LES BLOGUES

Un budget stratégique

20/02/2014 07:02 EST | Actualisé 22/04/2014 05:12 EDT

Comme spécialiste des affaires publiques, sans aucune considération partisane, je ne peux contenir une certaine admiration pour la stratégie qui se cache derrière ce budget. Que ce soit en raison du moment de sa présentation, de ce qu'il contient ou de ce qu'il ne contient pas, c'est un budget qui traduit une habileté non négligeable. Sans pouvoir le qualifier d'électoraliste, il place très certainement le gouvernement dans une situation favorable sur le plan électoral.

«The name of the game is timing»

En affaires publiques, tout est question de timing. Les sondages semblent favorables au gouvernement. La présentation de ce budget, bien que le Vérificateur général du Québec ait devancé la présentation de son examen des chiffres du gouvernement, étouffe complètement le sujet. Sans l'effort éventuel des maires, le projet de loi sur la retraite dans le secteur municipal déposé aujourd'hui risque également d'être occulté. Plus encore, le temps que le budget soit battu par l'opposition, les ressources communicationnelles gouvernementales pourront être mises à profit afin de le «vendre» également à la population.

Le budget

Citer René Lévesque en plein discours du budget est significatif pour un gouvernement du Parti québécois: cela contribue au moral des troupes. Philippe Couillard a vu juste en relevant que ce budget contient une certaine dose d'identitaire. Il comprend de nombreuses mesures interventionnistes sur le plan économique, du potentiel pour des annonces publiques dans la plupart des régions du Québec, du soutien pour le secteur communautaire et pour la culture. Sans prétendre qu'il s'agit de bonbons électoraux, il s'agit à coup sûr de saupoudrage. On se prémunit contre les attaques en ce sens par certaines mesures d'austérité, par exemple par l'augmentation des tarifs en garderie.

Ce que le budget ne contient pas

La stratégie économique sur laquelle s'appuie ce budget est celle présentée en octobre dernier. C'est commode: peu de nouveautés, donc peu de commentaires. Aucun changement notable à la fiscalité des personnes et des entreprises. Les uns sont déçus de ne pas y gagner au change, les autres sont soulagés de ne pas perdre davantage. Chose certaine, on évite l'esclandre. On réussit à repousser la discussion sur les fonds en santé par l'absence de crédits budgétaires et le dépôt d'un fort louable rapport sur le financement à l'activité dans le réseau. Le dossier de l'éthique, explosif dans toutes les directions, est absent du discours.

Et s'il était adopté?

Peu probable. Ce budget contient suffisamment de couleuvres pour être battu par l'opposition, ne serait-ce que de tenir pour acquise la hausse des tarifs d'Hydro-Québec. Dans cette situation, pour un gouvernement, la simple menace d'être battu suffit comme prétexte pour déclencher des élections. Mais comme ce budget colle à la peau du gouvernement qui l'a présenté, son adoption, même improbable, ne décevrait personne au gouvernement, sauf évidemment les «ambitieux» rêvant d'un gouvernement majoritaire.

PS: Une clameur s'est spontanément élevée au huis clos du budget... lorsque le Canada a marqué le but lui assurant une victoire au hockey olympique féminin.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Budget Marceau 2014: les faits saillants


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?