LES BLOGUES

Maladie ou comédie? Convention de congés scolaires personnels

10/10/2014 09:37 EDT | Actualisé 10/12/2014 05:12 EST

Enfant, n'avez-vous pas déjà feint d'être malade pour rester à la maison? Moi, petite, j'avais pris un truc infaillible dans le film E.T. où le jeune Elliot colle son thermomètre sur une ampoule électrique pour faire grimper sa température. À 48 degrés Celsius de fièvre, ma mère m'a quand même envoyée à l'école ce matin-là.

Je me suis promis de trouver une meilleure astuce la prochaine fois. J'ai donc essayé le mal de ventre, le mal de tête et autres maladies impossible à vérifier. Mes nouvelles stratégies ont fonctionné si bien que, rendue adulte, elles me servaient encore lorsque j'ai occupé mes premiers emplois. En plus d'engendrer des frais à la société et à mes employeurs, ces excuses bidon m'ont aussi apporté un lot d'anxiété, de culpabilité et de dévalorisation. Moralement, je savais que ce n'était pas très honnête de ma part.

Lorsque mon grand a commencé l'école primaire, il a soudain été pris d'un étrange malaise qui l'empêchait de bouger seulement lorsque j'étais dans la même pièce que lui. Je me suis alors promis que mes enfants n'entreraient pas dans ce cercle de mensonge et de feintes. Il y avait trop d'inconvénients pour les maigres bénéfices qu'ils en retireraient à court terme. Nous avons donc, mon amoureux et moi, convenu de la meilleure stratégie à prendre : les garçons auraient droit à des congés personnels en cours d'année scolaire.

Voici donc les clauses de la convention familiale sur les congés personnels grandement inspirées par ce qui se passe dans le monde du travail.

  1. Chaque enfant dispose de 2 journées de congés personnels par année scolaire.
  2. Les congés restants sont monnayables à raison de 5 par journée non prise en fin d'année scolaire.
  3. Un congé se prévoit et est autorisé par un parent selon les disponibilités.
  4. Il ne peut pas être demandé le matin même.
  5. Il ne peut être pris pour éviter un contrôle, un examen ou une présentation.
  6. Il ne peut être pris dans les 30 premiers ou les 30 derniers jours de l'année scolaire.

Pendant sa journée de congé, il est libre de faire les activités qu'il veut pour se distraire et s'amuser. À contrario, pendant une journée maladie, il doit tout faire pour se remettre sur pied le plus rapidement possible. Cela implique que cette journée se passe au lit avec, pour seule distraction, un livre.

Cette convention familiale sur les congés personnels permet à nos enfants d'expérimenter et constater plusieurs choses :

  • L'éducation est une valeur importante dans notre famille
  • Leur bien-être physique et mental est considéré avec importance
  • Planifier rime avec s'amuser
  • Le mensonge ne paye pas
  • Être malade, c'est désagréable
  • Choisir entre temps et argent n'est pas toujours facile
  • La gratification différée a des avantages
  • L'instantanéité a des inconvénients

Mes enfants sont maintenant en 4e et en 2e année du primaire. Le total de toutes les journées de vraie maladie de mes deux garçons confondus depuis la maternelle ne dépasse pas 5. Quant aux journées de congé personnel, il nous en coûte entre 5 et 15$ en fin d'année pour honorer les journées non utilisées. C'est dire qu'ils sont peu malades et rarement absents de l'école pour congé personnel. Je crois sincèrement que le fait de leur avoir laissé la liberté de choisir leur a permis de gagner en autonomie et développer leur sens de l'engagement et la responsabilité.

2014-10-06-conventioncongpersonnelscolaires.png

Vous aimeriez obtenir l'affiche des règles de congés personnels? C'est par ici.

Pour plus d'informations, de conseils et d'outils, visitez le www.savezvousplanterdeschoux.com.

À voir aussi sur Le HuffPost:

11 conseils pour ne pas tomber malade

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter