LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Louis Frédéric & Geneviève  Headshot

Ping Pong à la thaïlandaise

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Bangkok, 22 h.

Notre séjour à Bangkok s'achève bientôt. Je discute avec Maude de nos options. À mon avis, comme c'est sa première visite dans la capitale thaïlandaise, on ne peut visiter cette ville sans expérimenter l'envers de son décor...

Bangkok est une ville que j'adore. Autant elle brille de ses multiples temples aux parures dorées et ses quartiers éclectiques, qu'elle peut aussi surprendre par sa scène glauque et déjantée. As-tu déjà entendu parler du Ping Pong spectacle, je lui demande? Je crois qu'il faut y aller, ne serait-ce que pour l'expérience « psychosociale »! En moins de temps qu'il en faut dire « go », nous sommes en route pour Patpong, le quartier du sexe et son immense marché de nuit.

Arrivée sur place, j'avise Maude qu'il s'agit d'un endroit réputé pour ses arnaques de toutes sortes. Il faudra rester vigilantes et tout prévoir pour éviter d'y laisser le reste de notre budget de voyage.

Nous parcourons les allées du marché bordées par d'innombrables bars de danseuses. L'offre est démesurée par rapport à la demande. On en profite pour jeter un œil à l'intérieur des bars, la plupart sont presque vides, mais on y compte toujours une dizaine de danseuses et de « ladyboys », debout et bien entassés sur la scène alors qu'elles ne peuvent à peine bouger les bras.

Les bars à Ping Pong, eux, sont bien cachés, souvent au 2e étage d'un bar sombre et louche. Quoiqu'à l'abri des regards indiscrets, ces bars sont faciles à trouver, on ne peut faire 100 mètres sans qu'un racoleur nous accroche pour nous vendre un spectacle. Il est temps de passer à l'action, on accepte alors de suivre un ''promoteur'' qui nous emmène au soi-disant meilleur spectacle de Ping Pong en ville.
À l'aide de mon anglais à l'accent thaï et mes meilleurs mimes, je lui explique clairement que j'accepte de voir le spectacle si je paie ni frais d'entrée, ni frais de spectacle ni rien d'autre que nos consommations. YES YES, me répond-il en me pointant une affiche qui indique « FREE SHOW, NO COVER, BEER 60 bath ».
Si c'est écrit, c'est que ça doit être vrai!

2016-05-17-1463480821-8238787-13219808_10153433990071193_689209194_n.jpg

Crado à souhait, le bar est rempli d'hommes dans la soixantaine avancée pâmés devant les « filles » rondelettes. Parfait! Je me dis que ça ajoute au spectacle, c'est plus trash! Je me réjouis de la mine de mon amie qui vacille entre traumatisme, fascination et dégoût.
Une vieille dame en pantoufle vient nous servir nos bières et dépose un verre d'alcool fort sur la table. J'explique rapidement à Maude ce qui vient de se passer (c'est une arnaque commune où ils te facturent toutes les consommations qui sont sur ta table, que tu les aies commandées ou non) et rappelle la dame pour qu'elle récupère son verre. Elle le reprend, mais tente à nouveau de le replacer subtilement sur la table. Une dernière tentative bien maladroite. Je la rappelle aussitôt à l'ordre en lui lançant un « OY! I DON'T WANT! », bien senti. Elle le reprend, exaspérée. C'est réglé!

On regarde donc le spectacle avec une pointe d'appréciation.
-Ce n'est pas évident déboucher un soda avec sa chatte quand même!
-Tu penses qu'elle a de la corne?
-En tout cas, elle doit goûter le cendrier, regarde elle fume avec sa...
-Euh... ouache!

Après nous avoir fait un beau dessin, lancé des bananes, soufflé des bougies et joué un air de trompette avec son entrejambe, on s'est dit qu'on devrait y aller avant qu'elle nous sorte une colombe!

Quelques « ladyboys » passent alors dans l'assistance pour amasser les pourboires et encourager l'artiste. Une petite contribution pour ses études! Pourquoi pas! J'en profite pour demander l'addition. Je m'aperçois alors que la dame en pantoufle semble avoir ajouté elle-même, une généreuse contribution pour le spectacle...

Ma facture qui devait me coûter le prix de 2 bières me coûte 132 $ ! Je suis bleue ! Sur ma facture, on m'a ajouté 37 $ en frais de spectacle, le fameux verre de fort, un frais démesuré et inconnu écrit seulement en Thaïlandais et finalement, les deux bières.
-Euh excuse- me, is this a joket?!?

Elle a le culot de m'expliquer la facture en plus! M'imaginant déjà en prison parce que je refuse de payer, je lui explique (avec ce qu'il me reste de calme) qu'on m'avait bien dit à l'entrée qu'il n'y aurait aucuns frais supplémentaires.

Elle me regarde droit dans les yeux et me défie d'aller chercher celui qui a dit ça. Ah la petite crisse! Je hausse le ton un peu en lui disant que je paie 200 bath (7 $) plus un pourboire pour l'excellente performance de l'artiste et pas un sou de plus! On s'obstine encore, jusqu'à ce qu'elle me sorte une liste de prix identique à celle que j'avais vu à l'entrée à la seule différence que les prix sont multipliés par 5. J'en crois pas mes yeux! Devant mon aire outrée, elle décide de me faire une faveur et ajuste la facture à 1000 Bath (36 $ CAD).

Là je disjoncte;
-Listen, i said 200 bath and that's it. If it's not ok, I go to the police! Je lui donne l'argent qu'elle ramasse aussitôt en me criant une belle brochette d'insultes thaïlandaise par la tête. On descend en courant les escaliers, puis on se retrouve à nouveau au milieu des racoleurs qui nous offrent aussitôt un spectacle de ping-pong.
-Pis Maude, t'as aimé ça ?

Pour en savoir plus, visitez le site du couple globe-trotter:
http://www.auboutdumonde.voyage/

Pour suivre les aventures de Louis-Frédéric et Geneviève au bout du monde sur les médias sociaux, abonnez-vous à leur page Facebook et admirez leurs photos sur Instagram.

À VOIR ÉGALEMENT :

Close
Invitez la Thaïlande dans votre assiette!
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter