Julie Blais Comeau

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Julie Blais Comeau
 

Situation délicate : J'ai vu patron embrasser ma collègue

Publication: 21/12/2012 09:38

Situation délicate :

Hier était ma dernière journée de travail avant les fêtes. Mon mari et moi sommes allés à notre resto préféré pour débuter notre congé.

Tout en suivant l'hôtesse vers notre table, en admirant les décorations, j'ai aperçu mon patron du coin de l'œil. À ma grande surprise, il embrassait ma collègue de l'ouest canadien. Elle a passée la semaine avec nous au siège social. Nous étions qu'à quelques pas d'eux. Lorsqu'ils ont levés les yeux, nous étions tous confrontés à la réalité de ce croisement. Sous le choc, je les ai salué et ai présenté mon mari.

Notre société a une politique qui ne permet pas aux employés de se fréquenter, surtout pas entre patron et subalterne. Je suis très embêtée et me demande ce que je dois faire ou dire lorsque je retournerai après le congé.


Solution :

À titre d'employés nous passons la majorité de nos heures de réveil au boulot. Pas étonnant, qu'à l'occasion, Cupidon lance des flèches dans le milieu de travail. Selon une étude Randstad Workmonitor, sept employés sur dix soutiennent qu'une relation amoureuse entre collègues se développe de temps à autre dans leur compagnie.

Après avoir assisté à ce rendez-vous clandestin, la connaissance de cette relation vous met dans une situation éthiquement délicate. Non pas seulement à cause de la politique de votre société, mais aussi dû au fait qu'il s'agit d'un gestionnaire et de sa subalterne.

De retour au boulot vous aurez le choix : oublier ce que vous avez constaté ou l'adresser avec qui de droit.

Une conversation, avec un ou l'autre des tourtereaux ou le service des ressources humaines, pourrait avoir des répercussions graves, y compris un licenciement, incluant le vôtre par votre patron.

Faire comme si rien n'était est l'autre option. C'est vrai que ce n'est 'juste pas de vos affaires' surtout qu'il n'y a pas, à ce stade-ci, à ce que je sache, aucun signe de favoritisme et que la discrétion de la part du couple est de mise. Donc, vous pourriez choisir de maintenir le secret.

Si votre malaise vous empêche de maintenir votre relation professionnelle avec votre patron, brisez la glace en initiant une conversation avec celui-ci. Demandez-lui, de vive voix et non pas dans un courriel, une rencontre privée, idéalement à l'extérieur du bureau, comme dans un café. Exprimez votre malaise. Ne jugez pas. Il se peut qu'il décide de l'annoncer aux ressources humaines ou il vous demandera de rester muette. Le choix est le vôtre. Que vous en parliez au service des RH ou pas, je vous encourage à documenter cette conversation pour vous protéger, au cas où il y aurait des réprimandes ou des menaces de sa part, par la suite.

Dans le futur, si vous êtes témoin de favoritisme ou de comportement non-professionnel provenant du couple, vous aurez ici aussi un autre choix : d'aller en premier vers votre patron ou directement vers les ressources humaines. Dans ces deux cas, ayez des exemples concrets. Ceux-ci doivent refléter les effets négatifs sur le milieu de travail. Décrivez-le manque de professionnalisme et la perte de productivité, par les paroles entendues et/ou les gestes vus.

À ce stade-ci, sans évidence concrète de cette liaison dans votre milieu de travail, en parler ou pas est une décision professionnelle difficile. Par contre, une chose est certaine, pas de commérage de retour au boulot. N'annoncez pas cette relation amoureuse aux autres membres de votre équipe. Ne faites surtout pas courir la rumeur.

Vous vivez une situation délicate ? Trouvez réponse à votre question en visitant le site web de Julie. Envoyez-lui un courriel, elle vous répondra promptement. Ou, retrouvez-la aussi sur Facebook et Twitter.

 

Suivre Julie Blais Comeau sur Twitter: www.twitter.com/EtiquetteJulie

Suivre Le HuffPost Québec