RECEVEZ LES NOUVELLES DE José Manuel Barroso
 
RECEVEZ LES NOUVELLES DE Herman Van Rompuy
 

De la guerre à la paix: une histoire européenne

Publication: 10/12/2012 12:13

La guerre est aussi ancienne que l'Europe. Notre continent porte les stigmates des lances et des fers, des canons et des fusils, des tranchées et des chars. Pourtant, après que deux guerres terribles se sont abattues sur le continent et sur le reste du monde, la paix s'est installée en Europe.

Pendant la sombre période de l'après-guerre, le deuil et le ressentiment emplissaient encore les cœurs. Dès lors, quel pari audacieux, que celui des pères fondateurs de l'Europe, qui ont affirmé: oui, nous pouvons briser ce cycle sans fin de la violence, nous pouvons mettre un terme à la logique de vengeance et construire un avenir meilleur, ensemble.

Bien sûr, la paix aurait peut-être pu s'installer en Europe sans l'Union. Mais cela n'est pas certain. En tout état de cause, elle n'aurait jamais pu être de cette qualité. Une paix durable et non un froid cessez-le-feu.

LIRE AUSSI

La réconciliation est ce qui rend cette paix si particulière. Elle va au-delà du pardon et de l'oubli, ou du fait de simplement tourner la page. Adenauer et De Gaulle dans la cathédrale de Reims: c'est là l'une des images émouvantes qui ont aidé l'Europe de l'après-guerre à cicatriser ses plaies. D'autres images encore viennent à l'esprit: les dirigeants de six États rassemblés à Rome pour ouvrir la voie à un nouvel avenir; Willy Brandt s'agenouillant à Varsovie; les dockers de Gdansk rassemblés pour manifester; Mitterrand et Kohl se donnant la main; et Rostropovitch jouant Bach au pied du mur de Berlin détruit.

Cependant, les gestes symboliques ne suffisent pas à garantir une paix durable. C'est là qu'intervient l'"arme secrète" de l'Union européenne: cette manière incomparable de lier nos intérêts si étroitement - par des négociations constantes, sur un nombre toujours plus grand de sujets et entre des pays toujours plus nombreux - que la guerre en devient matériellement impossible.

Il est vrai que certains aspects peuvent être déconcertants: des ministres de pays sans littoral débattant ardemment des quotas de pêche ou des députés européens de Scandinavie discutant le prix de l'huile d'olive. L'Union a su parfaire l'art du compromis. Il n'est pas question de victoire ou de défaite, mais il s'agit de faire en sorte que tous les pays sortent gagnants des négociations.

Cela a fonctionné. Aujourd'hui, la paix va de soi. La guerre est impensable. Pourtant, "impensable" ne signifie pas "impossible". C'est la raison pour laquelle nous sommes aujourd'hui réunis ici à Oslo. L'Europe doit tenir sa promesse de paix, mais elle ne peut plus compter sur cette seule promesse pour rallier ses citoyens.

Cela est d'autant plus vrai aujourd'hui, alors que la pire crise que l'on ait connue en deux générations frappe nos économies, causant de grandes difficultés à nos concitoyens, et mettant à l'épreuve les liens politiques de notre Union.

Ces parents qui ont du mal à joindre les deux bouts, ces travailleurs qu'on vient de licencier, ces étudiants qui redoutent de ne pas décrocher ce premier emploi malgré tous leurs efforts: lorsqu'ils pensent à l'Europe, la paix n'est sans doute pas la première chose qui leur vient à l'esprit...

Nous déployons des efforts considérables pour surmonter les difficultés, pour relancer la croissance et l'emploi. Nous sommes confiants dans le fait que nous réussirons.

L'Union européenne, ce n'est pas que la paix entre les nations. En tant que projet politique, elle incarne - pour reprendre la définition de la paix de Spinoza - "un état d'esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice".

D'autres moments historiques en ont été l'illustration: les peuples célébrant la révolution démocratique et la liberté au Portugal, en Espagne et en Grèce. Cette même joie a été ressentie plus tard en Europe centrale et orientale et dans les pays baltes.

La quête de liberté et de démocratie a rendu possible la réunification du continent. L'Union européenne est devenue notre maison commune. "La patrie de nos patries" comme l'a appelée Vaclav Havel.

Les pères fondateurs ont compris que pour garantir la paix au 20e siècle, les nations devaient aller au-delà de la notion d'État nation. Ce que le projet européen a d'unique, c'est d'avoir concilié la légitimité d'États démocratiques et la légitimité d'institutions supranationales qui protègent l'intérêt général européen.

Notre quête d'unité européenne n'est pas une fin en soi, mais un moyen d'atteindre des finalités supérieures. Elle atteste la quête d'un ordre cosmopolitique. Malgré ses imperfections, l'Union européenne est une puissante source d'inspiration pour tant d'autres à travers le monde. Au‑delà de notre nation, au-delà de notre continent, nous faisons tous partie d'une même Humanité.

L'engagement concret de l'Union européenne dans le monde est marqué par la tragique expérience que notre continent a faite du nationalisme extrême, des guerres et du mal absolu qu'a été la Shoah. Il est inspiré par notre désir d'éviter la répétition de ces erreurs.

C'est le fondement de notre approche multilatérale et de nos relations avec nos partenaires internationaux; ce qui définit notre position contre la peine de mort et notre soutien à la justice internationale; notre rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique et en faveur de la sécurité alimentaire et énergétique, et nos politiques sur le désarmement et contre la prolifération nucléaire.

En tant que continent qui, après avoir été dévasté, est devenu l'une des économies les plus puissantes au monde, nous avons une responsabilité particulière à l'égard de millions de personnes dans le besoin. En tant que communauté de nations ayant combattu le totalitarisme, nous nous tiendrons toujours aux côtés de ceux qui aspirent à la paix et à la justice, à la démocratie et à la dignité humaine. Nos pensées vont aux défenseurs des droits de l'homme qui, dans le monde entier, risquent leur vie pour défendre les valeurs qui nous sont chères. Aucune prison ne parviendra à les réduire au silence.

En tant qu'Union construite sur la valeur fondatrice de l'égalité entre hommes et femmes, nous nous engageons à protéger les droits des femmes dans le monde entier. Nous chérissons les droits fondamentaux des plus vulnérables: les enfants de ce monde.

La "pacification de l'Europe" était au centre des préoccupations d'Alfred Nobel. Dans une des premières versions de son testament, il l'assimilait même à la paix internationale. Au cours des six dernières décennies, l'Union européenne a montré qu'il était possible aux peuples et aux nations de se rassembler à travers les frontières.

Notre continent, qui s'est relevé de ses cendres après 1945 et s'est unifié en 1989, possède une extraordinaire capacité à se réinventer. Il appartient ainsi aux générations futures de poursuivre cette aventure commune. Nous espérons qu'elles assumeront cette responsabilité avec fierté. Et qu'elles pourront dire, comme nous ici à Oslo: je suis fier d'être Européen.

VOIR AUSSI

Loading Slideshow...
  • 1901 : Wilhelm Röntgen

    Le premier Prix Nobel de physique de l'histoire lui est attribué "en témoignage des services extraordinaires rendus par sa découverte des remarquables rayons ultérieurement nommés d'après lui." Ces rayons ne vous disent peut-être rien. Pourtant cette découverte a changé votre vie. Comment? Réponse dans la prochaine diapositive. Photo : Wilhelm Röntgen

  • 1901 : les rayons X

    Les rayons découvertes par Röntgen ne sont autres que les rayons X, utilisés dans la majeure partie des radiographies. Tous ceux qui se sont cassés une jambe, un bras, une cheville ou un poignet en savent quelque chose.

  • 1930 : Karl Landsteiner

    En 1930, l'Allemand Karl Landsteiner est récompensé pour une découverte qui semble aujourd'hui aller de soi. Elle vous concerne directement et lorsque vous allez à l'hôpital on vous posera toujours cette question relative à sa découverte. Pour savoir de quoi il s'agit, passez à la diapositive suivante!

  • 1930 : les groupes sanguins

    Découverts en 1900 par Karl Landsteiner, les groupes sanguins ont permis de comprendre pourquoi certaines transfusions sanguines fonctionnaient alors que d'autres pas. Depuis, chaque fois que vous donnez votre sang, les médecins classe votre sang en fonction de son groupe. De la même manière, si l'on doit vous transfuser du sang, on veillera à vous donner du sang du même groupe, à moins que votre sang n'appartienne au groupe O, qui est universel.

  • 1945 : Alexander Fleming, Boris Chain et Howard Florey

    Trois chercheurs récompensés cette année par le prix Nobel de médecine "pour la découverte de la pénicilline et de ses effets curatifs dans diverses maladies infectieuses." Comment cette découverte a changé votre vie? La réponse sur la diapo suivante. Photo : Sir Alexander Fleming

  • 1945: la pénicilline

    Au sortir de la Seconde guerre mondiale, ces <a href="http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/medicine/laureates/1945/"> trois chercheurs</a> sont récompensés pour une découverte qui a sauvé la vie de nombreux soldats blessés pendant le conflit: la pénicilline. Découverte en 1928 par <a href="http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/medicine/laureates/1945/fleming.html">Alexander Fleming</a>, il s'agit d'un antibiotique à spectre large qu'on utilise encore aujourd'hui pour traiter angines et autres otites. La prochaine fois que votre médecin vous prescrira de l'amoxicilline, vous pourrez avoir une pensée émue pour Alexander Fleming, sans qui vous ne seriez peut-être pas en vie aujourd'hui.

  • 1956 : William Shockley, John Bardeen et Walter Brattain

    En 1956, ces trois chercheurs américains sont récompensés "pour leurs recherches sur les semi-conducteurs et leur découverte de l'effet transistor." Semi-conducteurs, transistor, ça vous dit quelque chose? Photo : William Shockley

  • 1956 : semi-conducteur et transistor

    C'est neuf ans plus tôt que ces trois chercheurs ont découvert l'effet transistor et développé le composant électronique du même nom. Le transistor agit comme amplificateur de signal ou afin de stabiliser une tension et moduler un signal, ce qui explique qu'on trouve des transistors un peu partout. Il y en a dans les radios, dans les télévisions ou encore dans les processeurs de vos ordinateurs.

  • 1960 : Willard Libby

    Libby est récompensé du Prix Nobel de Chimie "pour sa méthode de datation par le carbone 14 utilisable en archéologie, géophysique, et dans d'autres domaine de la science." Le carbone 14, ça ne vous dit rien? Rendez-vous dans la diapositive suivante.

  • 1960 : le carbone 14

    Le carbone 14 est un résidu de carbone contenu dans la matière organique. Radioactif, on peut évaluer sa présence. Avec le temps, la quantité de carbone 14 s'amoindrit à un rythme propre, mais connu. Puisque l'on peut mesurer sa présence, on peut donc aussi estimer l'âge d'un fossile, d'un squelette ou d'une pointe de flèche. Grâce au carbone 14, nous en savons désormais beaucoup plus sur nos origines.

  • 1962 : Francis Crick, James Watson et Maurice Wilkins

    Le prix Nobel de médecine récompense une nouvelle fois <a href="http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/medicine/laureates/1962/">trois chercheurs</a> "pour leurs découvertes sur la structure moléculaire des acides nucléiques et sa signification pour la transmission de l'information pour la matière vivante." Derrière cet énoncé savant se cache une véritable révolution : la découverte de l'ADN. Photo : Francis Crick.

  • 1962 : Crick, Watson et Wilkins pour l'ADN

    Sans cette découverte, pas de tests ADN dans les séries télévisées, ou encore de thérapie génique pour soigner certaines maladies. Surtout, la découverte de l'ADN a permis à la médecine de faire un bon de géant dans la compréhension du fonctionnement de l'être humain. Médecins et chercheurs ont ainsi pu comprendre le fonctionnement d'un nombre important de maladies. Un bon de géant dans l'histoire de la médecine.

  • 1963 : Karl Ziegler et Giulio Natta

    Deux chercheurs, un prix Nobel "pour leurs découvertes dans le domaine de la chimie et de la technologie des hauts polymères." Les polymères, vous ne savez peut-être pas ce que c'est. Pourtant, il y en a partout autour de vous, et vous en utilisez tous les jours.

  • 1963 : les polymères

    Indice, les polymères sont dérivés du pétrole. On les connait mieux sous un autre terme : le plastique. Grâce aux recherches de Natta et Ziegler, produire du plastique est devenu plus simple et moins cher. La preuve? Regardez autour de vous, il y en a partout.

  • 1964 : Charles Townes, Nikolaï Basov et Aleksandr Prokhorov

    Un américain et deux russes sont récompensés du Prix Nobel de physique "pour des travaux fondamentaux dans le domaine de l'électronique quantique, conduisant à la construction d'oscillateurs et d'amplificateurs basés sur le principe du maser-laser." Le laser ça vous dit quelque chose?

  • 1964 : le laser

    Les découvertes de Townes, Basov et Prokhorov seront suivies par bien d'autres, mais sans eux pas de disque laser ou de DVD. Vous y penserez la prochaine fois que vous regarderez un film.

  • 1971 : Dennis Gabor

    Chercheur britannique d'origine hongroise, Gabor est récompensé "pour son invention et son développement de la méthode holographique." Vous n'en aviez jamais entendu parler? Vous êtes pourtant confronté au fruit de ses travaux tous les jours.

  • 1971 : l'holographie

    Derrière l'holographie se cache l'hologramme, une technique d'imagerie en trois dimensions que les amateurs de science fiction connaissent bien. En réalité, des hologrammes il y en a un peu partout, à commencer par les billets de banque qui sont ainsi plus difficilement falsifiables.

  • 1979 : Allan Cormack et Godfrey Hounsfield

    En 1979, Cormack et Hounsfield sont récompensés du Prix Nobel de médecine "pour le développement de la tomographie." Mais qu'est-ce que la tomographie? Comment cette découverte a-t-elle changé votre vie? La réponse dans la diapositive suivante.

  • 1979 : la tomographie

    La tomographie est une technique d'imagerie médicale qui permet de reconstruire le volume d'un objet. Sans tomographie, pas d'IRM ou encore de scanners corporels. Si ça n'a pas changé la vie, la tomographie a permis de sauver des vies.

  • 2000 : Jack Kilby, Zhores Alferov et Herbert Kroemer

    Au tournant du millénaire, un américain, un allemand et un russe sont récompensés "pour des travaux de base en technologie de l'information et de la communication". Comme ça, ça ne vous dit rien, mais en réalité leur recherche a permis à l'humanité d'entrer dans le nouveau millénaire. Comment? Réponse dans la diapo suivante. Photo : Jack Kilby

  • 2000 : le circuit intégré

    Kilby, Alferov et Kroemer ont permis le développement du circuit intégré, ou circuit électronique. De votre tablette, à votre ordinateur en passant par la télécommande de votre télévision, tous vos produits électroniques fonctionnent grâce à eux.

  • 2007 : Albert Fert et Peter Grünberg

    Le premier est français, le second allemand, ils seront tous les deux récompensés du prix Nobel de physique "pour la découverte de la magnétorésistance géante." Magnorésistance géante? Le terme est savant mais ses applications sont on ne peut plus pratiques. Vous n'y croyez pas? Un indice, regardez dans votre poche ou votre sac à main. Photo : Albert Fert

  • 2007 : la magnorésistance géante

    Sans les travaux sur la magnorésistance géante, pas de smartphones, de baladeurs mp3 ou de disques durs miniatures. S'il s'agit d'un effet quantique découvert en 1988, ses applications sont aujourd'hui innombrables.

  • 2008 : Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi

    En 2008, ces deux chercheurs français sont récompensés pour "leur découverte du virus de l'immunodéficience humaine", ou VIH. Virus qu'ils ont découvert en 1983. Le sida ça vous dit quelque chose? Photo : Luc Montagnier

  • 2008 : le VIH

    Alors qu'au début des années 80, on parle encore de "cancer gay", la découverte de Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi permet de comprendre cet étrange maladie qui semble frapper toxicomanes et homosexuels. Comprendre ce virus a permis de comprendre son mode de transmission, de limiter le développement de l'épidémie, et surtout de développer des armes pour permettre aux malades de se battre. Ce sont les trithérapies qui ont aujourd'hui fait d'immenses progrès.

  • 2000 : Alan Heeger, MacDiarmid et Hideki Shirakawa

    Cette année, le Prix Nobel de physique fut remis à ces trois chercheurs "pour la découverte et le développement de polymères conducteurs." Dit comme ça, ça n'a pas l'air d'un grand intérêt, c'est pourtant fondamental. Explications dans la diapositive suivante. Photo : Alan Heeger.

  • 2000 : les polymères conducteur

    Polymère = plastique. Si on pensait que le plastique n'était pas conducteur d'électricité, ces trois chercheurs ont permis d'établir l'inverse. Sans leurs travaux, pas d'écran de téléphone portable ou... de panneaux solaires.

  • 1991 : Pierre Gilles de Genne

    Le lauréat du Prix Nobel de physique de l'année 1991 est français. Il est récompensé "pour sa découverte du fait que des méthodes développées pour l'étude des phénomènes d'ordre dans des systèmes simples peuvent être généralisées à des formes plus complexes de la matière, en particulier aux cristaux liquides et aux polymères." Comme ça, on ne comprend rien, mais la diapo suivante devrait vous permettre d'y voir beaucoup plus clair.

  • 1991 : les cristaux liquides

    Grâce aux travaux de Pierre Gilles de Genne sur les cristaux liquides, vous avez pu porter une montre digitale en 1992, avoir une image sur votre écran d'ordinateur en 1997 et regarder la photo que vous veniez de prendre sur votre appareil photo numérique en 2003.

 
Suivre Le HuffPost Québec