LES BLOGUES

Le gouvernement Couillard vous souhaite une bonne année

08/12/2014 12:34 EST | Actualisé 06/02/2015 05:12 EST

Il faudra bien profiter de la fin de l'année 2014 puisque ce sera la dernière année où nous, travailleuses et travailleurs, pourrons souffler. La mise à jour économique du ministre des Finances, Carlos Leitão, ne nous apprend pas grand-chose, mais elle permet au moins de mettre une chose au clair : le gouvernement Couillard est celui des riches et puissants.

Pour répondre à son obsession du déficit zéro, le gouvernement Couillard frappe encore les travailleuses et travailleurs, et les plus faibles de notre société plutôt que de prendre ses responsabilités et de s'assurer d'une juste redistribution de la richesse qui est créée au Québec.

Le gouvernement des riches et puissants

Ne passons pas par quatre chemins, le gouvernement libéral est en train d'appauvrir la classe moyenne. En privant les citoyennes et citoyens québécois de services publics de qualité et accessibles, et en augmentant la tarification tous azimuts, le gouvernement de Monsieur Couillard est en train de nuire à l'économie du Québec.

Les Québécoises et Québécois ne peuvent plus se serrer la ceinture davantage. Et pendant ce temps, les institutions financières, les entreprises et les mieux nantis peuvent se targuer d'avoir été si peu ciblés par les mesures draconiennes du gouvernement Couillard.

« Leitão frappe le secteur financier » ?

On pouvait lire ce titre sur lapresse.ca hier, à quelques minutes de la mise à jour économique du ministre Leitão. Il y a de quoi rire ! En bon banquier qu'il est, le ministre des Finances n'a pas osé taxer le capital des banques, allant plutôt chercher un maigre 128 millions de dollars sur le capital des compagnies d'assurances de personne.

Devinez qui se verra refiler cette facture en augmentations de primes d'assurance ? Eh oui, les mêmes familles qui envoient leur enfant en services de garde et qui devront composer aussi avec la hausse des coûts de la SAAQ.

Un peu de courage

Encore une fois, le gouvernement n'a pas eu le courage de rétablir la taxe sur le capital des banques, taxe qui a été abolie en 2011 par le PLQ et dont le rétablissement permettrait d'aller rechercher au moins 600 millions de dollars par année ! Quand on pense que le profit des six plus grandes banques canadiennes pour 2013 s'élevait à 30,3 milliards de dollars... Saviez-vous que les institutions financières ont le taux d'imposition le plus bas de tous les secteurs d'activité économique ?

Philippe Couillard demande à la population du Québec de sacrifier ses services publics et son pouvoir d'achat au nom d'une idéologie qui ne vise en rien l'amélioration de ses conditions de vie. Au contraire, quand on encourage la misère et la précarité, on nuit à l'économie et aux familles. Diriger un État, c'est prendre soin des gens qui l'habitent, ce n'est pas gérer une entreprise. C'est pourtant simple à comprendre non ?

VOIR AUSSI

Les compressions du gouvernement Couillard

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter