LES BLOGUES

Je n'ai pas le temps

19/06/2017 09:04 EDT | Actualisé 19/06/2017 09:08 EDT

Ce n'est qu'en faisant face à la caissière, que je me suis dit que j'aurais dû m'arrêter et prendre le temps.

J'ouvre la portière; dépose mon pied gauche sur le bitume, puis le droit; referme la portière derrière moi; tâtonne ma poche arrière gauche pour m'assurer de bien avoir mon portefeuille, tout en enclenchant le système de fermeture grâce à ma clé-télécommande bien au fond de ma main droite. À ce moment précis, mon regard ne fait pas que croiser les cailloux et les mégots mourant sur le sol, puisqu'une pièce de 5¢ se fonde parmi les détritus. À la croisée du regard, j'ai cette étrange impression au fond de l'estomac, un genre de signal que je n'interprète pas correctement en ce moment, mais cette impression est aussi accompagnée par l'impression que la bonne interprétation poindra bientôt. Par lâcheté; par paresse; par snobisme; ou peu importe, je ne prends pas le temps de le ramasser et je continue mon chemin vers le marché. Puis, 5 minutes plus tard, je me présente à la caisse pour payer mes items. La caissière m'indique 22,05$. Merde, je n'ai que 22,00 $ en liquide sur moi. Je revois ce 5¢ qui rit de moi dans le stationnement. Que vais-je faire...

Ce moment anodin m'arrive quotidiennement. Ce matin, mon lunch m'attendait sur le bord de la porte et malgré sa fin imminente, il m'a regardé et m'a dit : « t'a oublié de prendre un essuie-tout ». Pressé par rien, j'ai pris mon lunch et je suis parti sans prendre ledit essuie-tout, puisque de toute façon, je n'en prends à peu près jamais. Peut-être par manque de temps ou bien parce que je ne voulais pas prendre la seconde supplémentaire, peu importe, je n'en ai pas. Ben maudit, en pelant avec précaution ma banane, sans écraser l'extrémité par laquelle j'enclenchais l'action, eh bien, ladite extrémité s'est quand même écrasée sur mes doigts et bien évidemment je n'avais pas d'essuie-tout.

Ces anecdotes arrivent partout, tout le temps, et à tout le monde.

Qu'ont-ils tous en commun; qu'avons-nous tous en commun dans de semblables situations?

Il faut juste le prendre, ne serait-ce qu'une seconde. Car cette seconde pourrait être une des plus importantes de votre vie.

Le temps; le manque de temps; ne pas prendre le temps; ou bien mal gérer son temps.

On ne le voit pas. On ne peut pas y toucher, ou bien le prendre par la main, mais il est pourtant bien là! Il faut juste le prendre, ne serait-ce qu'une seconde. Car cette seconde pourrait être une des plus importantes de votre vie.

Imaginez-vous devoir prendre une décision importante au travail, pour laquelle les conséquences pourraient avoir un impact crucial sur votre futur dans l'entreprise, et avoir cette étrange impression au fond de l'estomac. Imaginez-vous maintenant faire la sourde oreille à votre petite voix intérieure; prendre et rendre votre décision et vous apercevoir en concluant qu'il vous manque un-je-ne-sais-quoi, qui aurait bien pu être comblé ou prévu si vous aviez pris le temps de vous écouter.

Y'a des petits signes de la vie comme ça, sous nos yeux, tous les jours et nous les ignorons ou bien ne leur accordons aucune importance jusqu'au jour où nous en avons évidemment bien besoin.

Je ne sais pas si c'est parce que ces signes sont trop petits que nous nous attendons à un plus grand signe de la vie? Ou bien si c'est parce que nous ne sommes pas toujours en mesure de saisir leur importance, aussi minimes soient-ils, sur la suite des évènements dans notre vie?

Peu importe, penchez-vous la prochaine fois qu'un 5¢ traînera par terre, on ne sait jamais.

LIRE AUSSI:

» Congédier par la bande!

» Le petit criminel au travail

» L'employeur encourage les dépressions


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter