LES BLOGUES

25 ans plus tard, je me souviens

05/12/2014 11:08 EST | Actualisé 04/02/2015 05:12 EST

25 années ont passé et le choc de ce geste violent perpétré par Marc Lépine envers les femmes à l'école Polytechnique demeure entier. Ce choc demeure entier parce que la violence faite aux femmes n'a pas cessé. Pire encore, certains vont même jusqu'à nier l'existence de cette violence !

L'aveuglement volontaire

Quand Peter MacKay, ministre de la Justice du Canada, déclare: «On ne saura possiblement jamais pourquoi le tireur Marc Lépine a abattu 14 femmes le 6 décembre 1989», il insulte la mémoire des victimes de cette tragédie.

Nous savons très bien pourquoi les 14 victimes de cette tuerie ont été ciblées. Nous le savons parce que le tueur avait pris la peine de l'écrire dans un infâme manifeste misogyne, criant sa haine des femmes avant de passer à l'acte. Aujourd'hui encore, cette haine fait trop souvent des victimes.

#AgressionNonDénoncée et Je suis indestructible

Cette haine, on la retrouve dans des centaines, voire des milliers, d'exemples de dénonciation par des survivantes d'agression sexuelle qui racontent leur histoire sur des sites comme www.jesuisindestructible.tumblr.com ou par le mot-clic #AgressionNondénoncée pour se libérer du fardeau du secret.

On la retrouve aussi dans l'histoire de cette jeune femme allemande battue à mort pour avoir défendu deux jeunes adolescentes subissant du harcèlement sexuel dans un établissement de restauration rapide.

Violence économique

La violence envers les femmes est aussi économique. Les politiques d'austérité participent à l'appauvrissement des femmes, car elles sont davantage touchées par les compressions budgétaires et les hausses de tarifs. C'est une forme de violence tout autant inacceptable.

Commémorer pour se rappeler, se souvenir pour agir

Je me souviens du drame de Polytechnique, non pas pour rester dans le passé et déplorer une tragédie. Je m'en souviens pour avancer et aller de l'avant. Je m'en souviens pour porter un projet de société plus juste pour toutes et tous, une société où l'égalité homme-femme est une réalité.

LIRE AUSSI:

>Berlin prépare Noël, Montréal vit un drame - 25 ans après! - Évelyne Abitbol

>Ma Poly à moi - Claude Aubin

>Un 7 décembre sur Terre - Patrick Bellerose

>25 ans plus tard, nous sommes encore des «bitches» - Sophie Bérubé

>6 décembre: se souvenir et surtout agir! - Françoise David

>Des monstres et des hommes - Caroline Dubois

>Polytechnique: 25 ans de supercherie et de mensonges - Stéphane Gendron

>La faute aux féministes? - Marilyse Hamelin

>Polytechnique: la haine des femmes - Fatima Houda-Pepin

>25 ans après, les hommes sont-ils enfin prêts à entendre... et à changer? - Simon Lapierre

>«Polysesouvient» sauf d'Hélène Colgan, la victime qui dérange - Jessie Mc Nicoll

>Polytechnique: tant d'euphémismes pour nier la misogynie - Jocelyne Robert

Les victimes de l'École Polytechnique - 1989

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter