LES BLOGUES

Le Parti québécois est sur le chemin des victoires

13/12/2016 06:08 EST | Actualisé 13/12/2016 06:08 EST

Les semaines qui se sont écoulées depuis l'élection de notre nouveau chef, Jean-François Lisée, nous auront permis d'effectuer nos premiers pas sur le chemin des victoires, le chemin qui nous mènera, d'abord, au pouvoir en 2018, puis qui conduira, en 2022, à un mandat de réaliser l'indépendance. Dès le soir de son élection, Jean-François s'est mis à travailler à réunir toute l'équipe du Parti québécois pour nous engager résolument vers la prochaine élection.

Les défis qui nous attendaient étaient nombreux. Nous devions premièrement amorcer le dialogue avec nos collègues solidaires, notamment en proposant une alliance des forces souverainistes dans Verdun. L'ouverture qu'ils ont démontrée, à l'issue de leur congrès de novembre dernier, constitue un point tournant sur le chemin du rassemblement. Notre chef a également donné le mandat à Véronique Hivon de travailler à la réforme du mode de scrutin avec tous les partis qui y sont favorables.

Ensuite, nous devions présenter une position claire et consensuelle sur l'identité. Sous la direction du nouveau président de caucus, le premier à avoir été élu par ses pairs, c'est désormais chose faite et, qui plus est, sans qu'on ait compromis nos discussions avec nos partenaires souverainistes.

Il y a aussi les régions. Négligées, voire abandonnées, par le gouvernement libéral, elles ont trouvé leur porte-voix en la personne de Sylvain Gaudreault, à qui notre chef a confié le mandat de maintenir à l'avant-plan les enjeux qui les concernent, de façon à ce que les libéraux ne puissent plus les ignorer. Jean-François a d'ailleurs clairement donné le ton en consacrant sa première semaine de questions à l'Assemblée nationale aux régions.

Il nous appartenait également de lancer les initiatives indépendantistes annoncées par notre nouveau chef lors de sa campagne. Sans attendre, Martine Ouellet - pour l'opération 50 + 1 réponses sur l'indépendance - et Stéphane Bergeron - pour L'Autre 150e - se sont mis à l'œuvre.

Puis, Paul Saint-Pierre Plamondon a entrepris d'ouvrir grand la porte du Parti québécois. Jeunes, urbains, travailleurs, agriculteurs, tous osent aujourd'hui repenser le PQ à nos côtés. Le chaleureux accueil que notre chef a reçu des agriculteurs et des travailleurs, entre autres, à l'occasion de prises de parole augure bien pour l'avenir.

Sur le terrain des idées, par la prise de position en faveur de l'environnement, d'une hausse du salaire minimum à 15 $ l'heure, en faveur des régions et des PME, nous avons clairement exprimé nos choix, contraires à ceux de nos deux adversaires fédéralistes de droite à l'Assemblée nationale. Nous voulons faire du Parti Québécois bien plus que l'opposition officielle. Nous voulons en faire une force positive de proposition. Nous voulons devenir l'«alternative» naturelle. Les citoyennes et citoyens du Québec peuvent compter sur nous; nous continuerons à nous battre pour plus de nationalisme économique, pour passer, enfin, de l'austérité à l'humanité. Nous proposerons d'en faire davantage pour les familles, pour des garderies plus abordables, pour une vraie gratuité à l'école, en établissant un crédit solidarité qui aidera les familles en difficulté à payer un panier d'épicerie bientôt hors de prix. Nous continuerons de militer pour que le droit à l'oubli, qui mettra fin à la discrimination touchant les survivants du cancer, devienne réalité.

Chaque jour, nous voyons notre chef imposer ses priorités. En quelques semaines, Jean-François s'est amusé à retirer au premier ministre deux de ses arguments d'attaque favoris : d'abord, celui sur l'indépendance. S'il veut en parler, parlons-en sérieusement, dans un vrai débat, pas en débitant des slogans fédéralistes, et prenons le temps de le faire. Puis, celui à propos du déficit imaginaire de 7 G$, toujours invoqué par M. Couillard pour justifier ses plus inexcusables compressions; aucune source crédible ne défend ce chiffre absurde.

Notre chef nous a également demandé d'assurer une présence régulière dans tous les médias : francophones, anglophones, télés, radios, réseaux sociaux. En parlant directement aux citoyens des propositions du Parti québécois, en nous rendant sur le terrain, nous envoyons un signal fort à nos militants : nous sommes avec vous. Ce travail a porté ses fruits, alors que notre vote a connu une forte progression lors des dernières élections partielles et que nous nous apprêtons à accueillir, au retour des fêtes, deux nouveaux collègues à l'Assemblée nationale.

Ce furent huit semaines remplies, et le bilan est positif : des militants engagés, une équipe soudée, un chef bien aux commandes et une population qui répond positivement à nos efforts.

Ensemble, nous continuons notre marche sur le chemin des victoires!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

La souveraineté du Québec en dix citations

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter