LES BLOGUES

La valse des odieux, par Sylvie-Catherine De Vailly

15/05/2013 01:26 EDT | Actualisé 15/07/2013 05:12 EDT
courtoisie

Dès que j'ai lu les premières lignes de ce roman, j'ai été prise d'une grande curiosité et d'un désir de découvrir cette histoire inspirée de faits réels ayant eu lieu dans les années soixante. La narratrice, Bernadette, est une adolescente de douze ans, curieuse, observatrice, intelligente et passionnée des livres.

style="float:

En 1968, dans ce village tranquille où à peine quelques centaines de gens habitent, plusieurs incidents ont lieu : des incendies, des vols d'objets hétéroclites, une disparition et des assassinats. Évidemment, ces événements viennent bouleverser la routine et la quiétude des habitants de ce village. Petit à petit, les gens soupçonnent des voisins ou des amis d'être l'auteur de ces crimes odieux. Avec le temps, le mystère s'épaissit...

L'enquête est confiée à l'inspecteur Jeanne Laberge, la première femme inspecteur au Québec. À travers tous ces événements, elle tente de rester forte, de faire sa place dans ce milieu masculin et de résoudre cette enquête.

L'auteure a su nous tenir en haleine jusqu'à la toute fin. Au fil des pages, on découvre l'histoire et les secrets de plusieurs personnages dont certains frôlent la folie. On se surprend à s'attacher rapidement à Bernadette, à la Vieille Demoiselle qui se liera d'amitié avec cette dernière malgré une différence d'âge importante et à Jeanne Laberge. J'ai aimé voir le monde à travers les yeux de Bernadette, du haut de ses douze ans. De même, j'ai apprécié être témoin des premiers pas de l'inspecteur dans une enquête en apparence simple, mais qui prend vite une tournure importante.

Au fil des pages, l'intrigue est de plus en plus captivante. L'auteure a su habilement maintenir l'intérêt et la curiosité. Évidemment, outre l'écriture efficace de l'auteure, le fait que le roman soit basé sur des faits réels ajoute au désir de voir l'enquête être élucidé. Les événements, les personnages et leurs histoires contribuent à faire vivre au lecteur une belle gamme d'émotions, et ce, jusqu'à la page 298.

Bref, vous ne pourrez demeurer indifférent à cette histoire. Et, comme moi, au terme de cette lecture, vous aurez (fort probablement) envie de savoir ce qui appartient à la fiction et à la réalité dans La valse des odieux.

En terminant, je ne peux passer sous silence le titre de ce roman. Qu'il est intéressant de découvrir, de page en page, sa signification! De même, il me semble que la couverture, magnifique, ajoute au mystère...

La valse des odieux, c'est un roman à lire, une sombre et lourde histoire devant laquelle un voile se lève au fur et à mesure que progresse le travail de l'inspecteur.

L'auteure :

Anthropologue de formation, Sylvie-Catherine De Vailly est l'auteure d'une vingtaine de livres jeunesse. En 2011, elle a obtenu le prix Jeune Public des Grands Prix Desjardins de la culture de Lanaudière. La valse des odieux est son second titre pour adultes. Vous pouvez suivre l'auteure sur les réseaux sociaux.