LES BLOGUES

La relève de l'humour québécois mérite aussi sa téléréalité d'envergure

02/05/2015 08:08 EDT | Actualisé 02/05/2016 05:12 EDT

Êtes-vous d'accord avec moi, que l'humour prend presque autant, sinon plus de place, que la chanson au Québec?

Il y a un bon bassin d'humoristes établis qui font encore déplacer les foules jusque dans les salles de spectacles. Et ce, même à 30-40$ le billet, alors que plusieurs foyers québécois n'arrivent même pas rejoindre les deux bouts. Il y a encore plus d'humoristes de la relève, très talentueux, qui évoluent dans les bars de la province en échange d'un faible cachet. Ceux-ci vont même jusqu'à se déplacer en région, à leurs frais, juste pour acquérir de l'expérience et pour le plaisir de performer devant des gens qui sont déjà très content de n'avoir eu à payer que cinq à sept dollars, pour voir six humoristes le même soir. Six humoristes, dont souvent au moins deux d'entre eux, vont éventuellement coûter 40$ à aller voir en salle, après des années de rodage dans les bars.

Les Québécois regardent également avec intérêt les reprises de vieux « Gala Juste Pour Rire », du « Grand Rire Comédie Club » et du « Gala du Grand Rire Bleue » à Canal D. Parce que c'est tout ce que la télé leur permet de se mettre sous la dent. À TVA, la chanson a eu droit à son Star Académie ainsi qu'à La Voix. Deux concepts copiés des Pays-Bas et de leurs versions originales ; Star Academy et The Voice of Holland.

La chanson n'a pas tant à se reprocher pour son omniprésence, car au Québec, elle est au divertissement, ce que le hockey est au sport. Ce qui me gêne par contre, c'est que des gens non méritants et sans aucun talent pertinent au contenu d'une émission tout aussi impertinente, ont eu droit à une case horaire de choix, pendant une décennie complète. Occupation Double, en ondes pendant dix ans, avant d'être remplacée par « Vol 920 » n'avait pour but que de créer un couple éphémère qui se verrait accorder plusieurs privilèges ; voyages gratuits, opportunité de frencher tous les concurrents du même sexe et/ou du sexe opposé, faire la Une des journaux et des revues à potins. Comme si ce n'était pas tout, le « très solide » couple gagnant, formé à même les survivants d'un ballotage, obtenait les clefs d'une maison cossue en banlieue de Montréal. Le seul talent mis en valeur dans cette émission était celui d'avoir préalablement apposé sa signature au bas d'un contrat, acceptant ainsi la diffusion illimitée d'images visant à ridiculiser le candidat compromis. Une émission vide, à heure de grande écoute, un dimanche au soir à 20h. Ouin!

Cette case horaire et cette visibilité auraient fait l'envie de l'émission En Route vers mon premier Gala Juste Pour Rire, de ses participants et de ses pas assez nombreux adeptes. Diffusée le samedi soir à 22h sur VOX et sur MaTV par la suite, « En Route » était une compétition entre humoristes de la relève qui rêvaient d'accéder au niveau supérieur par la grande porte, grâce aux votes combinés des juges et du public. Bien qu'étouffée par Quebecor, dû à une exposition minimale sur leur chaine communautaire et sur Illico, cette téléréalité s'est quand même échelonnée sur six saisons et nous a permis de découvrir plusieurs noms, maintenant bien connus du grand public.

Adib Alkhalidey (Participant)

Eddy King (Finaliste Saison 1 - 2008)

Etienne Dano (Gagnant Saison 2 - 2009)

François Bellefeuille (Finaliste 2010)

Guillaume Wagner (Participant)

Jeremy Demay (Gagnant Saison 1 - 2008)

Katherine Levac (Gagnante Saison 6 - 2014)

Korine Côté (Participante)

Marianna Mazza (Finaliste Saison 5 - 2013)

Mathieu Cyr (Finaliste 2010)

Olivier Martineau (Gagnant Saison 3 - 2010)

Yannick De Martino (Gagnant Saison 4 - 2011)

Virginie Fortin (Première « Gagnante » Saison 5 - 2013)

Ces humoristes ont tout remporté, ou passé bien prêt de remporter cette compétition qui fut très féroce, surtout lors des premières saisons. Avant que celle-ci commence à battre de l'aile, après avoir pris une pause d'un an, en 2012. Même si en bout de ligne, ce ne sont pas que les gagnants de chaque saison qui ont fini par faire un Gala JPR, beaucoup d'autres candidats auraient mérité de se faire voir à la télé. Peut-être que l'idée était que les candidats se fassent voir le moins possible, question de créer un effet de surprise pour tout le monde, lors du grand soir. Cependant, plusieurs des humoristes participants auraient bénéficié d'une visibilité nationale.

À l'animation, Mike Ward a donné le ton à la première saison et Anaïs Favron, inconnue à l'époque, a repris le flambeau lors des années subséquentes. Une équipe de trois juges, qui ont changé de visage à plusieurs reprises au fil des saisons, évaluaient ; l'aisance, la performance, le potentiel et/ou le style vestimentaire du candidat. Tout ça dans un local fermé et filmé, où les candidats qui n'avaient pas la moindre idée des bons mots ou des méchancetés que les juges avaient pu dire à leur égard avant de se voir à la télé, finissait par les y rejoindre, pour obtenir un feedback personnalisé. Ce concept génial, s'apparentant à La Voix ou à Star Académie, mais toutefois destiné à l'humour, n'aura malheureusement pas eu la place qu'il méritait sur nos ondes.

Je suis d'avis que même si TVA se devait de contre-attaquer TQS et son Loft Story, En Route aurait mérité sa place en Prime Time à TVA. Je prêche très certainement pour ma paroisse, car je préfère l'humour à la chanson, en matière de divertissement, mais si les Québécois ont voté massivement, moyennant un dollar, pour conserver ou éliminer des candidats à Occupation Double... Ne venez pas me dire qu'ils ne l'auraient pas fait pour aider un jeune comique rêvant de faire de sa passion, un métier dans la vie de tous les jours. Moi en tout cas, je l'aurais fait, si l'émission avait pu obtenir une attention médiatique et une visibilité suffisante, digne de la qualité du concept.

L'ouverture récente du comédie club francophone « Le Bordel », aidera certainement au développement de nouvelles stars de l'humour, mais il serait toujours temps pour TVA de redresser ses torts et de nous offrir une émission digne de ce nom, mettant à l'honneur l'humour de la relève. Sauf qu'étant donné que personne ne l'a encore fait ailleurs, avec un budget et une envergure considérable, j'ai bien peur qu'il n'existe pas encore de concept de téléréalité assez winner, sur lequel copier en humour.

Par contre, si jamais quelqu'un d'assez influent réussi à vendre l'idée à TVA d'en faire quelque chose de plus gros, j'en serai non seulement fier, mais je réclamerai certainement une partie des droits, croyant fermement que mon texte lui soit passé sous les yeux.

HA-HA-HA! C't'une joke! Vous savez bien que, je suis un comique qui rêve, moi aussi.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

11 spectacles d'humour à ne pas manquer en 2015

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter