LES BLOGUES

La langue écrite, ce ver solitaire que l'on a ingéré

21/09/2015 09:36 EDT | Actualisé 21/09/2016 05:12 EDT

2015-09-17-1442504843-6314109-10066825.jpg

Je conclus présentement mon baccalauréat en science politique à l'Université Laval. Ça sent la fin dans le moment (seulement que légèrement, puisque la maîtrise m'attend en janvier). C'est ma dernière session dans ce programme, tous mes cours sont complétés exception faite de 3 crédits en langue seconde. Je ne sais pas s'il s'agit d'une formalité partagée par les autres universités. Mais à Laval, si vous voulez obtenir votre papier, vous devez faire un cours de langue seconde. Même si ce cours n'a absolument aucun lien avec mon champ de spécialisation, on me l'enfonce bien serré dans la gorge. La note que j'obtiendrais viendra s'annexer à ma moyenne. Tout ça, pour une raison administrative flagrante : l'université désire conserver ses cours de langues. Quoi de plus simple que d'en refiler le coût aux «consommateurs»?

C'est donc à reculons que je me suis présenté à mes premiers cours d'anglais. Non pas parce que j'ai la conviction que je n'apprendrais rien d'utile ou parce que je ne désire pas être sortie de ma zone de confort. Mais simplement, car je déteste me faire imposer des choses qui présentent une absence logique. Lundi dernier, j'ai donc eu droit à une bonne révision des structures de phrases en anglais écrit. Les «verbs», «nouns», «article», «pronouns», alouette. Les lettres majuscules pour les mois de l'année, les jours, les nations, les religions et surtout pour le fameux «I». Le «je» anglais qui est toujours écrit en majuscule peut importe où il se situ dans la phrase. Un excellent indicateur sur l'image que les anglophones ont d'eux-mêmes.

Réminiscence d'un non-sens

Je me suis ainsi retrouvé dans le cauchemar grammatical que j'ai vécu une très grande partie de ma vie d'étudiant avec ma langue maternelle : le français. J'ai eu des cours de français pendant tout le primaire, le secondaire et le collégial. J'ai eu des cours de français pendant 13 années. Treize ans d'études pour me voir, encore aujourd'hui, soutirer des points à cause de mes bévues grammaticales dans des évaluations qui n'ont rien avoir avec la langue. Je n'étais pas un excellent élève en français, mais j'étais loin d'avoir de mauvaises notes. Je trouvais juste que l'idée de mettre autant de temps sur le «comment écrire» plutôt que de l'investir sur le «quoi écrire» était complètement débile.

Respectez le code

Comprenons-nous bien, il est évident que nous devons maîtriser un certain code pour faciliter nos échanges. Mais, est-ce obligatoire que ce code soit truffé d'exceptions infondées, de répétitions inutiles, de syllabe ou de lettre aux sonorités identiques? Pourquoi mettre un «x» à genou au pluriel plutôt qu'un «s»? De toute façon, pourquoi conjuguer «les genoux»... il y a déjà «les» devant? On a compris qu'il y en a plusieurs. À quoi ça sert de pouvoir faire la même sonorité avec plusieurs lettres ou syllabes différentes? Si je veux écrire café, je le fais normalement ainsi : café. Mais je pourrais aussi bien l'écrire : caphé, kafé ou quafer. On se comprend pourtant si bien en langage oral sans toutes ses culbutes!

En langage écrit, les règles sont les règles et elles tiennent dans le vide. Il n'y a souvent rien n'a comprendre. C'est comme ça parce que c'est comme ça. On ne nous demande pas de réfléchir, on nous demande d'exécuter. La langue écrite est un fouet en colère qui s'agite sans raison en toutes directions afin de punir ses utilisateurs par simple amour des gémissements.

Un parasitisme culturellement accepté

Comme je le soulignais plus haut, j'ai passé 13 ans de ma vie à étudier le français, surtout écrit. Si cette langue était modifiée pour une plus grande efficacité, imaginez le temps qui serait dégagé pour l'étude de matières plus pertinentes. Ce n'est pas avec des connaissances grammaticales que nous allons un jour guérir le cancer, régler la faim dans le monde ou encore bâtir une société plus juste. La langue écrite est un problème que nous avons nous-mêmes créé et avec lequel nous vivons comme s'il s'agissait d'une normalité. La langue est érigée par le mouvement de nos poignets et forgée par l'action de nos doigts, ce n'est pas un obstacle incontournable posé là par la nature. C'est une de nos créations que nous défendons, sans raison, grâce au bouclier de la culture. Nos ancêtres faisaient la récolte des champs à bras ou à l'aide de la force animal, est-ce une violation de la culture que de les récolter, aujourd'hui, avec les outils technologiques que nous avons créés? Est-ce que la culture doit obligatoirement nous enchaîner au ridicule et à l'inefficacité?

Ça serait pourtant pratique de simplifier les choses. Dans une société comme le Québec où 19 % de la population est analphabète et où 34,3 % éprouvent de graves difficultés de lecture (1), ça faciliterait la tâche à ceux qui tentent de leur enseigner ainsi qu'à ceux qui désirent apprendre. Dans un monde globalisé, il y aurait beaucoup plus de chance que notre si belle langue soit comprise et pratiquée par un plus grand nombre de personnes si elle était moins capricieuse et abjecte à l'écrit.

On oublie souvent que le contenant n'est que l'instrument du contenu. On perd de vue ce qui est essentiel, lorsqu'un emballage trop clinquant vient le dérober à nos yeux. La langue française écrite se doit d'être débroussaillée et raplombée. On des chats beaucoup plus importants à fouetter que l'art de manipuler le Bescherelle.

Article précédemment publié sur l'Anticønførmiste

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST:

  • Le Seigneur des Anneaux

    J.R.R. Tolkien a inventé plus de dix langues et autant d'alphabets pour échafauder l'univers du Seigneur des Anneaux. Il aurait été dommage de ne pas en profiter dans la trilogie de Peter Jackson adaptée de l'œuvre du professeur.



    Chaque peuple de la Terre du milieu possède donc sa propre langue, vous avez le choix entre le sindarin ou le quenya pour les Elfes, le khuzdul pour les Nains ou l’adûnaic pour les hommes de Númenor.
  • La Guerre du feu

    La Guerre du feu, réalisé par Jean-Jacques Annaud, et sorti en 1981, a beau être un film d'aventure préhistorique, il n'est pas dépourvu d'intérêt en matière de langage.



    Le Ulam, parlé par les trois tribus d'Homo sapiens suivies par le spectateur, a été inventé par le linguiste Anthony Burgess. Même si les dialogues ne sont pas intelligibles, ils ont pourtant été conçus de manière réfléchie.
  • Avatar

    James Cameron ne veut rien laisser au hasard. Pour sa saga de science-fiction, le réalisateur américain a demandé au linguiste Paul Frommer d'inviter un dialecte que les habitants de Pandora, les Na'vi, pourront utiliser pour casser du sucre sur le dos des humains.



    Frommer s'est reposé sur la grammaire de certaines langues polynésiennes mais a surtout pu compter sur le zèle de Cameron qui avait déjà écrit des mots et composé des chansons en langage Na'vi.
  • Blade Runner

    Quelle langue parle-t-on dans le Los Angeles de Blade Runner en 2019? Beaucoup d'anglais contemporain, certes, mais aussi un joli melting pot imaginé par l'acteur Edward James Olmos.



    Celui qui incarne Gaff mélange hongrois, allemand, français et quelques ingrédients inconnus pour s'exprimer dans une sorte de melting pot vaguement proche de l'Esperanto.
  • John Carter

    Disney a peut-être perdu beaucoup d'argent avec cette libre adaptation du roman de science-fiction Une princesse de Mars de l'auteur américain Edgar Rice Burroughs, paru en 1917, mais le cinéma s'est enrichi d'un nouveau langage.



    Le Barsoomian a été élaboré par... Paul Frommer qui a du prendre en compte le fait que les pronoms et les prépositions s'échangent de manière télépathique.
  • Jacky au Royaume des Filles

    En république populaire et démocratique de Bubunne, on parle français avec quelques nuances comme le confiait Riad Sattouf le réalisateur au HuffPost. "J'ai féminisé certains mots d'autorité. Un blasphème est devenu une 'blasphèmerie'."



    "Ce jeu sur le langage me permet de renvoyer une image miroir du monde réel", poursuit le cinéaste. "Dans l'autre sens, j'ai pris une culotte, qui est plutôt sexy quand on l'associe à une fille, pour la transformer en 'culottin', qui s'avère un peu ridicule quand il est porté par des hommes se trémoussant devant une glace."
  • Star Trek

    Le klingon est parlé par une espèce extraterrestre venant de la planète Kronos. Il apparaît notamment dans le sixième volet de la franchise Star Trek (Terre inconnue). Elle a été élaborée par Marc Okrand.



    Sa grammaire inspirée des langues amérindiennes et sa syntaxe agglutinante n'ont pas empêché les Trekkies de l'apprendre (grâce notamment à l'institut dédié fondé aux États-Unis qui dispense un enseignement reconnu).
  • Star Wars

    Tout le monde aurait besoin d'un bon droïde protocolaire pour être capable de décrypter le langage d'un Hutt. Dans le bestiaire de Star Wars, George Lucas offre à Jabba quelques mots de vocabulaire dans sa langue natale.



    Des répliques que le réalisateur n'a jamais offert aux pauvres Ewoks, peluches d'Endor pourtant portées sur la chanson. Enfin, seule une fréquentation assidue de Chewbacca permet à Han Solo de décrypter le wookie.

  • Le Jour où la Terre s'arrêta

    Dans ce classique pacifiste de la science-fiction réalisé par Rober Wise, Klaatu et le robot Gort débarquent à Washington en soucoupe afin d'avertir la population qu'elle courre à sa perte.

    Peu de dialogue en langue extraterrestre mais une phrase devenue culte: "Klaatu barada nikto" imaginée par le scénariste du film Edmund H. North et dont le sens précis reste sujet à interprétation.

  • Les Minions

    "Helopo" pour "au secours", "mina" pour le chat, le langage des Minions est un des atouts qui expliquent leur domination au box-office. Universal l'a exploité en sortant notamment une application mobile qui permet de les traduire.



    "La manière dont je procède techniquement, c’est que je m’enregistre au ralenti pour me remettre ensuite à vitesse réelle – qui semble du coup accélérée", explique Pierre Coffin dans Le Point. "Tout est dans la mélodie des sonorités: on comprend instinctivement."

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter