LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Kashif N. Chaudhry Headshot

Mahomet nous avait-il mis en garde contre l'État islamique?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La semaine dernière, deux attentats de l'organisation État islamique ont tué 39 touristes sur le littoral tunisien et près de 30 fidèles dans une mosquée chiite au Koweït. Peu de temps auparavant, le groupe avait appelé ses sympathisants à profiter du mois de ramadan pour frapper leurs ennemis.

Les membres de l'État islamique ont clairement l'intention de tuer tous ceux qui s'opposent à eux, qu'il s'agisse des Yézidis, des Chrétiens... et, dans leur très grande majorité, des Musulmans qui refusent de se soumettre à leur autorité. Même les religieux sunnites qui ont refusé de faire allégeance à l'État islamique ont été exécutés, tout comme les musulmans qui ne partagent pas leur vision des choses.

C'est un trait commun aux groupes terroristes qui se revendiquent de l'Islam. L'immense majorité des victimes des talibans, par exemple, sont des Musulmans. Des centaines de Chiites ont ainsi été exécutés ces dernières années. Beaucoup de mes amis sont morts dans des attentats contre les Ahmadis au Pakistan, en Indonésie, au Bangladesh, en Afghanistan et même aux États-Unis.

Il est donc d'autant plus insupportable d'entendre certains critiques de l'islam maintenir dur comme fer que nos bourreaux agissent au nom de notre foi.

Je reconnais que la logique extrémiste se base en partie sur une interprétation dévoyée du Coran, mais il serait malhonnête d'affirmer que ceux qui ne souscrivent pas à leur dogme sont «moins musulmans» ou «moins fervents» pour autant.

Les exactions de groupes comme État islamique sont en totale contradiction avec les préceptes de l'islam. Il suffit de lire le Coran pour le savoir: tuer une personne, c'est tuer l'humanité tout entière (5:32); la persécution et le chaos sur Terre constituent des péchés plus graves encore (2:217). Le Coran parle avant tout de paix, de justice, et des droits des hommes. Il prône la liberté de conscience et nous interdit de punir les apostats et les blasphémateurs.

L'étude des enseignements du Prophète nous montre qu'il mettait en garde, de manière étonnamment précise, contre l'actuelle montée en puissance du fanatisme religieux.

Voilà 1400 ans, il avait prédit que l'Islam ne serait un jour plus qu'un nom, le Coran, plus qu'un mot, et que les «mosquées seraient magnifiquement parées mais dépourvues de foi» (Mishkatul Masabih). En ces temps troublés, l'esprit de l'islam ne serait plus, et la religion deviendrait une coquille vide réduite à ses rituels. Des imams corrompus provoqueraient des conflits, ajoutait-il.

Et ce n'est que trop vrai: dans certains pays musulmans, les imams extrémistes prêchent la division et la haine.

Sa description ne s'arrête pas là: il parle aussi des organisations terroristes comme État islamique. Quand la dissension règnerait, «un groupe de jeunes gens immatures et stupides» verrait le jour et voudrait détourner la foi. Leur discours serait séduisant mais ils commettraient des atrocités. Face à leur surenchère de prières et de jeûne, les autres musulmans feraient piètre figure. Ils ne comprendraient rien à l'esprit du Coran et n'en régurgiteraient que des passages soigneusement choisis en vue de recruter de nouveaux membres. Pour le Prophète, ces groupes seraient «la lie de la création».

Et si tout cela ne suffit pas, le calife Ali (quatrième successeur du Prophète) raconte dans le livre Kitâb al-Fitan que ces personnes auraient de longs cheveux et porteraient des drapeaux noirs. Ils auraient «des cœurs durs comme le fer» et se réuniraient en... État (Ashab al Dawla). Il est aussi fait mention d'alliances rompues, de mensonges, et de noms évoquant leurs villes, comme celui du «calife» de «l'État islamique», Abu Bakr al Baghdadi.

Le Prophète décrivait en détail ces êtres malfaisants pour prévenir les Musulmans, et leur intimer de s'en méfier et de les combattre. «Quiconque s'élève contre eux est meilleur qu'eux aux yeux d'Allah», proclamait-il.

Gardez bien ceci en mémoire. Quand les membres de l'organisation État islamique tuent au nom de l'islam, quand ils prétendent suivre le Coran ou sèment le chaos à l'occasion du ramadan, souvenez-vous que le Prophète nous a explicitement parlé de ces imposteurs, et attend de nous que nous les éradiquions.

Les seuls qui refusent de s'en souvenir sont les membres d'État islamique, leurs sympathisants et les islamophobes qui veulent faire croire au monde entier que le groupe État islamique est le représentant légitime de l'islam. Mais ceux qui réfléchissent un peu percevront la sagesse du Prophète et resteront unis contre l'extrémisme et l'ignorance.

Ce blogue a été publié à l'origine sur le Huffington Post Religion aux États-­Unis.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
L'État islamique en dix dates
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter