LES BLOGUES

Est-ce que c’est censé être drôle?

«Shakira. Mais avec une barbe de trois jours». Mon ami n’est pas déguisé en Shakira. Il danse le baladi. Mon ami n’est pas Colombien. Il est Syrien. Mon ami n’est pas une femme. C’est un homme.

24/08/2017 14:05 EDT | Actualisé 24/08/2017 14:06 EDT
Getty Images/iStockphoto
Je demande à l’ensemble de la communauté LBGTQ+ de dénoncer chaque dérive, chaque bévue.

À la suite d'un article du 20 août 2017 paru sur le site web du Journal de Montréal et qui se nommait «13 choses qu'on a vues au défilé de la Fierté», j'ai publié une vidéo sur Facebook pour protester contre les propos qui ont été écrits à l'endroit de mon ami. Le lendemain, on avait supprimé la photo et le commentaire sur celui-ci et le titre de l'article s'intitulait désormais «12 choses qu'on a vues au défilé de la Fierté». Malgré ces modifications, l'essence de mon message reste le même.

Il y a quelques jours, j'ai reçu un appel d'un de mes amis, qui est aussi mon ex-conjoint, et qui a participé au défilé de la Fierté qui a eu lieu dimanche dernier le 20 août. Mon ami m'a dit : «Va voir sur le site du Journal de Montréal. Il y a une photo de moi avec un commentaire». C'est un article du 21 août qui s'intitule 13 choses qu'on a vues au défilé de la Fierté. On nous présente 13 photos de gens qui participent au défilé. On voit mon ami costumé pour l'occasion. Sous la photo, on pouvait lire : «Shakira. Mais avec une barbe de trois jours». Mon ami me dit : «Voyons, c'est quoi ça? Ça pas de bon sens!»

Est-ce que c'est censé être drôle? Si votre but était de faire de l'humour, vos talents en la matière sont franchement nuls.

En effet, ça pas de bon sens. Premièrement, il n'est pas déguisé en Shakira. Il danse le baladi. Mon ami n'est pas Colombien. Il est Syrien. Mon ami n'est pas une femme. C'est un homme. Mon ami n'a pas «une barbe de trois jours». Il a une barbe. En plus d'être totalement faux, ce commentaire est disgracieux, irrespectueux, homophobe et transphobe. Est-ce que c'est censé être drôle? Si votre but était de faire de l'humour, vos talents en la matière sont franchement nuls.

Vous avez osé mettre la photo de cette personne en gros plan avec un commentaire pareil dans votre journal sans lui demander la permission. Vous vous prenez pour qui? Qui a eu l'idée d'écrire des choses semblables? Qui est l'auteur de cet article? Son nom n'est même pas inscrit. Ce n'est pas sérieux. Ça manque gravement d'éthique. Ça ne sert ni à informer ni à éduquer. Ce n'est ni amusant ni intéressant.

Encore une fois, on dépeint cet évènement comme étant quelque chose de ridicule. Il n'y a pas moyen de faire un article sérieux. Il faut absolument y insérer des commentaires dénigrants sous le couvert d'une «simple petite blague inoffensive».

Mon ami a décidé de prendre son courage à deux mains pour représenter Helem Montréal, un organisme de lutte contre l'homophobie au sein de la communauté arabophone et qui fait tout en son possible pour protéger les personnes qui font face au rejet, à la discrimination et à la peur.

Si inoffensive que ça, vous croyez? Savez-vous qui est cette personne? C'est quelqu'un qui a immigré au Québec à l'âge de 15 ans. Dans son pays d'origine, on ne parle pas de ça, la «diversité sexuelle». Ce fut un combat, une expérience douloureuse que d'essayer graduellement d'apprendre à se connaître, à s'accepter et à vivre tel qu'il est. Aujourd'hui, sa lutte est loin d'être terminée. Il est confronté de façon quotidienne à des préjugés. Mon ami a décidé de prendre son courage à deux mains pour représenter Helem Montréal, un organisme de lutte contre l'homophobie au sein de la communauté arabophone et qui fait tout en son possible pour protéger les personnes qui font face au rejet, à la discrimination et à la peur. Ça prend du front pour faire ça. Ils ont tout mon respect et mon admiration ces gens-là.

Mais ça, le Journal de Montréal, il ne nous en parle pas. Bien non. C'est «Shakira avec une barbe de trois jours». Ils font fi des véritables causes. Ils mettent l'accent sur des futilités. 13 choses qu'on a vues au défilé de la Fierté, ça ne pouvait être d'expliquer la mission de Helem Montréal ni des autres organismes dévoués pour la communauté LGBTQ+. Il fallait plutôt écrire : «Beaucoup de drag-queens. Beaucoup de gars en bobettes. Pis un chien, woof woof».

Mon ami est quelqu'un qui est sans défense. Quelqu'un de profondément bon, qui jamais n'aurait osé dire un commentaire de la sorte sur quelqu'un. Il ne peut pas répliquer comme moi je suis en mesure de le faire, par timidité, et parce que c'est difficile pour lui de s'exprimer en français comparativement à plusieurs d'entre nous qui sommes nés ici et qui avons toujours parlé cette langue.

Mon ami avait peur. Pour des raisons que vous devez probablement imaginer. Je n'ai pas besoin de vous l'expliquer en long et en large. Mais sa sécurité est compromise maintenant.

Personne ne va rire de mes amis. Surtout pas devant toute notre nation. Encore moins de les rendre vulnérables. Je ne laisserai pas faire ça.

C'est honteux ce que vous avez fait.

Je demande à l'ensemble de la communauté LBGTQ+ de dénoncer chaque dérive, chaque bévue.

C'est le minimum que l'ont peut faire.

LIRE AUSSI
»
BLOGUE Les personnes LGBT doivent être sur un pied d'égalité face au reste du monde
» Les élus à Fierté Montréal condamnent plus largement le racisme et l'intolérance
» BLOGUE J'ai honte de Fierté Canada Montréal 2017