LES BLOGUES

Harper au Québec: c'est maintenant ou jamais

07/08/2014 11:17 EDT | Actualisé 07/10/2014 05:12 EDT

Les Québécois francophones sont uniques, façonnés par plus de 400 ans d'histoire et un environnement sans égal. D'après le publicitaire québécois Jacques Bouchard, c'est cette structure identitaire spécifique qui caractérise la nation québécoise, influence aussi bien ses décisions que ses comportements.

Malgré les dires de certains analystes, la politique enflamme toujours les passions au Québec. Quand le Québec aime, il aime. Avant la vague orange de 2011, il y a eu la vague bleue de 1958 et la vague rouge de 1980. Quand le Québec n'aime plus, alors là, sauve qui peut, trouvez refuge et vite. Demandez à Gilles Duceppe où à Pauline Marois, ils en auront certainement long à dire sur le sujet.

Inspiré par ses racines latino-chrétiennes, le Québec aime aussi pardonner, surtout celui qui sait trouver l'humilité dans un mea culpa sincère. Robert Bourassa l'a montré en revenant au poste de premier ministre, après avoir été battu par René Lévesque.

Lorsqu'il a repris le pouvoir, Bourassa a démontré concrètement sa reconnaissance du caractère distinct du Québec en utilisant la clause dérogatoire pour appliquer certains éléments de la Charte de la langue française que la Cour suprême du Canada avait déclarés inconstitutionnels.

Si le passé est garant de l'avenir, ce qui pourrait aujourd'hui sembler politiquement impossible est tout à fait réalisable. Plusieurs semblent penser que la prochaine élection pourrait se jouer sans que le Québec ait son mot à dire. Ceux et celles qui le pensent se trompent royalement.

Même si la proportion des sièges occupés par des députés du Québec ne sera plus la même lors du prochain scrutin, la belle province va jouer un rôle essentiel et Stephen Harper a tout avantage à mettre les intérêts du Québec au cœur de sa stratégie électorale.

D'autant plus que ces propres sondages semblent lui dire que les électeurs canadiens ne sont plus aussi préoccupés par l'économie. Cela voudrait dire que pour conserver les clés du 24 Sussex, les conservateurs devront peaufiner leur stratégie, il ne suffira plus de présenter Stephen Harper comme le seul bon gestionnaire de l'économie, Mulcair comme irresponsable et Trudeau 2.0 comme incapable.

Lors du prochain scrutin, la porte du pouvoir s'ouvrira à l'homme qui réussira à en déceler le thème principal et à offrir les solutions qui s'y rattachent. Il y a fort longtemps que ce thème n'est pas apparu aussi clairement : malgré ce que disent certains, l'appétit pour une ronde de négociations constitutionnelles est plus que présent.

Si l'un des chefs décide d'emprunter ce sentier, la route sera certainement difficile, mais c'est un chemin qui le mènera tout droit vers une majorité, et ce, avec des sièges dans chacune des régions du pays. Pour commencer ces négociations en position de force tout en démontrant une grande ouverture d'esprit, Stephen Harper aurait tout avantage à limiter les dépenses du pouvoir fédéral, ce qui mettrait un terme définitif au déséquilibre fiscal. Cela cadre parfaitement avec sa vision d'un fédéralisme d'ouverture et on voit mal quelle province pourrait s'y opposer.

Devant une offre pareille, les provinces seront ouvertes à l'idée de faire des compromis sur d'autres sujets, la réforme, voire l'abolition du Sénat, et une reconnaissance non seulement symbolique, mais bien constitutionnelle de la nation québécoise.

Stephen Harper est le meilleur homme pour mener à bien ce grand défi. Contrairement à Trudeau père ou Brian Mulroney, tous deux Québécois, Stephen Harper est né en Ontario et a fait sa vie en Alberta. C'est un des leurs, il a leur confiance et il peut les convaincre. L'élection d'un gouvernement provincial fédéraliste fort au Québec lui a donné l'ultime appel de phare. C'est maintenant ou jamais.

Joseph Soares est ancien conseiller en gestion des enjeux pour le Québec du premier ministre du Canada (2008-2010), ainsi qu'ancien conseiller en politique de gouvernance de son lieutenant politique pour le Québec (2006-2008). Son courriel: j@josephsoares.com.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Harper LOVES To Give The Thumbs Up


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?