LES BLOGUES

Lettre ouverte à un djihadiste du monde

02/11/2014 11:43 EST | Actualisé 02/01/2015 05:12 EST

Depuis que je te voyais sévir un peu partout dans le monde, l'index dressé en haut, je savais que tu étais décidé à ne rien céder de tes revendications de pureté salvatrice et de sainteté virginale pour honorer Allah, même par le biais du meurtre légitimé. Tout cela pour rejoindre le paradis tant promis, là où des vierges aux rondeurs protubérantes t'attendent sous des sérails luxurieux, là où tu jouiras finalement des bonheurs célestes.

En étendant ta férule idéologique en occident, tu continues d'agir en mettant le respect au pied du mur. Tu plastronnes comme il te sied dans les mosquées avec tes discours haineux et irréductibles. Tu utilises ta liberté, protégée par des chartes et des droits, pour briser celle des autres, pour harceler même des enfants et des femmes qui ne comprennent souvent pas pourquoi ils doivent faire ce que tu ordonnes. Difficile de comprendre pourquoi tu interdis sans scrupules ce que tu utilises librement : un cellulaire dernier modèle que tu interdis à ta fille d'utiliser, une maison luxueuse, flanquée à la face des nécessiteux à qui tu interdis de s'approcher, une Mercedes que tu interdis à ta femme de conduire. Ton but c'est assoir ton règne de caverneux là où il te plait, puisque pour toi «telle est la volonté d'Allah», unique Dieu sur terre ! Tant de condescendance est une tare à ta propre vision du monde et des choses.

Je ne tiens pas à m'enfarger sur les appellations dont tu es souvent gratifié. De toutes ces appellations en « iste », je retiens celle de « djihadiste » qui me parait assez appropriée. Probablement que tu en jubiles d'aise. Pour toi, mourir pour une idée est un acte djihadiste, voire même orgasmique ! Mourir, tuer, violer, dilapider tout cela non seulement t'excite, mais te conforte dans tes vengeances et tes complexes. Ton radicalisme est déjà un porte-à-faux pour le cœur qui est la source translucide de la foi en islam. Il te sert à légitimer tes actes, à servir d'exemple aux moins épurés que toi. Personnellement, je te défends de toucher à ma liberté de conscience, elle est ma lanterne, je sais que je provoquerais carrément ton courroux lorsque je te dirais que l'Islam est déjà laïque et que cette religion n'a pas besoin d'illuminés de la dernière pluie pour le servir ! Tu continueras de crier au sacrilège au moindre mot mécréant, et tu continueras somme toute à propager tes idéologies sans vérifier leurs véracités auprès des érudits, et je sais que, bouché à l'émeri comme tu es, tu sacrifierais tout pour que tes idées survivent.

Pourquoi aimes-tu tant tuer en mon nom ?

Tu renies les hadiths du prophète sur la nécessité de la fraternité avec toutes les ethnies sur terre, et tu préfères tuer pour continuer de montrer la bonne voie, tout en savourant cette jouissance extrême ! Tu crois détenir la vérité, tu n'en détiens que l'illusion. La mort a tant de valeur dans tes funèbres élucubrations.

Au Canada, récemment, tu t'es attaqué à des symboles en tuant des militaires. On sait souvent que ton historique ne plaide pas pour toi. Drogue et islam ! Quelle fusion douteuse ! Tu joins l'agréable à l'utile, et tu le fais en mon nom. Tu joins le profane au solennel, et tu le cries en mon nom. Tu pousses l'audace de fonder avec tes coreligionnaires écervelés un État islamique fantoche, qui fonctionne à coup de lapidations ténébreuses, de vols organisés, d'allégeances suspicieuses, et de dollars encrassés. En clamant ta suprématie sur les plus vulnérables, tu n'as pas hésité à lapider des filles qui utilisent Facebook, ce même Facebook que tu uses pour tes manigances meurtrières, et à travers lequel tu te débines en serpent vénéneux, tout en légitimant tes faits et gestes par des fatwas !

En bon musulman, je te déclare ouvertement que ta religion est le crime, et non l'islam !

Je pense sciemment à des grands érudits qui sont morts sous ton joug ! Abou Al Alaa Al Maari, Al Jahid, Al Hallaj, et ceux un peu plus contemporains dont tu tranchas la gorge tels que Tahar Djaout, ou que tu agressas au canif tel que le prix Nobel, Naguib Mahfoud. La liste est longue en tout cas, et tu les auras sur ta conscience, tous ceux que tu as dilapidés, ils sont déjà entrés dans les annales de l'histoire.

Dommage que les imams et les érudits musulmans ne font pas de l'unisson leur cheval de Troie. En supposant que cela sert tes intérêts, tu refuses de réaliser que ceux qui te financent finiront par te lâcher, et ceux que tu massacres en mon nom finiront par te clouer au pilori, en apostat de la dérive éthique et religieuse.

Ma peur pour mes enfants est légitime devant ta violence et ta mégalomanie. Contourner leurs questions sur tes motivations est devenu pour moi un sport, leur expliquer lentement ce que tu fais au nom d'Allah, est devenu pour moi d'une complaisance sans fard. Récemment, lorsque ma petite fille m'a posé des questions sur tes réelles motivations en tuant des soldats à Valcartier au Québec, j'ai bredouillé quelques mots inintelligibles. Alors, elle m'a regardé quelques minutes, puis elle m'a dit : « c'est un fou, j'ai deviné, n'est-ce pas ? », oui, un fou ! Plus que cela, un schizophrène qui pousse l'aliénation jusqu'à protéger par tous les moyens ses parties génitales, pour rejoindre intacte, lors de l'explosion finale, les soixante-dix vierges du paradis.

Je me dissocie de tes folies meurtrières. Pas en mon nom !

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

L'État islamique en 7 points

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter