LES BLOGUES

Laïcité mon amour

08/02/2015 08:48 EST | Actualisé 10/04/2015 05:12 EDT

On ne me fouettera jamais pour avoir écrit ce texte. Raif Badawi, lui, a été condamné à 1000 coups de fouet et 10 ans prison pour avoir blogué.

Laïcité mon amour, ma vieille camarade, j'ai un peu mal au cœur de te voir tant dévoyée et utilisée à tout bout de champ... La France, mon pays, a connu un drame il y a peu, un acte monstrueux, terrible, tout ce qu'on veut. Un acte stupide, qui offrait tout un pan de haine à toute une partie de mon pays, ravi de trouver une nouvelle manière de taper sur les musulmans. Après les attaques de mosquées, il y a eu divers actes, plus insidieux, puis ce délire sécuritaire menant à emmener des gamins de huit ans devant des policiers pour répondre d'« apologie du terrorisme »...

Sur Facebook, je voyais des amis québécois publier sur le thème du « je vous l'avais bien dit », envoyant des piques aux « inclusifs » qui s'étaient si naïvement opposés à la Charte des valeurs - du moins la version qui en a toujours été présenté. Quel drame, quelle erreur, quand justement ces drames semblent montrer tout l'inverse.

Il faut le répéter, la majorité de ceux qui s'opposaient à la Charte étaient contre cette Charte, mais pas contre un renforcement de la laïcité. La version autoritaire portée par Bernard Drainville était alors la seule possible pour la plupart du personnel politique... Il reste que pour des raisons historiques, la France a une politique encore plus restrictive que celle proposée en 2012, pour faire simple voici quelques exemples plus ou moins récents :

  • aucun fonctionnaire n'a le droit de porter un signe ostentatoire (hormis des petits bijoux décoratifs);
  • le port de signes religieux distinctifs est formellement interdit à tout élèves de l'école ou du lycée (le cas des université est différents) ;
  • la burqa est totalement interdite dans l'espace public.

Ces règles sont sans nul doute cent fois plus restrictives que la Charte des valeurs, elles enflamment régulièrement les discussions, et tant pis si le port de la burqa ne concerne que moins de 500 femmes sur le territoire. De la même manière il y a eu récemment un ardent débat pour interdire à des mères de familles voilées d'accompagner leurs enfants lors de sorties scolaires. Là aussi, tant pis si cela risque avant tout d'exclure des personnes d'un processus d'inclusion, de les marquer du sceau de l'infamie, alors qu'il s'agissait de volontaires prêts à donner de leur temps pour aider l'école... Heureusement, le gouvernement a fini par sonner la fin de la récré, mais cela montre bien que la situation française est à des lieux de la situation québécoise.

J'ai donc du mal à comprendre que des camarades Québécois analysent la situation française pour dire « haro sur l'inclusion ». Rappelons que les trois meurtriers étaient tous français, étaient nés en France, deux avaient été directement élevés par la France (l'assistance publique)... Leur radicalisation est donc avant tout la preuve d'un échec total de l'inclusion. La raison? C'est évidemment complexe et je n'ai pas la réponse. Mais je doute très fortement qu'enfermer des femmes en burqa chez elles ou qu'empêcher des mères d'accompagner leurs enfants en sorties change quelque chose. Surtout, je ne vois pas en quoi la laïcité est un problème dans tout ça...

La laïcité, selon la loi de 1905, rappelons-le, c'est d'assurer la neutralité absolue de l'État sur la question religieuse et de permettre à tout le monde de vivre sans religion sans discrimination. C'est donc très loin de lois ponctuelles, généralement amenées par l'ignorance et des faits divers, qui stigmatisent largement des innocents. On se retrouve avec de délirantes situations où un président en campagne affirme que le premier sujet de préoccupation des Français est le halal tandis que l'on a des jours fériés religieux (sans parler de Noël, de l'Ascension, la Pentecôté ou l'Assomption...) et que de nombreuses cantines servent du poisson le vendredi sans que personne ne s'en émeuve.

La meilleure réponse à ces dramatiques événements est sans nul doute celle proférée par Jens Stoltenberg, premier ministre norvégien après les attentats d'Utoya et Oslo (70 morts, au nom de la race blanche et de la foi chrétienne) : « Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d'ouverture et de tolérance. » Cela, c'est rappeler qu'en France ou au Québec il ne doit pas y avoir de citoyens de seconde zone, c'est adopter une grande réforme de la politique carcérale pour éviter que la prison ne soit une machine à récidive, c'est aussi combattre l'ignorance, de tous côtés. L'ignorance de ce qu'est la religion musulmane, juive, ou toute autre, sans doute aussi grande chez la plupart des Français que chez ces pseudos fou-d'Allah...

À ce titre, une vraie réforme laïque rappellerait qu'il n'est pas nécessaire de durcir des lois françaises déjà délirantes. Pour ma part, je regarde avec une pointe de jalousie la société inclusive canado-québécoise, je me prends à espérer un jour où la France comprendra que l'immigration est son avenir et qu'elle doit chercher à évoluer aux côté de ses néo-habitants plutôt que de se renfermer vers des réflexes identitaires. (À ce titre, je réjouis vraiment que Pierre Céré ait réussi à passer le cap nécessaire à la candidature à la chefferie du PQ, ne serait-ce que pour porter ce discours inclusif qui semble si démodé à certains.) Une fusion des deux positions pourrait amener à une réflexion plus mesurée, où les tenants de l'autorité de l'État (policiers, juges et - je sais que ça fait débat - enseignants) devraient être absolument neutres tout en veillant à discuter plutôt qu'à punir. Ainsi, on évitera de faire de faits très mineurs pouvant se désamorcer par des échanges des clivages indépassables faisant trembler le gouvernement...

Puis, quand on voudra vraiment causer du sens profond de la laïcité plutôt que de stigmatiser l'islam à tout prix, on pourra se pencher vers des propositions allant dans le sens de la lettre de la loi de 1905. Vous savez, ce genre de discussions scandaleuses qui font pourtant hurler les pseudo-laïcards quand ils se rendent comptent que ça ne touche plus uniquement les musulmans... Quand Eva Joly a proposé, lors de la campagne présidentielle de 2012, que les employés puissent choisir leur jour férié religieux au lieu de se voir imposer les jours chrétiens (les athées pourront aller à la pêche) part exemple. Ou plus récemment quand Esther Benbassa, sénatrice écologiste et spécialiste de l'histoire juive, demande au sein d'un passionnant rapport contre les discriminations qu'un enseignement laïque du « fait religieux » existe au sein de l'école publique, l'instruction étant le meilleur rempart contre l'embrigadement...

Ce texte a été publié en parallèle sur le blogue La politique québécoise vue de France.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les attaques contre les médias en France

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter