Julie Niquette

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Julie Niquette
 

Livres: Griffintown ou un western à la sauce urbaine efficace

Publication: 15/08/2012 12:25

Je viens tout juste de terminer la lecture de Griffintown (Alto). J'ai l'impression que je dois prendre le temps de dépoussiérer un peu mes vêtements et de décoller la boue sous mes souliers, tant j'ai le sentiment de sortir, au terme de ces 210 pages, d'une autre époque, d'un autre monde. Il s'agit d'un endroit que je n'avais jamais fréquenté, avant le voyage que je viens de faire à travers les mots qui proviennent de la plume talentueuse de l'auteure, Marie Hélène Poitras.

En fait, dès que j'ai tourné la première page de ce roman, j'ai eu le sentiment de pénétrer dans un univers qui m'était jusqu'alors inconnu. Un univers parallèle dont je devenais témoin et à travers lequel se dessinaient des personnages que la vie n'avait pas épargnés. On m'a présenté des cow-boys qui claudiquaient parfois, vu le destin tragique qu'ils portaient, mais qui continuaient leur route quand même.

Même si des années durant, ces hommes et ces femmes pouvaient s'éloigner de l'intimité des cochers du Vieux-Montréal, des chevaux, des palefreniers, des calèches et des commissionnaires, ils savaient qu'ils pouvaient toujours y retourner pour « se refaire » et, peut-être, retrouver leur voie ou obtenir une dernière chance.

Marie Hélène Poitras, l'auteure de Griffintown, nous présente une histoire de meurtre et d'enquête. Elle présente aussi des cochers qui tentent de rester debout malgré l'adversité et la pression de promoteurs immobiliers tenaces qui souhaitent prendre leur place. Elle ajoute à tout cela, armée de son écriture riche et efficace, une histoire d'amour improbable.

Les mots de l'auteure permettent de faire la rencontre de Marie, une jeune femme qui décide de devenir cochère. Au fil des pages, on apprend à connaître ce personnage qui, à première vue, semble naïf, mais qui avec le temps nous offre un tout autre profil. La fougue de cette Marie, son courage devant ce nouveau domaine (qui ne laisse pas entrer aisément qui veut) et son amour des chevaux m'ont donné le goût de poursuivre la lecture. Je voulais la connaître, savoir comment elle s'en sortirait...

À mes yeux, l'auteure a réussi à rendre des personnages en apparence peu sympathiques et asociaux, attachants et humains. Rapidement, à travers ses mots, on est happés par leur fragilité et leur authenticité. Que ce soit la Mouche, la Mère, Alice, Paul, John, Billy, le Rôdeur ou la Grande Folle, l'auteure nous offre des protagonistes riches.

Avant de mettre la main sur Griffintown, je dois m'en confesser, je connaissais très peu les écrits de Marie Hélène Poitras. Ce soir, en ce samedi pluvieux et gris, j'ai le sentiment d'avoir découvert une auteure de talent, qui a une plume magnifique, et qui a réussi à me faire apprécier l'univers de cow-boys meurtris pour des raisons qui leur sont propres, mais qui sont unis par une réelle passion : les chevaux.

Une chose est certaine, ce livre illustre l'amour sans borne que l'auteure a pour cet animal. Sa façon de les décrire, c'est-à-dire avec humanité, humilité, affection et respect, est touchante.
Elle a su mettre en lumière des destins tragiques et faire des parallèles forts intéressants entre les chevaux et les cochers.

Je suis toujours surprise de constater que malgré le nombre incalculable de livres que j'ai pu lire dans ma vie, je puisse encore être surprise et conquise de la sorte...

Quelques mots sur l'auteure
Marie Hélène Poitras est aussi l'auteure de Soudain le Minotaure (Triptyque). Ce premier roman lui a permis de recevoir le prestigieux prix Anne-Hébert. Elle a aussi écrit La mort de Mignonne et autres histoires (Triptyque) qui a été finaliste au Prix des libraires du Québec, de même que Une histoire sur fond de guitare et de glam (tome 1 et 2) parue aux Éditions La courte échelle. Cette auteure est également journaliste au journal Voir et éditrice de Zone d'écriture, sur le site web de Radio-Canada.

 
Suivre Le HuffPost Québec