LES BLOGUES

La seule retraite qui m'intéresse, c'est celle de... Marie-France Bazzo

20/09/2014 07:59 EDT | Actualisé 20/11/2014 05:12 EST

Mais oui, bien sûr, c'est une blague, même si je rêve (non, j'ai l'objectif) d'animer un jour ma propre émission. Et puis, je devrais attendre longtemps, car je ne pense pas que mon idole va prendre sa retraite du micro de sitôt. De toute façon, a-t-on vraiment envie de battre en retraite quand on aime ce que l'on fait? Parlez-en à un certain monsieur Languirand!

Non, je cherchais plutôt une façon légère d'aborder un sujet beaucoup moins drôle, l'épargne pour la retraite. Comme les saisons, les cris d'alarme sur le faible niveau d'épargne des Québécois en vue de leur retraite reviennent régulièrement hanter les bulletins de nouvelles. Qui va payer? L'État pourvoyeur, aura-t-il les moyens de soutenir un revenu de retraite décent à sa population vieillissante? Que faire pour encourager le peuple à épargner toujours plus alors que fondent comme neige au soleil ses meilleures intentions et ses bas de laine? En plus de précieux conseils, de petites vidéos sont diffusées dans les médias comme autant de petites leçons de vie. Ici, une famille surendettée qui reconnaît vivre au-dessus de ses moyens. Là, un couple qui préfère se priver de sorties au restaurant, de télévision ou d'autres gadgets de communication moderne pour mieux vivre leur passion du voyage.

Oh, bien sûr, je me sens à chaque fois interpellée par le sentiment d'urgence évoqué par les chroniqueurs ou les conseillers financiers. J'ai même l'impression qu'ils s'adressent directement à moi : « Eh toi, oui toi là, c'est bien à toi que l'on s'adresse, tu as la quarantaine bien sonnée et tu n'as pas beaucoup d'épargne? Mais qu'est-ce que tu attends? Tu as déjà pris bien du retard. Il est même peut-être trop tard... »

Hé là là, qu'on est loin du rêve « Liberté 55 » dont certaines générations auront quand même eu la chance de profiter pour se la couler douce dès la mi-cinquantaine avec un revenu décent assuré jusqu'à la fin de leurs jours. Les chanceux... Mais de nos jours, à part pour quelques ordres professionnels encore privilégiés, y a-t-il vraiment quelque chose de garanti pour assurer à qui que ce soit une retraite où le petit café du matin aura le délicieux goût du temps qui passe doucement? En plus de la triste réalité d'aînés de plus en plus nombreux qui vivent une retraite de misère, des manchettes mettent aussi trop souvent à jour le cas de personnes qui sont dépouillées de leur épargne par des malfrats en cravate ou dépossédées d'une partie de leurs épargnes en raison de difficultés financières du régime de retraite de leur employeur. Certains se retrouvant ainsi du jour au lendemain sous le seuil de la pauvreté après avoir travaillé toute leur vie. À ce titre, les prochaines semaines au Québec rappelleront le cas de travailleurs qui doivent se battre pour défendre des gains chèrement acquis. Même si je fais référence ici aux employés municipaux qui ne sont certainement pas les plus à plaindre sur l'échelle de la débandade quant à la retraite grâce à des régimes de retraite assez généreux, leur lutte pour leurs droits reste légitime.

Je précise « pas les plus à plaindre » car il y a tous les autres : ceux qui n'ont pas de régime de retraite d'employeur, ceux qui n'ont pas de REER ou un tout maigrichon, ni même de petites économies. Il y a aussi les précaires, les temporaires, les saisonniers, les employés au salaire minimum, les travailleurs autonomes... Bref tous ceux qui font baisser le faible taux de chômage, mais qui viennent gonfler la liste des personnes qui vont certainement devoir ramer dur jusqu'à perpète. Dans leurs cas, que signifie vraiment le mot « retraite »?

Car de ceux-là, j'en fais partie. Il y a deux ans, j'ai participé à l'émission L'après-midi porte conseil animée par Dominique Poirier sur les ondes de la Première chaîne de Radio-Canada. Ce jour-là, on y parlait de retraite (la preuve que c'est un sujet qui revient régulièrement).

« La retraite? Je n'y pense pas, bien trop occupée à vivre le moment présent », avais-je indiqué. Comment puis-je me projeter dans l'avenir alors qu'au moment où je vous parle, mes principales préoccupations sont de m'assurer un niveau de vie décent, de payer mes factures à temps, d'assurer un bon niveau d'études pour ma fille, etc. Mettre de l'argent de côté? Oui, je le fais quand je le peux et, heureusement, car cela m'est utile pour les petits ou les gros pépins, mais aussi pour me payer des petits plaisirs de temps en temps. J'ai bien le droit, non? ».

Car, comment me projeter 30 ans plus tard alors que je ne sais pas jusqu'à quand je vais devoir travailler. 70 ans ou plus? Et puis, de quoi sont faits nos lendemains? On ne le sait pas toujours. Mon père est décédé à la veille de ses 50 ans après avoir travaillé comme un fou et n'avoir profité de rien. Pour ma part, j'ai changé de continent (volontairement) à 28 ans avec l'obligation de recommencer ma vie professionnelle à zéro. Il y a quatre ans, je gagnais 60 000 dollars, deux ans après, mon revenu était de 18 000 dollars parce que j'ai décidé de me lancer à mon compte (on ne le dit pas assez, mais ça coûte cher, l'entrepreneuriat...)

Non, vraiment, j'ai du mal à concevoir le fait de travailler toute ma vie pour assurer une période de celle-ci où je ne serais peut-être plus assez... vivante. Plus d'argent? Eh bien, j'irais vivre dans un petit village en bord de mer à me nourrir de fruits et de poissons fraîchement pêchés. Ça, c'est un vrai projet de retraite. En plus, je n'aurais pas graissé au passage les revenus d'institutions financières souvent promptes à recevoir votre épargne, mais peu à vous épargner des soucis en cas de difficultés passagères. Surtout si vous êtes une mère célibataire monoparentale (bip), locataire (bip, bip) et travailleure autonome (bip, bip, bip)...

À VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST:

Les régimes de retraite en bref

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter