LES BLOGUES

Le travail, entre 2 joints de pot

Est-ce que cette légalisation fera perdre tout bon jugement aux entreprises?

11/09/2017 10:37 EDT | Actualisé 11/09/2017 10:37 EDT
Getty Images/iStockphoto
Sur 100 employés, vous en avez peut-être 10 qui consomment et ils ne consomment pas tous la même quantité, à la même fréquence, et pour les mêmes raisons.

Ce qui est bien avec la bière, c'est qu'elle est légale. Je peux en boire le matin, le midi, le soir, et même me lever la nuit pour en consommer. Je peux en boire durant mes pauses, durant mon lunch, et même faire semblant d'aller à la toilette pour en consommer. C'est légal. Au même titre que le vin, la bière est un agent socialisateur, donc j'en consomme avec mes collègues de travail sur les marches extérieures de l'édifice menant au travail, tout en saluant mon patron qui entre au travail avec une grosse 1.18 litre entre les mains. Quoi, c'est légal, non?

Ce qui est bien avec le blé d'Inde, c'est que les épis sont légaux. Je peux en manger n'importe quand et n'importe où. Il est vrai que ça pogne entre les dents; que ça «splash» quand tu t'en donnes à cœur joie; et que tu n'as pas l'air d'un génie quand tu les dévores comme une tondeuse, surtout rendu au 9e. On s'en fiche un peu, c'est légal. Donc, je le consomme au bureau, principalement lors de rencontres cruciales avec de potentiels clients, et surtout avec les vérificateurs lors des audits. Quoi, c'est légal, non?

Au-delà de la légalité, il existe un moment et un lieu propice pour chaque activité. Ce n'est pas parce que les Q-Tips sont légaux que je me cure les oreilles, comme il faut, lors de mes réunions avec mon boss.

Prenez la cigarette, et la bonne vieille pipe de votre grand-père. Il n'y a pas si longtemps encore, nous pouvions fumer partout, même dans votre face. Puis, peu à peu, les endroits se sont restreints. En entreprises, il n'y a pas que le lieu pour les fumeurs qui doit être considéré, puisqu'il existe des politiques. Tu ne mets pas ton client en attente pour aller prendre 2-3 bouffées de ta cigarette. Tu ne prends pas 18 pauses cigarette de suite en 23 minutes. Tu ne fumes pas à ton bureau. Tu ne fais pas de la revente, tout sourire, devant ton supérieur. Tu ne t'en mets pas une dans chaque narine juste pour le plaisir. Pourtant, c'est légal, non?

Tout changement apporte du bon, et du moins bon, mais habituellement, le changement ne vous vole pas votre bon sens et votre jugement.

Qu'il soit mineur ou majeur, et à tort ou à raison, tout changement amène son lot de craintes, d'appréhensions, de questionnements, et de nouvelles façon de voir et faire qui s'implémenteront peu à peu dans nos pratiques et dans la façon dont nous aborderons toute nouvelle problématique engendrée par l'introduction et la mise en place de ce changement. Il ne faut pas être un génie pour comprendre que le changement amène... le changement, sans quoi nous ne parlerions pas de changement. Donc, pourquoi s'affoler le poil des jambes pour n'importe quoi? Tout changement apporte du bon, et du moins bon, mais habituellement, le changement ne vous vole pas votre bon sens et votre jugement.

Certains changements ne font pas l'unanimité, mais lorsqu'ils nous sont imposés, nous devons conjuguer avec ceux-ci. Une chose de bien avec le changement, c'est qu'il met parfois en lumière certains imbéciles ou du moins met de côté certains acteurs que nous croyions plus ceci ou cela. Ceci étant dit, certains opposants au changement, peu importe le changement, ont quand même des éléments, des craintes et des questions qui tiennent la route et qui méritent d'être entendus.

Prenons la légalisation du pot maintenant. Les réflexions fusent de tous les côtés. Je ne vous demande pas si vous être en faveur ou non. Je ne vous demande pas de vous prononcer sur les effets ou sur la façon de procéder. Plusieurs consultations populaires et publiques ont été faites par les politiciens. Tous les milieux se sont fait entendre et se font encore entendre sur les risques potentiels de cette légalisation, surtout sur nos jeunes. Tous les milieux de sont aussi prononcés sur les difficultés et les défis que cette légalisation engendreront dans le merveilleux monde du travail.

Vous avez tous raison, mais reprenons le raisonnement du début si vous me le permettez. Sans dénigrement, sans banalisation, sans tomber dans le discours craintif populiste non plus.

Ce qui est bien avec le pot, même s'il est illégal, c'est que je peux en consommer chez moi matin, midi et soir. Mais encore faut-il que je sois consommateur. Car légal ou non, si je ne fume pas, eh bien, je ne fume pas. Si j'en consomme, c'est peut-être une fois par jour, par semaine ou bien par mois et le tout se fait chez moi. Étant chez moi, sachant que le pot est illégal, et invitant mes collègues de travail pour un petit BBQ, vais-je fumer devant eux?

Disons que le pot est légal depuis hier, vais-je soudainement commencer à fumer dans mon bureau, dans les escaliers avec mes collègues, ou encore dans les toilettes durant mes pauses? C'est légal, non?

Sur 100 employés, vous en avez peut-être 10 qui consomment et ils ne consomment pas tous la même quantité, à la même fréquence, et pour les mêmes raisons. Sur ces 10 qui consomment, peut-être qu'il y en aurait 3 qui seraient portés à fumer au travail, toutefois sans que leurs collègues ou leur supérieur le sachent. Il n'y en aurait peut-être qu'un seul qui s'essayerait ou souhaitant ne pas se faire pincer.

Est-ce que cette légalisation fera perdre tout bon jugement aux entreprises? Est-ce que les politiques concernant la consommation d'alcool, de tabac, médicament et drogues disparaîtront comme par magie lors de l'entrée en vigueur de la nouvelle loi? Les emplois à risque et les employés occupant ces emplois déjà soumis à des contraintes sévères pour des questions de sécurités, commenceront-ils à consommer dans leur cabine si les politiques le proscrivent? Y a-t-il lieu de se frapper la poitrine comme un déchaîné si cette légalisation touche peut-être 5% de vos employés? Sans tomber dans la discrimination, ne serez-vous plus capable de gérer vos employés et faire respecter les politiques d'entreprises?

Ce n'est pas parce que c'est légal que le chaos apparaîtra au bureau.

Ce n'est pas non plus parce que c'est légal que nous devons aussi mettre notre jugement sur pause.