LES BLOGUES

Le Cégep et la communauté des têtes à Papineau!

25/08/2014 12:11 EDT | Actualisé 24/10/2014 05:12 EDT

Tout le monde connaît l'adage, devenu lieu commun au panthéon des expressions québécoises célèbres, « Ça prend pas la tête à Papineau !». Ma mère, comme mes maîtres, parfois exaspérés devant ma lenteur à comprendre, n'hésitaient pas à l'employer.

Dans la foulée des réactions au sujet du Cégep ou la communauté des têtes bien faites, je note l'importance dévolue au rôle crucial de la formation fondamentale et, particulièrement de l'enseignement de la philosophie, au cœur des compétences à acquérir comme à pouvoir.

La meilleure formation intellectuelle n'est pas celle qui se spécialise dans les sciences particulières ou dans des arts particuliers, mais celle qui offre l'occasion du développement du jugement. Un tel potentiel favorise l'harmonisation des savoirs déjà acquis et assure l'intégration de ceux à acquérir. Il s'agit d'apprendre à prendre du recul pour adopter le profil de la vue d'ensemble. C'est un peu comme demander à un apprenti matelot de maîtriser la navigation à voile et le guidage à l'estime avec un sextant. On peut penser que cela est ridicule quand on songe au fait que les navires actuels sont équipés de GPS et d'instruments électroniques de grandes précisions. Mais bien des écoles navales continuent d'intégrer ces cours aux accents archaïques dans leur curriculum. La raison invoquée tient au fait que cette formation assure l'acquisition ce que l'on appelle le « sens marin », une sorte de sixième sens permettant de comprendre, d'estimer et de bien réagir aux grandeurs et aux misères de la vie en mer.

Cela me rappelle une analogie employée par ce vieil Augustin d'Hippone. Il racontait que les études libérales avaient le mérite d'extirper les hommes à la dispersion. Il pensait que la vie intellectuelle bien menée corrigeait la trop courte vue de la majorité d'entre nous. Sans elle, nous confondons trop facilement la partie avec le tout. Il disait que celui qui est sans éducation est comparable à l'homme regardant une mosaïque de trop près. Il risque de juger insignifiante la seule pierre attirant son regard et il conclura souvent à la confusion dans la variété des pièces, faute d'appréhender l'ensemble et de discerner l'arrangement. Bref, les études libérales permettent de développer le « sens humain » et « d'embrasser d'un seul regard les divers ornements dont la réunion ingénieuse forme un tout d'une éclatante et admirable beauté. »

Éduquer à la beauté, voilà peut-être le ressort de toute véritable réforme pédagogique. En tous cas, l'enseignement supérieur (Cégeps et universités) a plus que jamais besoin de former des « têtes à Papineau ». Philippe Aubert de Gaspé a dit du jeune Papineau que « Tout faisait présager une carrière brillante à cet enfant passionné pour la lecture et dont l'esprit était déjà plus orné que celui de la plupart des élèves qui achevaient leur cours d'études ».

Orner des têtes par la lecture des grands classiques est le moyen d'assurer le «sens humain» au moment de prendre le large en d'affronter les grandeurs et les misères de l'aventure civile de son siècle.

Pour ce qui est des bénéfices concrets attendus, j'ajoute ici deux liens avec des articles témoignant de la pertinence des études en philosophie au profit de carrières dans le monde des affaires. Je vous laisse juger :

Oxford: Ces diplomés en philosophie qui deviennent traders

The Unexpected Way Philosophy Majors Are Changing The World Of Business

En amont de la « tête bien pleine » souhaitée par notre premier ministre, la meilleure part ne revient-elle pas aux têtes bien faites à la Papineau ? Voilà, au coeur de l'actualisation des compétences et du souci des approches d'orientation, ce qui garantit les promesses d'avenir ...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?