LES BLOGUES

Vous travaillez de chez vous? Voici 10 conseils pour mieux y arriver

04/03/2014 02:22 EST | Actualisé 04/05/2014 05:12 EDT

Il m'a fallu du temps pour accepter que la structure et la routine de ma vie professionnelle ne s'opposaient pas à la liberté d'entreprise dont j'avais rêvé lorsque j'étais employée.

J'ai passé tellement de temps à fantasmer à l'idée de travailler de chez moi que lorsque ce jour est vraiment arrivé (il y a presque un an), je ne voulais pas abandonner mon rêve et accepter la réalité de ce style de vie, une réalité que je n'avais prévue.

Parce que ma vision avait toujours été libre et flexible, j'ai eu un petit sentiment d'échec; je croyais avoir fait un pas en arrière en découvrant que j'avais besoin d'un peu de rigidité au jour le jour.

C'est pourquoi j'ai essayé de lutter contre ça.

Même si "je travaillais" tous les jours, je ne travaillais pas de manière efficace. Je suis tombée dans les mêmes écueils que toute personne travaillant chez elle: je commençais ma journée en pyjama... Et parfois je le terminais de la même manière (ne me jugez pas).

Je commençais par consulter mes e-mails, Twitter, Facebook; je lisais les "nouvelles". Je regardais ma liste de choses à faire et je commençais à travailler sur l'une d'entre elles... Mais, peu de temps après, je me rappelais de toutes les tâches domestiques que "je devais faire".

Au début ça allait, mais les distractions ne s'arrêtent jamais si on n'y met pas fin pour de bon. Et les problèmes se propagent avec rapidité.

En-dehors des distractions, mon travail n'avait ni rythme ni motifs particuliers. Je laissais de côté les parties désagréables (mais nécessaires). Je changeais constamment de tâches et projets, sans parvenir à arriver à bout d'aucun d'entre eux.

Comme s'il n'était pas assez compliqué de supporter le travail que représentaient nos produits SaaS, ou "Software as a Service" (Hookfeed et Minimalytics), j'apprenais en plus à programmer (ce qui prend un temps fou), j'avais commencé un blogue (une nouvelle frontière pour moi), et je devais être en relation avec d'autres personnes de l'univers SaaS parce que je ne commençais toujours personne. Et la liste ne se terminait pas là. J'essayais de mener trop de choses à terme.

La gestion me semblait un paradoxe. j'avais l'impression de nager dans une mer d'obligations sans aucune direction à prendre. J'ai commencé à éviter les sorties entre amis pour travailler en fin de semaine. J'ai arrêté de faire de l'exercice parce que le temps que j'y passais me faisait culpabiliser et parce que j'étais fatiguée le soir. J'étais en train de perdre ma bataille personnelle contre l'organisation.

J'essayais d'éviter de tomber dans la routine, mais je n'y arrivais pas.

De plus, la routine dans laquelle j'étais tombée me portait préjudice.

Quand j'ai finalement admis mon échec et commencé peu à peu à reprendre ma routine structurée et productive, mon ampoule s'est allumée; j'ai eu l'idée qui a TOUT changé:

L'organisation n'est pas ennemie de la liberté; c'est la porte d'entrée qui y mène.

Je me suis aussi rendu compte de la difficulté de la chose. Cependant, comme dans tout aspect d'une vie que l'on veut améliorer, il faut s'entraîner, accepter une marge d'erreur, essayer différentes tactiques jusqu'à trouver celle qui fonctionne, et continuer à pratiquer.

Voici les 10 stratégies les plus utiles qui m'aident à organiser mes journées (et à respecter mon planning):

1. Se lever tous les jours à la même heure (tôt, de préférence)

Si vous n'êtes pas du matin, réglez votre réveil cinq minutes avant l'heure normale. Et quand vous êtes habitué à cet horaire, réglez-le encore cinq minutes avant. Le corps s'adapte rapidement; donnez-lui une opportunité.

2. Créer une routine avec les premières choses que l'on fait en se levant

Ça n'a peut-être pas l'air important, mais en commençant la journée par de petites routines, il est moins difficile de suivre le rythme que l'on se propose pour le reste de la journée.

3. Prendre un petit-déjeuner

Réellement.

4. Faire le plus important au début.

Indice: le plus important n'est jamais le courrier électronique, ni Facebook, ni Twitter. Si votre moment de création/concentration est le matin (comme pour moi), profitez des deux premières heures de la journée pour écrire, programmer, concevoir, ou pour résoudre tout problème rencontré. Votre concentration ira en se diluant au fil de la journée, il vaut donc mieux garder les tâches domestiques pour la fin de la journée.

5. Diviser son temps en blocs de une ou deux heures.

Il n'est pas réaliste de penser que l'on peut rester concentré sur une tâche tout au long de la journée. Surtout si cela implique de la créativité. mais divisez votre temps en périodes de une ou deux heures.

6. Planifier ses pauses

En terminant un bloc de travail, vous pouvez aller sur Twitter et Facebook. De toute façon ces pauses font partie de votre planning.

7. Ajouter de l'exercice physique à son emploi du temps

Il vaut mieux décider d'un moment de la journée (une heure précise) qui vous convient. On peut mettre une alarme si nécessaire. Et quand elle sonne, levez-vous de votre chaise.

8. Avoir des provisions chez soi

Pour éviter de faire face à un frigo vide et de perdre du temps à aller acheter à manger, prévoyez à l'avance.

9. Sortir de chez soi

Trouvez-vous un «endroit». Un café proche, un espace de travail... n'importe quoi pourvu que ce ne soit pas votre maison et qu'il y ait le wi-fi. Un changement de scénario est toujours bénéfique à la concentration.

10. Aller se coucher quand il est temps

Quand on est fatigué, on n'est pas productif et on gâche la journée suivante. Il faut savoir dire stop.

VOIR AUSSI:

Les sources de distraction au travail

Retrouvez les articles du HuffPost Art de vivre sur notre page Facebook.