LES BLOGUES

La qualité de l'air dans nos écoles, un dossier plus que préoccupant

26/09/2013 12:26 EDT | Actualisé 25/11/2013 05:12 EST

À la veille de chaque rentrée scolaire, la CSQ tient une conférence de presse durant laquelle nous abordons, normalement, nos priorités en matière d'éducation pour l'année à venir et les grands dossiers qui nous préoccupent.

Cette année, la CSQ, la Fédération des syndicats de l'enseignement, la Fédération du personnel de soutien scolaire et la Fédération des professionnelles et professionnels de l'enseignement du Québec ont convenu de mettre uniquement un dossier de l'avant : la qualité de l'air dans les écoles québécoises !

Je me réjouis de voir cette question soulevée par le député de Mercier, Amir Khadir, et son collègue candidat dans Hochelaga-Maisonneuve, Alexandre Leduc. En effet, la sortie de Québec solidaire, lundi matin, permet de réitérer la demande faite en début d'année scolaire: nous avons besoin d'un portrait complet de la situation.

Ce n'est pas qu'à Montréal

Les problèmes de qualité de l'air qui ont affecté les écoles montréalaises citées en exemple par le député de Mercier ne s'arrêtent pas aux limites de Montréal ! Ils peuvent également survenir dans des établissements en région.

Par exemple, cela a été le cas en Montérégie où la Direction de la santé environnementale de l'Agence de santé et de services sociaux contactera certains de nos syndicats pour mieux comprendre la situation. La mauvaise qualité de l'air a aussi été constatée l'an dernier dans une dizaine d'écoles en Gaspésie, en Outaouais et dans les Laurentides où des concentrations élevées de radon ont été détectées.

Protéger la santé des élèves et du personnel, une priorité

L'éducation est une des valeurs importantes pour la population québécoise, il faudrait que cela se reflète dans la salubrité des édifices scolaires et la qualité de l'air ! À force de couper les fonds des commissions scolaires (en 10 ans, elles ont écopé de compressions de près d'un demi-milliard de dollars), on finit par nuire à la qualité de l'environnement d'apprentissage des élèves. S'assurer de bien protéger les élèves et le personnel des écoles devrait être une priorité.

Un manque de données

Ce qui empêche de bien cerner l'état des choses, c'est que nous n'avons pas de portrait complet de la situation. Il n'existe pas de registre national où sont consignés les problèmes liés à la qualité de l'air dans les écoles. Certaines directions d'établissement en ont peut-être une idée, mais comme dans le cas de l'amiante, elles ne sont pas dans l'obligation d'acheminer leurs données à un seul endroit.

Un portrait complet de la situation permettrait de mettre sur pied un véritable plan d'action national à moyen et à long terme.

Investir dans l'entretien préventif

Certes, l'entretien préventif représente une dépense importante à court terme, surtout lorsqu'on tente de boucler un budget serré. Cependant, n'importe quel propriétaire de maison vous le dira : il en coûte dix fois plus cher de ne rien faire et de devoir tout changer.

Même Mario Dumont, qui n'est par ailleurs pas un grand adepte des commissions scolaires, reconnaissait que les réductions budgétaires imposées à ces dernières avaient nui à l'entretien des bâtiments. Les échos de notre propre conférence de presse et de celle de Québec solidaire semblent indiquer que nous avons un consensus social sur la question de la qualité de l'air dans les écoles. Il ne reste plus qu'à agir !

Quelques liens

- Du radon dans les écoles du Québec (La Presse)

- Québec solidaire dénonce l'inaction du PQ (Canoë)

- Rentrée scolaire 2013: de vives inquiétudes au sujet des conditions sanitaires des écoles  (CSQ)

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Où se cachent les germes dans la chambre de votre enfant?

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.