Huffpost Canada Quebec qc
LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Marie-Claire Girard Headshot

Sexe Mania: amour salvateur?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre avec ce Sexe Mania présenté dans une salle où je n'étais jamais allée et signé par un auteur dont je ne savais rien. À l'amie que j'avais invitée et qui s'inquiétait de l'éventuel contenu, à cause du titre bien sûr, je dis qu'il fallait tout considérer au premier abord d'un œil bienveillant et débonnaire et attendre d'avoir vu pour se faire une idée. C'est tout vu : Guillaume Lapierre-Desnoyers a du talent et Sexe Mania est une bonne pièce.

C'est une histoire vieille comme le monde : deux solitudes qui se rencontrent, le bon gars pas trop futé, la putain au grand cœur (enfin, presque...), pensez à Pretty woman dans le décor d'Hochelaga-Maisonneuve, mais en plus triste, en plus glauque, avec moins d'argent et de belles robes. Lui et elle. Lui qui l'a vue et observée un soir au Sexe Mania, le Club de danseuses pas loin d'où il habite et qui a ressenti une fulgurance, une indéniable et irrévocable chimie avec cette fille au regard blessé. L'amour se veut salvateur, l'amour c'est aussi du travail social. C'est du moins ce que lui pense. Évidemment que ça ne marche pas tout à fait comme ça.

sexe mania

Décor et scénographie sont d'une extrême simplicité et d'une grande efficacité. Angela Rassenti a recréé un petit appartement de célibataire avec ce qu'il faut de traîneries, de draps douteux, de verres sales, juste un appartement de gars pas trop riche et pas trop porté sur le ménage, mais qui en est assez conscient pour s'en excuser. Ce qui ajoute à la plausibilité de tout ce qui va se produire lorsque, par hasard, la fille du Club va débarquer chez lui dans un état proche du coma éthylique et qu'ils vont passer une nuit agitée à tenter de cerner leurs vérités et leurs désirs.

J'ai aimé ce texte, j'ai aimé les hésitations et l'humour candide du garçon, ses maladresses, son attitude humble en même temps que ses espoirs grandioses face à la vie. J'ai aimé le langage cru, les sacres, la voix cassée voilée de brume de la fille et le fait que, sans éducation, sans culture, elle sache nous raconter de façon imagée et poétique des moments qu'elle a vécus et qui illuminent pour elle un quotidien uniquement composé de petits et grands désastres. Les deux sonnent vrai, les deux nous convainquent de leur authenticité et leur voix trouvent une façon de s'harmoniser malgré la différence de ton.

J'ai aimé les deux comédiens qui rendent ce texte si vivant et si plein d'humanité : Marie-Ève Perron et Martin Boily sont justes et évoluent avec aisance entre les strates d'une mise en scène qui alterne le réalisme et les monologues rêveurs. Ils vont aussi tous les deux au fond de l'émotion et nous donnent des moments qui nous touchent en nous rappelant que la plupart des gens, malgré le cynisme ambiant et les discours nihilistes ne sont au fond que d'indécrottables romantiques qui feraient n'importe quoi pour vivre une belle histoire d'amour. Et la musique d'Alexi Rioux accompagne tout cela en soulignant les atmosphères sans jamais les charger.

Sexe Mania, c'est une pièce sur un gars qui voudrait qu'une fille l'aime un peu et sur une fille qu'on paie et pour qui, donc, l'amour et le sexe ne valent rien. Je ne sais pas s'ils vont finir par se rejoindre et trouver un terrain d'entente. Mais je soulignerai que Sexe Mania a été présenté au Festival Fringe de Montréal en 2011 et que Guillaume Lapierre-Desnoyers a remporté le prix pour le meilleur texte. Et que je suis tout à fait d'accord.

Sexe Mania: une production de Stuko-Théâtre, à L'Espace 4001, 4001 Rue Berri, jusqu'au 26 octobre 2014.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter