LES BLOGUES

5 résolutions pour le prochain chef du NPD

03/02/2017 05:45 EST | Actualisé 03/02/2017 05:46 EST

Ce billet de blogue est un texte collectif dont la liste des signataires se trouve en pied de page.

En avril dernier, des jeunes membres du NPD partout au pays publiaient une lettre ouverte demandant un renouveau au sein du parti. Ce processus, dans lequel les jeunes ont joué un rôle crucial, a commencé à se concrétiser à Edmonton où les membres déclenchèrent une course à la chefferie.

Ce désir de changement au sein de la direction de notre parti découlait d'une profonde insatisfaction face à la plateforme politique centriste présentée aux électrices et électeurs durant l'élection de 2015. Les positions que nous avons eues à défendre dans nos campus universitaires et collégiaux, ainsi qu'auprès de toutes et tous les jeunes, n'avaient pas été débattues par l'ensemble du parti. Elles ne reflétaient pas les convictions profondes de beaucoup de membres du NPD. Notre engagement de longue date à protéger l'environnement devint une position ambiguë sur les oléoducs. Nos racines socialistes et sociales-démocrates se transformèrent en une étrange promesse de budget équilibré. Des enjeux étant depuis longtemps au cœur des valeurs défendues au NPD, tels que la dette étudiante, les droits des travailleuses et travailleurs, ainsi que ceux des minorités, furent relayés au second plan.

L'année suivant l'élection nous a permis de réfléchir à ce qui n'avait pas fonctionné, pour éviter de reproduire les mêmes erreurs en 2019. Nous avons établi clairement que nous ne voulions pas d'une cheffe ou d'un chef qui négligerait les enjeux auxquels sont confrontés les jeunes, ou qui ne saurait pas réaffirmer le NPD comme parti résolument de gauche; une gauche avouée et sans complexe.

Nous avons consulté des jeunes partout au pays pour connaître leur opinion sur le futur de notre parti. À quoi devrait ressembler un NPD véritablement progressiste selon eux? Qui devrait le diriger? Bien que plusieurs noms de potentiels candidates et candidats aient été lancés ou fassent l'objet de maintes spéculations, les jeunes membres du NPD s'entendent pour dire qu'il y a certaines positions politiques sur lesquelles on ne peut pas plier et qui doivent être ardemment défendues par le NPD pour la suite des choses.

L'imminente course à la chefferie du NPD offre à notre parti une opportunité de réitérer son engagement sans faille envers les personnes les plus vulnérables et de présenter une vision concrète de la société à laquelle nous aspirons.

Alors que les spéculations vont bon train sur les candidates et candidats qui pourraient bientôt se lancer dans la course, les jeunes membres du NPD interpellent aujourd'hui celles et ceux qui souhaitent diriger notre parti à respecter les résolutions suivantes :

  1. Appuyer les Premières Nations dans la lutte pour leur autodétermination et gouvernance, autant à court terme qu'à long terme, notamment en leur donnant une voix puissante au sein de notre mouvement.
  2. Travailler avec les provinces afin d'éliminer les frais de scolarité et s'attaquer au problème de la dette étudiante.
  3. Enclencher indubitablement la transition vers un Canada aux énergies 100 % renouvelables, ce qui implique refuser tous nouveaux projets d'oléoducs.
  4. Condamner fermement la colonisation de terres palestiniennes par l'État d'Israël et le blocus de la bande de Gaza; réaffirmer les droits humains du peuple palestinien; permettre aux membres et candidates ou candidats du NPD de recourir à des actions non-violentes pour appuyer les droits humains du peuple palestinien; reconnaître l'existence de l'État palestinien.
  5. Réitérer notre désir de s'attaquer aux inégalités économiques inhérentes à notre société, en réfléchissant par exemple à l'idée d'un revenu minimum garanti pour l'ensemble des Canadiennes et Canadiens.

Nous croyons profondément que ces résolutions doivent être adoptées et défendues par la prochaine personne qui sera élue à la tête de notre parti. Toutefois, pour bâtir un mouvement représentant l'ensemble des voix au sein du NPD, il sera crucial que ce dialogue se réalise de manière ouverte et inclusive. C'est donc avec enthousiasme que nous contribuerons de notre mieux aux débats et que nous serons à l'écoute de chacune et chacun des membres. Nous espérons que ces résolutions sauront rallier les progressistes partout au pays afin d'entamer collectivement le renouveau de notre parti.

En solidarité,

Ce billet de blogue est cosigné par : les Jeunes néodémocrates du Québec (JNDQ); NPD Université de Montréal; Fredericton Young New Democrats (FYND); Élaine Michaud, ex-députée de Portneuf-Jacques-Cartier; Alice Gaudreau, Directrice francophone des Jeunes Néo-démocrates du Canada (JNDC); Alex Gold-Apel, Directeur des communications aux Jeunes Néo-démocrates du Canada (JNDC); Paula Krasiun-Winsel, Conseillère fédérale pour la Saskatchewan & ex Co-présidente des Jeunes Néo-démocrates du Canada (JNDC); Jonathan Allard, ex Co-président des Jeunes Néo-démocrates du Canada (JNDC); Maryn Marsland, Co-présidente NPD Université de Carleton; Jacob Archer, Co-président NPD Université de Carleton; Raha Aras, Co-présidente NPD Concordia; Morgan Crockett, responsable des communications NPD Concordia; Dhana Andison, secrétaire NPD Université de Victoria; Anthony Darius Bashi, ex Co-président NPD Université de Victoria; Ty Trupp, NPD Université de Victoria; Jacob Noseworthy, NPD Université de Victoria; Callum McDonald, NPD Université de Victoria; Hannah Koning, NPD Université de Victoria; Marianne Côté, ex Co-présidente des Jeunes néodémocrates du Québec (JNDQ); Étienne Gratton, ex Co-président des Jeunes néodémocrates du Québec (JNDQ).

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Course au NPD: qui surveiller?

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter