LES BLOGUES

Petit manuel pour interagir avec un introverti

Ce n’est pas parce que nous ne sommes pas le centre de l’attention que nos propos sont pour autant insipides — bien au contraire.

14/11/2017 09:00 EST
Baerbel Schmidt via Getty Images
Ne prenant pas les devants, nous espérons qu’un curieux tentera d’en savoir un peu plus sur le drôle de spécimen que nous sommes.

- Mon nom ?
- Oui oui, ça fera bientôt cinq ans (tu devrais le savoir depuis le temps qu'on se croise dans le corridor)
- Haha, oui c'est moi qui t'envoie des courriels tous les jours !
- OK, c'est ça. À la prochaine ! (À dans cinq ans)

La tranche de vie à laquelle vous venez d'assister est mon lot quotidien. Vous n'avez pas idée à quel point il est déconcertant, voire décourageant, de devoir justifier son existence au reste du monde. Ce don d'invisibilité n'est pas aussi enviable que vous pourriez le croire.

Certains nous trouvent mous, sans envergure ou tout simplement malotrus. Tout pointe dans cette direction si on se fie à notre manque de prestance et nos regards fuyants. Mais je vous assure qu'il y a bien de l'activité cérébrale derrière ce sourire contrit.

Ce n'est pas parce que nous ne sommes pas le centre de l'attention que nos propos sont pour autant insipides — bien au contraire.

Ce n'est pas parce que nous ne sommes pas le centre de l'attention que nos propos sont pour autant insipides — bien au contraire. Vous connaissez le dicton « Il faut tourner la langue sept fois dans sa bouche avant de parler » ? Eh bien, un introverti la tourne au moins cinquante fois... sans exagération. Nous cogitons sans cesse, retournant les phrases dans notre tête, retardant le moment fatidique où il faudra prendre le crachoir. Nous préférons nous taire et attendre qu'on nous demande notre avis avant de se prononcer sur un sujet. Puis-je vous dire la pression indue que l'on s'impose pour ne pas avoir l'air insignifiant ? Malgré tout cela, il nous arrive souvent de marmonner des paroles inaudibles du bout des lèvres. Inutile de vous décrire la scène, car vous avez tous déjà été spectateurs d'une telle débâcle ; le malaise est palpable et le temps suspend son envol.

Je ne saurais dire lequel d'entre nous est le plus inconfortable : vous ou moi ? Je peux lire la panique teintée de pitié dans vos yeux, ce qui n'arrange en rien la situation — c'est à la limite du comique. Je pense que je pourrais lâcher un pet que personne n'oserait rien dire.

Petit manuel pour interagir avec un introverti

Avant tout, rappelez-vous que nous sommes tout à fait normaux hormis peut-être le fait que nous avons des difficultés à nous exprimer en public. Nous ne sommes pas asociaux quoique la société dans laquelle nous évoluons nous rende la vie plus facile. Les avancées technologiques nous permettent de communiquer avec le monde extérieur sans devoir quitter le confort de notre demeure. Je peux même commander de la nourriture ou un café à la pression d'un simple bouton. Je me souviens de l'époque où on tirait à la courte paille pour déterminer lequel d'entre nous serait le (mal) heureux élu qui téléphonerait à la pizzeria.

Ne prenant pas les devants, nous espérons qu'un curieux tentera d'en savoir un peu plus sur le drôle de spécimen que nous sommes.

Il faut nous apprivoiser tels de petits animaux farouches craignant la main de l'homme. C'est d'ailleurs pour cette raison que les introvertis n'ont pas un grand cercle d'amis : les rapprochements sont ardus, car les gens ont de la difficulté à jauger notre personnalité. Ne prenant pas les devants, nous espérons qu'un curieux tentera d'en savoir un peu plus sur le drôle de spécimen que nous sommes. Une fois la glace brisée et que la conversation coule, nous sommes une source intarissable ; nous n'avons pas souvent la chance de partager notre univers et c'est avec stupéfaction que l'on se rend compte que nous pouvons avoir de l'esprit et de l'humour. Nous amenons une autre dynamique à la conversation, creusant les sujets en profondeurs et partant parfois sur des envolées lyriques. Nos processus mentaux ne sont pas tout à fait les mêmes alors, il se peut que vous nous trouviez un peu désaxés ; vous n'avez rien à craindre, car c'est une douce folie qui se distille lentement et qui à petite dose, peut même s'avérer bénéfique chez les non-initiés.

Alors qu'attendez-vous pour inviter un introverti à se joindre à votre cercle d'amis ? Nous vous en serions très reconnaissants, car malgré les apparences, nous apprécions avoir de la compagnie. Nous voulons faire partie du défilé sans nécessairement être sur un char allégorique. Disons que le rôle de conducteur dudit char nous siérait parfaitement : un peu en retrait, mais tout aussi important. Comme quoi, ça prend toute sorte de monde pour faire un monde !

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost