Cet été cela fera dix ans que je vis à Montréal. J'ai goutté à trois quartiers différents, j'y ai obtenu un baccalauréat, travaillé, lancé mon entreprise et même donné naissance. La vie en ville possède des caractéristiques qui me sont inspirantes et nécessaires, me permettant de rester zen et heureuse au quotidien. Bien entendu, la proximité de tout est en quelque sorte l'élément central qui m'apporte cette béatitude.


Voici comment cette proximité influence mon travail :

  • La communauté artistique, les artisans et les designers sont mes voisins. J'ai besoin de mes semblables autour de moi, d'échanger avec eux, de partager nos réalités et défis.
  • Sans mes sous-traitants et autres travailleurs connexes, je ne pourrais pas avoir mené mon entreprise Velvet Moustache où elle en est aujourd'hui. J'ai accès à des coupeurs, des tricoteurs, des digitaliseurs et des grossistes. Sachez que oui, il en reste encore à Montréal! Malgré une délocalisation majeure suite à l'abolition des quotas à l'importation des produits fabriqués en Chine, certains manufacturiers spécialisés ont su s'adapter et réussissent à garder le cap en travaillant avec une foule de designers émergents. On aime nos sous-traitants, ils sont généreux et compréhensifs!
  • De plus, mon bureau/atelier est à un coin de rue de chez moi, et la garderie dans le même immeuble et ça, j'apprécie vraiment!!

Montréal pour les temps libres et les responsabilités, ça veut dire :

  • Des épiceries et des parcs partout. On peut tout faire à pied ou à vélo.
  • C'est cultiver de belles relations avec mes voisins d'en bas qui ont des enfants aussi.
  • Aller au parc du coin retrouver mes amis et y partager un pot-luck pas loin des jeux de pétanque.
  • Faire une petite excursion au musée d'art contemporain et revenir par le quartier chinois pour y manger des dumplings aux crevettes.
  • Faire de grandes randonnées de vélo, d'Hochelaga-Maisonneuve jusqu'au canal Lachine, et s'arrêter en passant au marché Atwater pour faire le plein de ravitaillements pour un pique-nique sur les berges.
  • Vivre le multiculturalisme dans mon assiette, c'est bon et très abordable. On retrouve un grand choix de cuisine : italienne, chinoise, indienne et portugaise. Au moins une fois par semaine, je m'en régale!
  • Été comme hiver, on parcourt les carnets d'activités familiales offertes par la ville. On va voir des spectacles de musique à la Place des Festivals, on participe aux fêtes de quartier, on va glisser sur le Mont-Royal, on va à la piscine, on patine...


Si je pouvais résumer l'expression « vivre en ville » à un mot, je choisirais « partage ». Parce que la ville existe simplement par le fait que nous y mettons tous un peu de nous, que nous choisissons de partager notre quotidien et notre espace vital avec son prochain. Mais, sachez qu'après plusieurs semaines consécutives de vie intense à la ville, un ressourcement en nature pour faire le plein d'air pur est pour moi une nécessité. Contempler l'immensité du fleuve St-Laurent autour d'un feu de camp c'est aussi ça le bonheur!

 

Suivre Majorie Labreque Lepage sur Twitter: www.twitter.com/@velvetmoustach

Suivre Le HuffPost Québec