Katharine McKinney

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Katharine McKinney
 

Si vous êtes contre l'allaitement en public, vous êtes contre l'allaitement tout court

Publication: 09/04/2013 09:00

ALLAITEMENT - Si vous le leur demandez, la plupart des gens diront qu'ils sont pour l'allaitement, que selon eux, c'est la meilleure alimentation pour les bébés, bonne et naturelle.

Demandez à ces mêmes personnes ce qu'ils pensent de l'allaitement en public et vous verrez les réponses changer. Certains seront complètement pour, tandis que d'autres vont se crisper.

A ceux qui sont contre, je dirai ceci. Ca ne va pas leur faire plaisir mais c'est une constatation dont j'ai pu voir la pertinence à travers 9 ans de lactation, et encore plus longtemps d'études sur la lactation, et à travers enfin l'expérience de milliers d'autres mères.

Si vous êtes contre l'allaitement en public, vous êtes contre l'allaitement tout court.

L'allaitement quel que soit l'endroit et quel que soit le moment où un enfant a faim, est un élément essentiel au succès de l'allaitement. Enlever cette dimension revient à inhiber les mères qui veulent simplement offrir le meilleur à leur enfant. On n'impose pas les mêmes contraintes à celles qui donnent le biberon. Imposer des règles différentes aux mères qui allaitent est discriminatoire.

Voici quelques exemples des raisons pour lesquelles, selon certains, les femmes ne devraient pas allaiter en public.

  • "Je n'urine pas, ni ne me masturbe en public, donc pourquoi une femme devrait allaiter?".

Cela sous-entend que le fait de nourrir son enfant relève de l'intimité, ou pire, du sexuel ou du sale. Mais personne ne mange un hamburger sous une couverture. Nous n'ostracisons pas les enfants nourris au biberons en les envoyant dans une autre pièce. Uriner ou pratiquer des actes sexuels sont considérés comme des choses intimes, mais l'allaitement est le seul contexte où se nourrir est considéré comme quelque chose ne devant pas être vu.

  • "Allez dans une autre pièce. Restez à la maison. Personne ne veut voir ça".

Etre mère isole et épuise déjà assez, alors dire à une femme que, durant plusieurs heures de la journée elle doit restée cloîtrée est un acte déshumanisant. J'ai entendu des femmes être critiquées parce qu'elles allaient à l'épicerie ou à l'église tout en allaitant leur enfant. Ces femmes mènent plusieurs choses de front. Et alors que personne ne songe à mal en voyant un biberon, l'allaitement apparaît comme une faute.

C'est suffisamment difficile d'être une mère, sans en plus devoir entendre une liste interminable des façons et endroits où vous pouvez faire quelque chose d'aussi simple que de nourrir votre enfant sans offenser les âmes sensibles. Surtout quand assister sans cesse à la même chose se trouve être en fait la meilleure manière de la normaliser.

Il y a bien des gens qui estiment qu'utiliser une couverture d'allaitement est une alternative acceptable. J'invite ces mêmes gens à s'engager à manger tous leurs repas sous une couverture. C'est chaud, c'est ennuyeux, et la plupart des bébés se mettront à crier, à pleurer, et à repousser la couverture. Pas vraiment discret.

  • "C'est à ça que servent les tire-lait".

Les tire-lait sont faits pour les mères qui travaillent, les bébés en couveuse, les nuits avec la baby-sitter. Ils existent pour les mères qui sont séparées de leur enfant, ou qui ont du mal à allaiter un enfant qui n'arrive pas à s'accrocher au téton. Ils existent pour faire des dons de lait aux enfants qui en ont besoin. Ils existent pour bien des raisons mais en aucun cas pour protéger les gens de la vision d'une femme en train d'allaiter. Pour ceux qui pensent que les tire-lait ont résolu le problème de l'étalage de poitrines et veulent que le reste d'entre nous s'aligne, je dois leur demander... avez-vous déjà tiré votre lait?

Avez-vous déjà vu vos tétons s'allonger de plusieurs centimètres, entendu l'étrange couinement de la machine et senti le frottement de votre peau lors de la succion mécanique? Etes-vous déjà resté attaché à un appareil durant des heures pour n'en récolter que quelques malheureux millilitres?

Pourquoi imposer cela à une mère déjà épuisée et stressée qui est tiraillée dans toutes les directions?

Quand un enfant a besoin d'être nourri, il existe quelque chose appelée "la descente" lors de laquelle le lait remplit la poitrine. Si le bébé n'est pas nourri à ce moment-là, la poitrine reçoit le message que le lait n'est pas nécessaire. Ne pas être disponible pour votre enfant affamé au moment où le lait est nécessaire peut avoir un effet négatif sur sa production. Evidemment, si vous nourrissez votre enfant de lait tiré dans un restaurant, vous n'êtes pas non plus en train de le tirer à ce moment-là. Du coup, votre poitrine s'engorge, sans espoir de soulagement, et vous faites du tort à votre lactation.

  • "Il suffit de prendre du lait maternisé".

Non. Pour les mêmes raisons que ce qui est écrit au-dessus, auxquelles j'ajouterais que si je voulais nourrir mon enfant au lait maternisé, je le ferais. J'ai choisi d'allaiter. Cela veut dire que j'ai la responsabilité envers mon enfant que ma lactation fonctionne. C'est un jeu d'offre et de demande, et si je l'interromps, non seulement je me fais du mal, mais j'en fais aussi à mon enfant.

Pourquoi quelqu'un voudrait-il agir ainsi, simplement pour ne pas offenser d'autres personnes? Pourquoi avons-nous fait du geste de nourrir son enfant une chose obscène au lieu d'une chose nécessaire? Avant le tire-lait, avant le biberon, quand une femme nourrissait son enfant, même quand elle était couverte des pieds à la tête, ce n'était pas considéré comme relevant de l'intimité. C'était juste nécessaire.

C'est toujours le cas.


Loading Slideshow...
  • 1. Ne pas oublier les petits détails

    Si vous vous absentez pour une longue période, il peut être utile de transporter des sacs de plastique et des blocs réfrigérants.

  • 2. Planifier à l’avance

    Vous pouvez par exemple vous informer pour savoir si le lieu où vous vous rendez dispose d’un endroit propice à tirer votre lait.

  • 3. Vérifier, et vérifier à nouveau

    C’est parfois difficile, avec un bébé, de se souvenir d’apporter tout ce dont on a besoin. Pour éviter d’oublier des articles essentiels, il vaut mieux s’assurer plusieurs fois que l’on a tout avant de quitter la maison.

  • 4. Ne pas hésiter à demander de l’aide

    Peu importe où vous vous trouvez, n’hésitez pas à demander aux gens de vous accommoder. Ceux-ci pourront vous aider à trouver une salle privée, par exemple.

  • 5. Se procurer un tire-lait de bonne qualité

    Même si ce n’est pas donné, un bon tire-lait, qui est portable, léger, facile à utiliser et facile à nettoyer, vaut son pesant d’or.

  • 6. Connaître ses droits

    Personne ne peut vous empêcher de tirer votre lait, ni de transporter du lait maternel avec vous, et ce, même si l’enfant n’est pas présent. Ceci est particulièrement utile si par exemple vous devez passer par la sécurité dans un aéroport.

 

Suivre Katharine McKinney sur Twitter: www.twitter.com/Katecake

Suivre Le HuffPost Québec