LES BLOGUES

Je ne suis plus rien

14/03/2014 12:30 EDT | Actualisé 13/05/2014 05:12 EDT

Durant mes premières années d'intervention en entreprise, je me demandais bien naïvement pourquoi certaines personnes à qui on annonce leur licenciement semblaient perdre, presqu'instantanément, l'estime d'elles-mêmes. En accueillant le récit de ces gens, j'a tôt fait de réaliser combien l'on devient rapidement identifié à son travail, surtout lorsque celui-ci vient combler nos besoins les plus fondamentaux.

L'entreprise : un idéal

Lors d'une visite d'usine, je regardais les derniers employés encore en poste, occupés à démanteler l'équipement industriel qui venait d'être vendu à un concurrent. J'examinais attentivement chacun de ces visages éteints. Ces gens qui avaient investi plus de 20 ans de leur vie dans cette usine et je compris ce qu'était la force, le pouvoir d'une entreprise et, à la fois, tout le danger qui guette celui ou celle qui en fait son unique raison de vivre.

L'entreprise comme identité

Tous les besoins fondamentaux d'une personne peuvent se retrouver comblés au sein d'une même entreprise : les besoins physiologiques, les besoins de sécurité, le besoin de liens sociaux et d'appartenance, le besoin d'estime, ceux associés à la réalisation puis à l'accomplissement. L'entreprise devient alors un port d'attache identitaire, un microcosme, un univers qui alimente l'essentiel vital chez l'individu. Cela crée une forme d'outre dépendance au milieu. Lors d'une fermeture d'entreprise, en plus si on démantèle celle-ci de l'intérieur, il n'est pas difficile de s'imaginer combien une personne peut se sentir effondrée et perdre rapidement estime d'elle-même. Lorsque les repères environnementaux disparaissent, lorsque les seuls liens que nous avons à autrui n'existent plus, lorsque l'horaire de travail ne gère plus le quotidien de nos vies, à quoi peut-on se rattacher pour se sentir exister?

Tout sacrifier à l'entreprise

Combien de fois ai-je entendu : Mon travail, c'était toute ma vie! Maintenant, je ne suis plus rien! J'ai tout sacrifié à cette compagnie : ma vie, ma femme, mes enfants, ma santé. Je me retrouve complètement démuni, mes seuls amis étaient ici!

S'éveiller à l'importance des autres dimensions de sa vie

Nous consacrons beaucoup de temps au travail. Nous y laissons aussi beaucoup de nos énergies, de nos aspirations et de notre vie. Le travail peut être une source réelle de satisfaction et comporter des défis stimulants qui nous incitent à déployer notre potentiel. Le travail peut être une opportunité extraordinaire d'élargir nos horizons, d'affirmer notre créativité et nous sentir vivants. En aucun cas, pourtant, devrions-nous sous-estimer l'importance des autres dimensions de notre vie.

Devenir conscient

La plus solide des entreprises peut s'effondrer, être achetée, déménager ses activités à l'étranger et ce, pour une foule de bonnes raisons. L'actualité économique et financière nous apprend que tout est éphémère, conditionnel, fragile et résolument virtuel. Profitons de la diversité des milieux de travail pour exprimer nos forces, notre créativité et développer nos compétences. Réalisons nos projets avec un désir véritable de mettre à profit le meilleur de nous-mêmes. Amusons-nous à créer des possibilités pour nous, pour autrui, localement, mondialement. Et soyons responsables envers nous-mêmes : aimons-nous assez pour ne pas mettre tous nos œufs dans le même panier.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

7 idées pour améliorer le bien être en entreprise

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



>Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?