LES BLOGUES

L'instinct et l'œil du tigre

17/04/2017 08:22 EDT | Actualisé 17/04/2017 08:22 EDT

Ah, Mathieu Roy, je me souviens de toi, et heureusement non seulement à cause du passage qui suit.

Je me souviens, Waterfall du groupe TLC trônait au sommet des décomptes musicaux, comparativement à mon fond de culotte qui traînait sur le plancher, alors que je déambulais avec ma face à claque dans les allées des cases orangées de la J-H Leclerc. Mathieu, qui se trouva dans mon angle mort, côté droit, m'interpella par mon nom, et décida d'entamer la conversation avec un Jab suivi d'un crochet, précisément au moment d'entamer mon 180° en sa direction.

Va savoir pourquoi, mais ma première réaction à ce surprenant changement de décor fut d'esquiver coup sur coup l'accueillante invitation. À ce moment précis, mon instinct me sauva quelques dents et la face à claque que j'avais du même coup. Je fus surpris, mais ne le compris que plus tard, une fois l'adrénaline dissipée. Mon instinct, mon «œil du tigre». D'autant plus, que je connais ce Mathieu, et pouvais affirmer que nos conversations ne se déroulaient habituellement pas avec des claques dans la face.

La finalité de ce combat à main nue est sans importance. Ce qui eut de l'importance fut l'impact de ma réaction trouvant sa racine dans mon instinct. Une semaine après cette altercation mémorable, Mathieu et moi étions devenus des amis.

Cette petite histoire n'a pour but que de mettre en relief un élément naturel que nous avons tous, mais que la plupart d'entre nous ne connaissent pas, n'écoutent pas ou tout simplement refusent de voir. Je parle de notre instinct. Certains parleront de leur instinct de survie, de leur 6e sens ou de la petite voix intérieure souvent mise en sourdine qui crie dans un porte-voix obstrué. Dans Rocky III, on parle de l'œil du tigre...

De mon côté, je parle de ce pincement au ventre que nous ressentons dès qu'une menace, une incertitude, une ambiguïté ou incongruité se présente devant nous. Faites le test et vous constaterez qu'habituellement, lorsque votre instinct est sollicité, vous vous retrouvez bien malgré vous dans une situation n'impliquant que vous, et l'impact de votre action/réaction ou non-action se limite bien souvent qu'à vous. Mais qu'en est-il dans le merveilleux monde du travail?

Prenez le temps de lire la question suivante, de vous la poser, et évidemment de tenter d'y répondre le plus objectivement possible. Ensuite, n'oubliez pas que vous n'êtes pas seul dans votre entreprise; ce qui signifie que vos collègues se trouvent confrontés à des situations similaires, et que ce qui est positif ou négatif pour vous peut l'être ou ne pas l'être au même niveau pour vos collègues.

Connaissez-vous l'impact et la portée de votre instinct dans une situation donnée au travail, lorsque vos gestionnaires et directeurs vous acculent au mur?

Ainsi : Connaissez-vous l'impact et la portée de votre instinct dans une situation donnée au travail, lorsque vos gestionnaires et directeurs vous acculent au mur?

Vous esquivez et reprenez votre position de garde ou bien vous encaissez les coups même lorsque ceux-ci sont prévisibles... Pas de diplomatie, pas de dentelle, aucune crainte de se briser un ongle... c'est vous debout ou bien vous couché sur le dos, point.

Un de vos directeurs veut accélérer la procédure de mesure disciplinaire qu'il trouve trop lourde et longue pour un employé précis dont la face ne lui revient pas. Il ne vous dit rien, mais vous vous en doutez. Il ne vous consulte aucunement dans la préparation du dossier et vous sentez en votre for intérieur que quelque chose clochera quelque part, très bientôt, et qu'il vous incombera la responsabilité de ramasser les pots cassés tout en poursuivant le processus mal entamé par le directeur, et tout en prenant une partie du blâme.

Pourquoi ne vous écoutez-vous pas?

Serait-ce que vous ne savez pas comment gérer votre instinct, ou bien parce que vous êtes aussi influençable qu'une girouette au gré du vent? Ou bien pire, serait-ce tout simplement que vous ne savez pas ce que vous faites, et qu'il vous est plus facile de prendre le blâme que de confirmer à tout le monde que vous ne savez pas ce que vous faites.

Peu importe, à l'état brut, votre instinct ne vous coûte rien, du moins jusqu'au jour où vous ne l'écoutez pas ou bien que vous preniez des décisions contraires à ce qu'il vous dit.

Que vous dit-il?

LIRE AUSSI:

» Faites fondre votre bloc de glace

» Vous consentez à vous faire voler

» C'est simple, tu n'es plus bon!


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter