LES BLOGUES

L'amour au temps du féminisme

08/03/2013 06:00 EST | Actualisé 08/05/2013 05:12 EDT

Le 14 février dernier, fête du Valentin et des amoureux, j'étais chez Madame Bazzo à parler de féminisme et de droits des femmes. Aujourd'hui, 8 mars 2013, journée internationale des droits des femmes, je vais parler d'amour et d'érotisme.

Ne croyez pas que je mêle les cartes ou que je perds la carte. Je vous rassure d'emblée, je les ai bien en mains. Les cartes.

Simple envie de rappeler, aujourd'hui précisément, que subsistent trop de vieux préjugés sur les féministes supposément « enragées, anti-hommes, full frues... ». Histoire aussi de dévoiler la femme amoureuse, sensuelle et aimante qui respire et vibre dans une féministe...

______

Mon fol Amour

Où étais-tu hier avant de venir de nulle part vers moi? Avant que je me cale dans tes bras comme on rentre chez soi après des siècles d'itinérance?

Tu m'as conviée à un ludique et inespéré festin printanier. Tu m'as sustentée, réjouie, enveloppée.

Tu m'as éclaboussée de lumière et de nectar.

Tu m'as fait débouler de rire. Tu m'as égarée dans la forêt drue de tes mystères.

Et pendant ce temps, toutes les cellules de ma peau photographiaient tes caresses...

Mon bel Amour

Chaque nuit depuis, tes yeux chatoient pour moi comme l'œil d'un chat. Je t'escalade, en te câlinant, avec une fougueuse douceur, du bout de tes orteils jusqu'au sommet de ton âme, en m'attardant paresseusement sur ton sexe gonflé de joie.

Et quand ton plaisir s'emballe, ta main sous ma nuque devient si ferme et si bavarde que je sens en elle, et jusque dans ton bras, monter ta jouissance.

À ce moment précis, ta main sous ma nuque et je me liquéfie de bonheur. Je ne sais plus si la joie que je ressens est la mienne ou la tienne.

Mon lointain Amour

J'aime quand tu es loin car tu m'habites alors pleinement.

Le manque de toi me nourrit. Le manque de toi me brûle, dans une volupté suspendue, bienheureuse, qui se languit d'éclore.

Quand tu es loin, je te rejoins dans ton sommeil.

J'entends ton souffle. Je vois tes paupières relaxées, diaphanes puis frétillantes. J'entre dans ton rêve pour te le raconter le lendemain dans le fil de dentelle du téléphone.

J'ouvre grands mes bras, d'un bord à l'autre des continents.

Mon cœur se liquéfie, s'épanche, coule sur ta poitrine, glisse sur ton ventre jusqu'à ce fruit oblong, ensommeillé, dans lequel ton cœur bat. Pour moi.

Mon grand Amour

Demain, je t'amènerai sous la douche, te lècherai et t'ouvrirai les yeux avec ma langue. Pour que tu vois. Nous nous laverons de plaisir qui apprend à être amour! Nous nous laverons d'amour qui apprend à être plaisir!

Et nous nous étreindrons jusqu'à la fin des temps dans un lit d'amour que nous réinventerons. Nous n'aurons nulle peur de nous perdre. Et nous nous perdrons. Dans des feux d'artifice dépourvus d'artifices.

Nous épèlerons et délierons mille fois les mots je-t'ai-me. Moi, je verrai chacune de ces lettres tenant serrée la main de sa suivante. Elles s'élèveront en dansant. Elles iront se buriner dans l'infini.