LES BLOGUES

Bébé Victoria, ou la dérive de nos médias

03/06/2014 12:56 EDT | Actualisé 02/08/2014 05:12 EDT

Première constatation : pourquoi s'étonner toujours autant de l'impact des réseaux sociaux comme si on venait de découvrir leur existence ? Ils font pourtant partie de notre quotidien depuis pas mal d'années. De plus, leur raison d'être est d'être viral. Viral comme dans virus ; donc c'est sensé se propager rapidement, non ?

Deuxième constatation : avait-on vraiment besoin de publier une photo gros plan du bébé avec sa petite peluche ? Aurait-on pu respecter l'intimité et le soulagement des parents plutôt que de les jeter en pâture médiatique notamment avec cette entrevue dans leur chambre d'hôpital ? Déboussolés, j'imagine qu'ils n'ont pas vraiment eu toute la force nécessaire de repousser la horde de journalistes-vautours à leurs trousses. Quel exploit pour celui ou celle qui décrocherait LE scoop... (il faut dire que ces journalistes répondent à la commande de patrons empêtrés dans une quête de rentabilité avant tout, au détriment de la qualité).

Même Radio-Canada joue dorénavant le jeu de cette information voyeuriste, facile et rabâchée. Au lendemain de l'événement, du matin au soir, chaque bulletin d'information et plusieurs émissions notamment sur Ici Radio-Canada Première ont fait leurs choux gras avec la nouvelle. Plutôt que de revenir sur des faits désuets (le retour sur les événements) et des détails pour faire pleurer dans les chaumières, il aurait pourtant été opportun de se demander comment une jeune femme de 21 ans autrefois pimpante et pleine de vie en était-elle arrivée à commettre un tel acte (une sorte d'appel à l'aide ou même de suicide) gonflée à bloc de médicaments et de détresse ? Quel constat devrions-nous en tirer sur l'état de notre société ? Devrait-on revoir la prise en charge des personnes - de plus en plus nombreuses - aux prises avec des troubles mentaux ? Car, ne soyons pas dupes, il faut s'attendre à des actes de plus en plus violents.

Un autre exemple de cette information sensationnaliste et voyeuriste ? L'accident de vélo de Pierre-Karl Péladeau. Pendant toute une journée, nous avons entendu le récit de sa chute et son bilan de santé officiel. Je comprends qu'il s'agit d'une personnalité publique, mais de là à répéter ad nauseam qu'il allait bien et qu'il allait devoir se déplacer en fauteuil roulant, le pauvre, il y a des limites. Vous n'êtes pas d'accord ?

Je constate qu'une piètre qualité de l'information se répand de plus en plus dans nos médias. Un contenu de fond, rigoureux, instructif et enrichissant manque terriblement. Un constat qui me donne cette désagréable impression d'un repli sur notre petite collectivité et de vivre dans un vase clos où tout ce qui a de l'importance est cette information « fait divers » et la surexposition de sujets comme le sport, la météo et le divertissement.

Comment en sommes-nous arrivés à ce grand paradoxe du manque de choses à dire et de pensée unique dans un bassin de plus en plus grand de sources d'informations et d'ouverture sur le monde ? Comme je l'avais déjà mentionné dans un précédent billet, la concurrence entre Gesca et Quebecor y est certainement pour quelque chose avec leurs objectifs de rentabilité qui plombent la « liberté » de leurs journalistes, ceux-ci ayant la responsabilité de « produire de la nouvelle » - lire ici « micros-contenus écrits à partir d'infos lues, vues ou entendues » transférables sur les multiples plateformes. Pas vraiment le temps pour eux de faire du journalisme d'investigation.

Doit-on s'inquiéter de cette homogénéisation des contenus médiatiques ? Très certainement d'autant plus que la « vérité » repose trop souvent dans ou entre les lignes et les dires d'un groupuscule de journalistes-chroniqueurs* comme je l'avais également déjà relevé. Quoique leurs interventions dans leurs billets d'opinion puissent être fort intéressantes, il n'en reste pas moins qu'elles sont le reflet de leurs propres interprétations de l'actualité. On les approuve, on les rejette, on les critique. Mais est-ce suffisant pour développer une opinion et, dans un sens plus large, une culture générale ? J'en doute. Aussi, pensez-vous vraiment qu'il est possible de comprendre et de développer notre connaissance des enjeux géopolitiques mondiaux avec uniquement des segments sur le thème « le monde en bref » dans les télé-journaux ? Certes, vous me direz qu'il est toujours possible de trouver ailleurs d'autres sources d'information plus étoffée. Malheureusement, je ne crois pas que ce soit une initiative du plus grand nombre.

Certains pontes des médias (ici et ailleurs) diront qu'il faut donner à la populace ce qu'elle veut voir, entendre et lire. Mais comment peuvent-ils vraiment savoir ce qu'elle veut s'ils n'essaient pas autre chose ? Ben non, voyons, il est préférable de lui offrir, à cette populace, de la matière soporifique ; ça lui évite de trop penser et de se fatiguer. Et surtout de se questionner.

Attention, je ne suis pas contre du contenu plus léger que je « consomme ». Toutefois, considérant notre paysage médiatique fort petit, j'estime qu'il est primordial d'avoir au moins une référence fiable et de très grande qualité. Je pense que la Société Radio-Canada, dans le cadre de son mandat de diffuseur public, devrait jouer ce rôle. Malheureusement, elle a perdu de son lustre (je ne suis pas la seule à le penser), et s'est détournée de sa mission première pour s'accoter au style de ses concurrents. Alors que TVA ou V par exemple jouent parfaitement leur rôle, la Société Radio-Canada s'est, elle, véritablement égarée.

* Je ne suis ni journaliste, ni chroniqueuse, ni professionnelle des médias.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Bébé enlevé puis retrouvé à Trois-Rivières



Enfants portés disparus au Québec



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?