plus vite un repaire autour du Palais des congrès de Montréal pour y attendre votre future épouse devant une pinte de bière bien fraîche. En bonne compagnie, vous pourrez tranquillement réfléchir à votre vie future. Aux noms de votre premier bébé. À la couleur de votre cravate ou de votre noeud papillon lors de la redoutable cérémonie et du festin qui s'ensuivra. À vos potes que vous allez décevoir en ne les choisissant pas comme hommes d'honneur. À tous ceux qui se cotiseront allègrement pour enterrer votre vie de garçon. Et surtout aux prochaines factures de VISA et Mastercard.

Il y en aura plusieurs, je vous le jure !

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Mariages 2014: Les plus beaux clichés

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter