LES BLOGUES

Lettre à Jean-François Lisée

23/04/2013 06:41 EDT | Actualisé 28/12/2013 10:16 EST
PC

Salut Jean-François,

Je ne te connais pas personnellement mais je t'écris à toi pour trois raisons. D'abord, la première ministre sera sûrement trop occupée pour répondre à mes questions, ensuite nous écrivons sur la même tribune et, finalement, je trouvais que tu étais brillant. Alors je me dis que tu pourras sûrement m'expliquer certaines choses.

J'aimerais bien que tu m'expliques ce que vous, le Parti québécois, êtes en train de faire. J'aimerais bien comprendre ce qu'est devenu ce parti. La gouvernance souverainiste? Ne me fais pas rire. La gouvernance provincialiste médiocre, peut-être. Ne me dis surtout pas que vous êtes minoritaires. Stephen a été minoritaire deux fois et ça ne l'a pas empêché de gouverner... Et d'ailleurs, la règle non-écrite, c'est qu'un gouvernement minoritaire a au moins un an, un an et demi, avant qu'il tombe. Les libéraux n'avaient pas de chef et la CAQ pas de... Enfin.

Par où commencer. Déjà «Notre Home», ce n'était pas ton meilleur coup. Bon admettons que t'as le droit a l'erreur. J'imagine que c'est dans le cadre de ton mandat de responsable des relations avec les anglophones. Est-ce l'attentat de Richard Bain qui vous a fait penser à ce mandat ou l'idée existait déjà depuis longtemps? En tout cas, c'est bien d'essayer de convaincre les Anglais de voter pour vous mais bonne chance. Ils ne voteront jamais PQ. C'est une cause perdue. Comme le fait français dans NDG par exemple. En tout cas, c'est bien d'essayer mais comme une fille qui veut pas coucher avec toi, c'est pas en demandant 100 fois pis en la flattant dans le sens du poil qu'elle va changer d'avis. Ne lui donne plus d'attention et «cruise» sa meilleure amie à la place. Bon je m'éloigne un peu du sujet.

Le billet de Jules Falardeau se poursuit après la galerie

«Notre Home»: quelques réactions...

Là, je m'adresse plus au parti qu'à toi. J'avoue que vous n'avez pas le beau rôle là-dedans. Peu importe ce que vous faites, vous vous faites traiter d'intolérants et de xénophobes par des mercenaires des médias fédéralistes, alors aussi bien de faire semblant de s'intéresser à eux.

Ensuite, moi j'aimais bien votre idée d'augmenter les impôts pour les plus riches. L'idée a duré quatre jours? À la place vous indexez les frais de scolarité. Vous trahissez les gens qui ont passé des mois dans la rue à se faire brasser par la police et qui ont causé la chute du précédent gouvernement. Et je ne parlerai pas de Madame Maltais avec ses histoires d'aide sociale. Et votre commission machin sur la main d'oeuvre avec Gilles Duceppe? «Non cette commission ne vise pas à faire la promotion de l'indépendance». Il me semble que justement, n'importe quel prétexte devrait servir à en faire la promotion. Il faut parler des avantages de l'indépendance, de comment le fédéral nous bafoue, pas passer son temps à se défendre de vouloir faire la promotion de ce qui est censé être la raison d'être de ce parti.

Le billet de Jules Falardeau se poursuit après la galerie

Nomination de Gilles Duceppe

Il me semble que je répète continuellement les mêmes choses à votre sujet. Et je ne suis pas seul. Beaucoup de militants que je connais - de la première heure, des nouveaux, des gens motivés par des questions sociales et par l'indépendance - ne se retrouvent plus dans le PQ. Comment leur donner tort. Vous perdez des votes sur votre point n°1 au profit d'Option nationale, sur votre gauche au profit de Québec solidaire et sur votre droite au profit de la CAQ. Pendant ce temps, vous courtisez la communauté anglophone qui vote contre vous depuis toujours. C'est là que j'ai besoin d'explications.

J'ai l'impression que depuis la défaite de 1995 (ou le vol de 1995), le PQ est devenu une catastrophe. Bouchard, Landry ( que j'apprécie beaucoup par contre), Boisclair et Marois. Les conditions gagnantes, l'assurance morale, le coffre à outils et maintenant le gouvernance souverainiste. Qui sont vos stratèges? Winnie l'ourson? Homer Simpson? Dans les années 70, Pierre Elliott Trudeau avait Marc Lalonde, Jimmy Carter avait Zbigniew Brzezinski et René Levesque avait une taupe de la GRC. Le problème vient peut-être de là.

J'ai aussi la désagréable impression que Couillard, même avec son passé sombre, peut souffler le PQ. Alors Jean-François, c'est peut-être toi qui héritera de ce parti. Débarasse-toi des stratèges et des conseillers, parce que pour l'instant le résultat est minable. Vous aviez l'air d'aimer ça l'expression faire le ménage. Commencez donc par là. Sinon peut-être qu'un autre neuf ans dans l'opposition vous donnera l'occasion de réfléchir à la vraie raison d'être de ce parti.

En passant, je n'aime pas les partis politiques.

Allez salut.

PS: Il faut arrêter d'avoir peur d'avoir peur. YES WE CAN maybe if la conjoncture actuelle le permet....zzzzzzz Il faut les créer « les conditions gagnantes », pas les attendre.

VOIR AUSSI

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois