LES BLOGUES

Le futur de l'éducation passe par la technologie

20/04/2014 09:10 EDT | Actualisé 20/06/2014 05:12 EDT

J'ai une relation étrange avec l'éducation. D'un côté, je trouve qu'il s'agit de l'élément le plus important de notre société et de l'autre, je pense que le système n'est aucunement adapté à la majorité des élèves.

Par exemple, prenons un cours de mathématique au secondaire. L'élève éprouvant de la difficulté dans cette matière trouvera que l'enseignant explique beaucoup trop vite au même moment où « la boss des maths » est en train de s'endormir juste à côté. Paradoxale, non? Certains auront peine à suivre durant toute l'année pendant que d'autres perdront leur temps à écouter l'enseignant expliquer des théories qu'ils comprennent déjà depuis le début!

Malheureusement, dans un tel système, ces deux types d'élèves se verront complètement désintéressés au cours. De plus, et vous serez probablement d'accord avec moi, même si l'enseignant utilise un tableau intelligent pour enseigner et que les élèves utilisent des ordinateurs pour rédiger leurs travaux, l'école demeure identique.

Je me suis longtemps questionné sur la meilleure façon de contrer ce problème jusqu'à tout récemment. En effet, grand amateur de vidéos YouTube éducatif comme je suis (OK, vous pouvez rire de moi), je suis tombé sur un vidéo nommé Digital Aristotle : Thoughts on the Future of Education sur la chaîne Youtube CGPGREY au même moment ou je lisais Steve Jobs de Walter Isaacson et tous deux allaient dans la même direction : le futur de l'éducation passe par internet et la technologie.

Une révolution réaliste

Il faut faire bien attention, ici je ne parle pas d'acheter des tableaux encore plus intelligents, mais bien de révolutionner complètement la façon d'enseigner. Le problème de l'éducation est bien simple : l'enseignant doit faire comprendre des informations à 30 individus simultanément. Il est donc presque impossible d'adapter le contenu pour tout le monde... à moins d'être 30 enseignants. Aussi fou que cela peut paraître, elle est là la solution : que chaque élève ait son propre tuteur. Un pédagogue remplacé partiellement par un programme éducatif comportant des vidéos et des jeux interactifs.

Chaque module serait suivi d'un questionnaire pour évaluer la compréhension de l'élève en plus d'évaluer l'efficacité des vidéos et des jeux sur celui-ci. Donc, les élèves pourraient apprendre à leur propre rythme, ce qui augmenterait considérablement leur niveau général d'intérêt. En bref, je vois, dans un futur près, un programme éducatif qui améliore continuellement son efficacité afin d'adapter de la meilleure façon possible à chaque individu.

D'un côté économique, les coûts reliés à la production de vidéos sur internet sont minimes et la technologie se développe à une vitesse folle ce qui me permet de penser que cette vision est parfaitement réaliste à moyen terme. Il existe même déjà des concepts comme celui-ci ailleurs dans le monde comme la Khan Academy qui pourrait devenir une excellente base pour le nouveau modèle québécois. De plus, la société serait gagnante d'avoir une population plus éduquée et, surtout, plus passionnée.

Somme toute, l'école en tant qu'établissement serait toujours nécessaire afin de favoriser les interactions sociales et afin de faire bouger un peu les jeunes. Mais aurions-nous encore besoin des enseignants dans un tel système? Plus que jamais! Les enseignants se verraient libérés d'une partie de leurs tâches et pourraient aider les élèves en difficulté dans leur parcours tout en ayant la possibilité d'aller plus loin avec les élèves plus intéressés. Vous voyez, cette fois-ci, tout le monde y gagne.

Pour conclure, changer un système d'éducation aussi radicalement prend du temps et de l'argent, mais pourrait avoir des impacts incroyables sur la société de demain. Dans un système comme celui-ci, je vois un taux de décrochage presque nul, des élèves apprenant à leur propre rythme et avec un programme adapté pour eux. Finalement, je vois des garçons et des filles pousser dans une matière au point d'en devenir des génies! Le changement serait énorme et il peut sembler fou. Cependant, comme Albert Einstein le disait, la folie c'est se comporter de la même manière et s'attendre à un résultat différent.

Ce billet a été écrit en collaboration avec Pierre-Luc Bouchard, étudiant en réadaptation scolaire.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les meilleures universités selon le classement de Shanghai 2013


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?