LES BLOGUES

Mourir plus tôt en échange d’un salaire plus élevé

Les preuves scientifiques ne sont plus à faire, le travail de nuit, et incidemment le sommeil durant le jour, ont des effets négatifs sur la biologie humaine.

28/08/2017 10:27 EDT | Actualisé 28/08/2017 10:27 EDT
FangXiaNuo via Getty Images
Je ne suis pas dupe ni idéaliste, je sais que vous ne changerez pas d'emploi à cause de ce que je viens de dire. Au moins, vous aurez l'image en tête.

Laissez-moi débuter avec une question farfelue : accepteriez-vous de mourir plus tôt qu'initialement planifié dans le grand livre, en échange de 5 millions?

Les plus pessimistes répondront probablement oui, parce que de toute façon, qui sait ce qui est vraiment écrit dans ce livre, et quelle garantie avons-nous que quelque chose n'arrivera pas plus tôt. Donc aussi bien en profiter. Pour leurs parts, les plus optimistes, ne monnaie pas leur vie, et ceci à aucun moment et sous aucune condition, disent-ils. Puis, sur ce même spectre, il y a tous les autres qui ne se situent à aucune de ces extrémités.

Tout en demeurant dans le merveilleux monde du travail, ramenons tout ceci à une échelle plus réduite. Sans chercher à présenter les choses froidement, ou bien sans réclamer une refonte du système québécois en matière de travail, disons simplement que nous devons faire avec la réalité des emplois atypiques devenus la norme; avec la réalité du travail de nuit, des split shifts, des doubles emplois; avec l'existence volontairement ignorée des sweatshops, etc.

Laissez-moi reformuler la même question, mais à l'échelle réduite cette fois-ci : accepteriez-vous à la fois d'augmenter les probabilités d'avoir une crise cardiaque, de souffrir d'obésité, d'ostéoporose, du cancer du côlon, de cécité, et d'infertilité, en échange d'un salaire plus élevé? Les pessimistes, les optimistes et les neutres sont toujours là, mais la distribution des groupes risque de différer énormément de la première question.

Les preuves scientifiques ne sont plus à faire, le travail de nuit, et incidemment le sommeil durant le jour, ont des effets négatifs sur la biologie humaine.

Pourtant, et malheureusement, beaucoup d'entre nous doivent accepter à contrecœur cette réalité et doivent travailler de nuit. Les preuves scientifiques ne sont plus à faire, le travail de nuit, et incidemment le sommeil durant le jour, ont des effets négatifs sur la biologie humaine. D'accord, certains aiment le travail de nuit, mais la plupart y vont à reculons, puisque malgré leur mécontentement, ils doivent travailler pour manger.

Tout ça pour quoi? Pour une prime de 1$, 2$ ou 3$ de plus sur le taux horaire régulier.

Je sais que c'est le marché, que c'est le système, que c'est la chute des frontières, et que nous devons être ouvert et compétitif 24/7. Mais au-delà des considérations économiques, l'employeur cautionne implicitement la décroissance de la qualité de vie et l'espérance de vie de ses employés en échange de peanuts. 15 000$ en prime de nuit annuelle pour des centaines de milliers de dollars en contrat. Tentant n'est-ce pas! 20 millions supplémentaires en coût de santé publique pour contrebalancer les effets négatifs qu'ils nous en coûtent pour faire fonctionner l'économie. Totalement rationnel, n'est-ce pas!

Viscéralement, si ce n'est pas votre intention, revoyez vos mesures de production sur vos quarts de nuit. Je ne suis pas dupe ni idéaliste, je sais que rien ne changera concrètement, au moins vous aurez l'image en tête.

Maintenant, vous qui acceptez de plein gré, ou non, le travail de nuit, est-ce que le 15 000$, en prime de nuit, cumulée jusqu'au jour de votre retraite (si vous vous y rendez), vaut vraiment la visite fatale de votre cercueil, 15 ans plus tôt? N'oubliez pas que le gouvernement a imposé ce montant au fil des ans. Je ne suis pas dupe ni idéaliste, je sais que vous ne changerez pas d'emploi à cause de ce que je viens de dire. Au moins, vous aurez l'image en tête.

Maintenant, parlons du temps supplémentaire si vous le voulez bien...

LIRE AUSSI
»
BLOGUE Avez-vous votre place au travail?
» BLOGUE Chercheurs d'emploi, entrez-vous dans le moule à muffin?
» BLOGUE Donne-moi un bon salaire, je m'achèterai la reconnaissance après