LES BLOGUES

La réussite éducative de nos jeunes est l’affaire de tous

L’école ne peut tout accomplir seule, elle doit être entourée de partenaires forts et mobiliser les intervenants de tous les niveaux : la réussite éducative de nos jeunes est l’affaire de tous.

08/09/2017 09:47 EDT | Actualisé 08/09/2017 09:47 EDT
Getty Images/iStockphoto
À notre tour, utilisons la planche à dessin et mettons à contribution l'intelligence de l'ensemble des acteurs de la société civile qui s'investissent pour le meilleur de notre jeunesse québécoise.

Monsieur Dorval,

Je souhaite ajouter ma voix à l'appel que vous lancez dans votre texte du 29 août, cosigné par des personnalités du monde de l'éducation et des affaires. Vous avez raison, l'école est pour les jeunes Québécois le meilleur tremplin pour un avenir prometteur. Vous faites allusion à la nouvelle politique de la réussite éducative avec son ambitieux objectif d'amener 90% des élèves de moins de 20 ans à obtenir un premier diplôme. Vous affirmez que le milieu des affaires est prêt à répondre afin d'apporter son soutien à la réussite de cette politique, en particulier pour mieux arrimer les objectifs d'éducation avec ceux du marché du travail.

L'organisme que je dirige, Montréal Relève, concentre toutes ses énergies à développer et soutenir des projets concrets qui mobilisent le milieu des affaires pour participer à la formation et à la réussite des jeunes en milieu scolaire.

Effectivement, l'un des nombreux enjeux de la réussite éducative est celui d'arrimer, de façon efficiente, le marché de l'emploi et le milieu scolaire tout en répondant efficacement à leur mission respective et surtout, toujours en gardant en tête la place centrale que doivent occuper les jeunes Québécois, à cet égard.

Comment connecter le monde du travail et les futures générations de travailleurs?

Comment connecter le monde du travail et les futures générations de travailleurs? Et surtout, qui peut prendre le flambeau pour réaliser cette noble mission?

L'une des réponses se trouve nécessairement dans l'accompagnement des élèves vers une démarche orientante et entrepreneuriale de connaissance du monde du travail. En favorisant l'exploration de secteurs de carrières grâce à des activités concrètes d'immersion professionnelle (ateliers, formations, conférences, stages, etc.), nous permettrions aux jeunes du deuxième cycle du secondaire de se projeter dans l'avenir et de mieux développer leur vision du monde du travail grâce à une meilleure connaissance des différents secteurs de carrières existants, à venir et recherchés.

Imaginez ! Ces activités répondraient à une triple mission. En particulier, à celle de l'école qui est d'instruire, de socialiser et de qualifier les élèves dans un monde du travail en perpétuel changement; à augmenter le bassin de travailleurs qualifiés pour pallier à un manque de main-d'œuvre et, en général, à soutenir le développement socioéconomique des villes qui accompagnent cette démarche.

L'école ne peut pas tout accomplir seule, elle doit être entourée de partenaires forts et mobiliser les intervenants de tous les niveaux : la réussite éducative de nos jeunes est l'affaire de tous.

Dévoiler l'important potentiel de la nouvelle génération aurait des effets bénéfiques sur les autres sphères de leur vie.

Vous avez raison. Dévoiler l'important potentiel de la nouvelle génération aurait des effets bénéfiques sur les autres sphères de leur vie. Cette vision tant amenée par le milieu scolaire et par les entreprises permettrait aux élèves de s'épanouir beaucoup plus comme citoyens. Elle encouragerait la persévérance scolaire et l'ambition professionnelle, favoriserait l'estime de soi et la réflexion personnelle sur les différents savoirs et permettrait notamment aux immigrants une meilleure intégration au marché de l'emploi et à la société québécoise.

Espérons que votre appel trouvera écho dans le milieu des affaires et que les entreprises qui le représente puissent également témoigner de la nécessité du travail des organismes du milieu qui se donnent ultimement comme mission de mieux préparer les élèves à intégrer un marché de l'emploi et toute une société en pleine évolution.

En ce temps de rentrée scolaire et d'effervescence pour les milliers d'élèves qui reprennent le chemin de l'école, pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour user de créativité envers nos futures générations et leur offrir des outils à la hauteur de leur aspiration?

À notre tour, utilisons la planche à dessin et mettons à contribution l'intelligence de l'ensemble des acteurs de la société civile qui s'investissent pour le meilleur de notre jeunesse québécoise.

Qu'en dites-vous?

​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​