Matthew Dubé

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Matthew Dubé
 

À quoi servent les jeunes en politique?

Publication: 14/03/2012 09:55

On dit souvent que les jeunes ne s'intéressent plus aux enjeux politiques. On dit qu'ils sont apathiques et indifférents à la chose publique.

Bien sûr, les jeunes votent moins. À chaque élection, le taux de participation électorale des jeunes est inférieur à celui du reste de la population.

Certains tentent d'expliquer cet écart en affirmant que les jeunes ne votent plus parce qu'ils manquent de connaissances politiques. Or, plusieurs études démontrent le contraire. Les jeunes peuvent répondre positivement à des questions politiques de base, et ce, plus souvent que leurs aînés. Ils sont aussi un peu plus éduqués que leurs parents.

D'autres interprètent cette différence par le cycle de vie. Les gens sont plus susceptibles de voter à mesure qu'ils vieillissent parce qu'ils s'enracinent progressivement dans leur milieu social. Il pourrait s'agir par exemple du fait de s'acheter une maison et/ou de fonder une famille. Des gens mieux intégrés au sein d'une communauté ont plus de chance de se sentir partie prenante d'un groupe et donc de participer politiquement en votant.

Ce qu'on remarque néanmoins, c'est que les jeunes d'aujourd'hui votent quand même moins que les jeunes d'autrefois. Ce qui veut dire que même si la participation électorale augmente au cours d'une vie, chaque génération vote moins que la génération précédente au même âge.

Et si le taux global de participation diminue à presque chaque élection, c'est en grande partie parce que les électeurs plus âgés qui votent massivement sont remplacés lentement par des électeurs plus jeunes, qui votent moins.

Bien que les jeunes soient moins présents aux rendez-vous électoraux, je crois qu'ils demeurent profondément attachés aux valeurs démocratiques, comme la liberté d'expression et la justice. Peut-être que les jeunes se retrouvent davantage à travers d'autres formes de participation politique plus directes, comme les associations ou les manifestations.

Peut-être aussi que les gouvernements fédéraux qui se sont succédés, qu'ils soient libéraux ou conservateurs, n'ont pas su véhiculer les valeurs des jeunes. Il est en effet difficile de croire que les politiciens traditionnels ont les priorités des jeunes à coeur. On pense notamment aux frais de scolarité, à l'environnement, aux droits de la personne, à la solidarité internationale ou à la lutte contre l'exclusion sociale.

Encore aujourd'hui et à l'exception du NPD, aucun parti fédéral ne compte de député âgé de moins de trente ans dans ses rangs. En fait, pour chacun de ces autres partis, la moyenne d'âge des élus se situe au-dessus de 50 ans.

Je suis d'avis que le rôle premier du Parlement est de représenter, par le biais des députés, toute la diversité du pays. Et la diversité canadienne, ce n'est pas seulement les hommes blancs sexagénaires, hétérosexuels et de profession libérale.

J'ai eu la chance d'être élu en mai dernier au sein d'une équipe dans laquelle seize députés ont moins de trente ans. Cette réalité au sein du NPD tranche avec ce à quoi on nous avait habitués sur la scène politique fédérale. Il est important et souhaitable que les jeunes s'engagent en politique. Mais il faut que les partis politiques, à l'instar du NPD, fassent de la place aux jeunes.