LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Luc Breton Headshot

Notre signature vestimentaire est-elle fausse?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Avec élan et avec toute la fierté qui m'habite, je signe de ma main droite les documents que me présente la notaire pour la vente d'un de mes biens. Précédée par son index, elle me guide, «Signez ici, et ici et là, et vos initiales, ici, en bas». Aussi simple que cela. Ma signature valide mon identité.

Il y a une quinzaine d'années, mon institution financière m'a contacté pour authentifier ma signature sur un document. Avec le temps, mon autographe s'était drôlement simplifié et relevait davantage d'un geste artistique que d'une signature de premier de classe. Compte tenu de ma passion pour les comportements humains, mon premier réflexe a été de me demander si la modification de ma signature correspondait à d'autres changements dans ma vie.

Je me suis alors rappelé mon cours en graphologie à l'Université de Montréal où la formatrice avait bien précisé que notre style d'écriture pouvait varier selon qu'on écrivait un texte ou qu'on signait un chèque.

Quand je replonge dans un de mes nombreux cahiers barbouillés et que je sélectionne une page au hasard, je remarque avec stupéfaction à quel point mon écriture peut varier. Il m'arrive de me demander si c'est bel et bien moi qui les ai écrits. Une écriture à géométrie variable, pourrais-je dire. Mes mots sont illisibles et désordonnés certains jours, atrophiés même, et à d'autres moments ils sont majestueusement déposés sur les lignes du cahier et alignés comme l'écriture des religieuses qui m'enseignaient au primaire, une plume élégante. Cela est-il influencé par mon humeur, ma nervosité du moment, ma fébrilité, ma sérénité certaines journées où j'ai une embellie ou cela ne dépend-il que du type de crayon que j'utilise, l'outil ? Pousse-mines, porte-mines, plumes fontaines, stylo-bille, banal crayons au plomb chapeauté d'une efface.

En est-il ainsi de ma signature vestimentaire?

Bien évidemment! Mon rapport au vêtement est comparable à ma relation à l'écriture cursive. J'utilise souvent la métaphore dans l'animation de mes ateliers. La signature écrite et la signature vestimentaire se prêtent bien à ce jeu, sans toutefois tomber dans l'analyse à l'emporte-pièce.

Mais voilà qu'en cette période des fausses nouvelles, de la post-vérité, de la désinformation et du populisme que nous traversons, je m'interroge sur ma propre authenticité : ma signature vestimentaire serait-elle fausse?

Notre signature: un choix personnel ou dicté?

Comment se positionner entre «ne pas être comme tout le monde» et avoir une identité vestimentaire propre sans pour autant être marginal, déguisé ou faux? Ce que nous souhaitons essentiellement, c'est d'avoir une signature vestimentaire qui nous distingue.

Où se situer entre « has been » et « wannabe », fashion victim et caduque ou encore, hauts en couleur et out en couleurs? À demander l'avis de tout un chacun, on oublie de se fier à soi. Il devient alors difficile de valider nos choix sans gangrener notre estime ou notre confiance. Nous éloignons-nous de notre nature profonde? Matraqués par les avis des pros, influencés par les images publiques et sensibles aux commentaires des autres, dans quelle mesure notre signature vestimentaire est-elle un choix personnel, délibéré, et jusqu'à quel point est-elle dictée par la société?

«Être comme tout le monde équivaut à n'être personne» (Élise Ricadat, Lydia Taïeb, Rien à me mettre, le vêtement, plaisir et supplice). Cette citation, brutale, révèle bien une interrogation ressentie par les participants à mes ateliers : évoluer ou figer?

Une signature vestimentaire n'est pas fixe dans le temps et doit évoluer. L'air du temps influence la culture, les loisirs, l'architecture, les communications, le sport et la consommation sous toutes ses formes. L'industrie de mode y participe grandement. Même s'il est permis d'en douter parfois, la société évolue et les règles et les codes changent.

Si le changement est synonyme d'avancement pour certains, il se retrouve à l'autre extrémité du spectre pour d'autres. Leur signature vestimentaire est figée.
Se cantonner dans un style vestimentaire est une pratique insidieuse qui peut cacher une résistance aux changements, laissant sous-entendre que la nouveauté nous effraie, que le passé est préférable au présent. Ce comportement peut faire boule de neige puisqu'il risque de se généraliser à divers domaines de notre vie. «Leur impossibilité à se glisser dans des images d'elles-mêmes trop variées témoigne d'une intériorité fragile, d'un rapport à leur corps extrêmement rigide, où le jeu et la fantaisie ne peuvent trouver leur place». (Élise Ricadat, Lydia Taïeb "Rien à me mettre", le vêtement, plaisir et supplice).

Écriture vivante ou amorphe?

J'ai une passion (plutôt une collection) pour les crayons, les plumes et les cahiers. J'ai toujours écrit ce qui m'inspirait au quotidien, pris en note des extraits de mes lectures ou des citations entendues à la télé ou à la radio. Je m'en inspire quand j'ai à rédiger un texte, j'écris en dilettante. Parfois je colle dans mon cahier une image taillée dans une revue, je griffonne, je barbouille et mon plus grand plaisir est de modifier au crayon plomb les visages des gens dans les journaux. Maquillage plus prononcé, lèvres pulpeuses, oreilles décorées, piercings dans l'aile du nez, à tel point qu'on ne reconnaît plus Paul Arcand du FM 98,5 ou Gino Chouinard de Salut Bonjour, pas plus d'ailleurs que Denise Bombardier que je travestis en drag queen.

Comme je le fais avec mes crayons et mon écriture, j'utilise le vêtement pour me manifester, m'affirmer, m'afficher, m'individualiser, socialiser et véhiculer mes valeurs. Mon image est vivante et modifiable. Jean-François Amadieu, (La société du paraître), synthétise ce phénomène des images multiples : «Les images que nous offrons de nous-mêmes sont tantôt glamour, tantôt naturelles, tantôt drôles, tantôt sexy, ou alors carrément professionnelles».

Cette diversité de nos images nous libère-t-elle de notre modèle rigide ou crée-t-elle, au contraire, davantage d'insécurité face à ces questions existentielles : «Qui suis-je?» Qu'est-ce que je projette? Qu'est-ce ce que je dégage?

Mais je ne suis pas faux pour autant.

www.lucbreton.com


Close
Les hommes et leurs complexes
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

À VOIR AUSSI