Julie Blais Comeau

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Julie Blais Comeau
 

Situation délicate : Lignes directrices pour les réseaux sociaux au boulot

Publication: 18/10/2012 10:32

Situation délicate :

Après 18 ans de service dans l'entreprise de mon ex-mari, nouvellement divorcée à cinquante-deux ans, je débute une nouvelle carrière à titre d'adjointe de représentante pour un manufacturier.

Mes nouveaux collègues et quelques-uns de nos clients, font partie de divers réseaux sociaux virtuels et m'invitent à 'me connecter'. J'ai toujours été assez active socialement mais je n'avais pas encore ressentie le besoin de maintenir des liens sur l'internet.

Au départ, ces incitations m'agaçaient. Dernièrement, je commence à voir les mérites de cette nouvelle forme de communication, surtout pour me garder au courant des nouvelles de mes amis en Europe.

J'ai fait un peu de recherche et je me rends compte qu'il pourrait être facile de commettre une bévue virtuelle et peut-être même de me retrouver dans une situation délicate professionnelle.

Chère Julie, quelles sont vos recommandations pour une ancienne professionnelle qui souhaite utiliser cette nouvelle technologie ?

Solution(s):

Ma plus grande recommandation pour tout ce qui fait partie du monde virtuel m'est venue pendant le visionnement du film The Social Media. Suite à plusieurs commentaires blessants à son égard, Erica Albright, dit à Mark Zucherberg, qui vient tout juste de lui faire des excuses : "L'internet n'a pas été écrit à la mine mais bien à l'encre."

Avant de vous joindre à nous, les plus de 50 % des québécois adultes qui interagissent sur internet, voici mes cinq lignes directrices :

1) Séparez vos réseaux.

Avant même d'activer votre premier compte, établissez votre politique personnelle pour accepter ou inviter des connexions. Définissez les balises de votre ou vos réseau(x) avec leurs vos objectifs en tête : entretenir des liens d'amitiés, retrouver des anciens, réseauter avec des nouveaux ou même chercher l'âme sœur...

Vos règles vous seront très utiles quand vous aurez à accepter, refuser, ignorer ou même bloquer des demandes, dans vos différents comptes. Par exemple, vous pourriez choisir Facebook que pour votre famille ainsi que vos amis et LinkedIn sera exclusivement pour vos contacts d'affaires.

Par le même fait, prenez le temps d'ajuster les paramètres de chaque compte. Peu importe votre réseau, consultez la section de soutien 'Aide' ou le '?', pour bien vous familiariser avec la visibilité de votre vitrine virtuelle. C'est ici que vous déciderez de 'qui verra quoi' et qui pourra commenter vos écrits et photos. Ici aussi, vous pouvez faire la distinction entre parents, amis, collègues et clients.

2) Rappelez-vous, il y a une personne à l'autre bout.

Pour accroître vos chances de réseauter avec succès ne vous en tenez pas simplement au message générique offert par les réseaux. Envoyez toujours des invitations personnalisées en ajoutant des informations pertinentes.

Ignorer ou retarder une réponse à une invitation est acceptable. Si vous n'êtes pas certaine d'une sollicitation de connexion, répondez au demandeur pour avoir plus d'information sur les bénéfices possibles de votre future association. Mieux vaut prévenir que de vous retrouver dans l'embarras avec une connexion douteuse.

3) Respectez-vous et les membres de vos réseaux.

Même si vous vous retrouvez derrière le voile de l'internet vous transigez toujours avec des êtres humains. Respectez-vous. Votre identité virtuelle devrait respecter votre image, vos valeurs ainsi que celles de votre employeur, même sur votre page personnelle. Soyez cohérent avec qui vous êtes en personne, votre mission et votre vision.

Respectez aussi les autres en leur demandant si vous pouvez affichez des photos, des informations ainsi que les allées et venues, qu'ils vous partagent.

Le respect s'applique aussi pour vos commentaires en visite chez les membres de vos réseaux. Attention aussi aux invitations à certaines applications, incluant aux jeux.

4) Ne vous connectez pas quand vous n'êtes pas là.

Cela inclut après un verre d'alcool, en décalage horaire, sous l'effet de médicament, lorsque vous êtes fâché ou même triste. Quand vous souhaitez taper pour vous défouler, vous détendre ou pour remplir le vide, sortez votre tablette de papier et un crayon et écrivez. Attendez au lendemain pour vous relire et d'ensuite décider si vous afficherez.

5) Avant d'afficher faites le test des deux frigos.

Avant de télécharger une photo sur facebook, de tweeter ou d'envoyer un courriel, affichez mentalement ceux-ci sur les deux frigos de votre quotidien : celui de votre chez-vous et celui de votre bureau.

Commençons avec celui de votre cuisine. Affichez-y votre photo ou vos commentaires. L'être aimé(e), vos enfants, vos voisins et peut-être même vos grands-parents les verront en passant devant votre réfrigérateur ou en allant se chercher un petit quelque chose quand ils auront un p'tit creux. Êtes-vous confortable avec ces regards ? Pas sûr(e), ou ça va ?

Si vous êtes OK, affichez maintenant sur le frigo de l'aire de dîner au travail. Client #1 est dans le voisinage et décide de venir faire un tour. Mme P.D.G. l'invite pour prendre un café dans la salle de repos des employés. Êtes-vous toujours OK avec ce que vous choisissez d'afficher ? Si oui, allez-y, affichez.

Vos contributions virtuelles devraient recevoir la côte 'Pour tous', de 8 à 88 ans, de votre nièce favorite à votre grand-papa.

Dans le doute abstenez-vous et soyez reconnaissant que le dégourdissement de vos doigts ne vous aient pas couté votre emploi ou votre réputation.

En conclusion, même si l'internet nous donne une belle vitrine chez nos amis, collègues et clients tout en nous permettant d'informer à distance, je dois vous aviser que l'activité sociale sur internet peut développer une dépendance. C'est le nouveau mal moderne.

Vous vivez une situation délicate ? Écrivez à Julie, elle vous répondra promptement.

Retrouvez la aussi sur Facebook.

 

Suivre Julie Blais Comeau sur Twitter: www.twitter.com/EtiquetteJulie

Suivre Le HuffPost Québec