LES BLOGUES

Le requin d'Orlando: la faute des Américains?

13/06/2016 10:11 EDT | Actualisé 14/06/2017 05:12 EDT

Les requins ne sont pas toujours ceux que l'on croit. Dans la nuit de samedi dernier, un dénommé Omar Mateen s'est approché des côtes de la Floride pour abattre 50 personnes et en blesser 53 autres. La grande majorité des victimes sont des homosexuel(le)s qui se trouvaient dans un bar fréquenté de la ville d'Orlando.

Tout le monde savait que l'homophobie était encore présente en Occident malgré des avancées majeures pour la reconnaissance des droits LGBT. Mais en fin de semaine dernière, qui aurait vraiment pu s'imaginer que l'homosexualité attirait toujours cette espèce de prédateurs? Obnubilé par des valeurs traditionalistes importées d'un autre monde, le requin d'Orlando a reniflé l'odeur de «l'immoralité» et procédé au massacre. Il s'est emparé d'une cinquantaine de vies innocentes pour satisfaire une conception de l'honneur aux origines moyenâgeuses.

Quelle leçon faut-il tirer des cet évènement?

Les attentats de Paris ne semblent pas avoir convaincu nos gouvernements d'opter rapidement pour un meilleur encadrement des groupes islamistes en Occident. Il est donc fort probable que le massacre d'Orlando ne devienne lui aussi qu'un simple mauvais souvenir dénué de réelle signification. Malheureusement, les sursauts populaires ne durent pas très longtemps: dans un monde où Kim Kardashian fait quotidiennement les manchettes, il demeure peu probable que cet évènement tragique redonne une conscience historique à nos peuples assoupis. Mais il n'est pas interdit de l'espérer.

Du moins, espérons que ce 12 juin ne devienne pas qu'un énième symbole de la politique laxiste des États-Unis en matière de contrôle des armes à feu. Effectivement, de tout analyser à partir de ce point de vue aurait pour conséquence de reléguer au second plan la cause principale de ce processus de radicalisation : à savoir l'idéologie islamiste qui gangrène actuellement les démocraties libérales. Rares sont les fusils qui viennent avec une idéologie : habituellement, cette dernière vient avec leurs utilisateurs.

Attention : il ne s'agit pas de s'opposer à ce que les Américains se dotent d'une politique plus sévère en matière de contrôle des armes à feu. Il est évident que la culture western qui prévaut dans plusieurs États nuit gravement à la paix sociale. De plus, bien des accidents seraient évités si le peuple américain ne faisait plus du deuxième amendement de sa constitution une véritable religion civile.

Il s'agit plutôt de constater que la mise sur pied de ce genre de programme n'empêchera pas tous les terroristes de poser des actes violents. S'il advenait que les fusils d'assaut soient totalement interdits aux États-Unis, les terroristes se montreraient seulement plus inventifs en usant d'autres moyens - une réalité déjà tristement corroborée par les attaques du 11 septembre perpétrées à partir des airs. De même, il ne faut pas oublier que la plupart des bombes artisanales utilisées par des groupes islamistes dans les dernières années ont été fabriquées à partir d'ingrédients presque banals achetés à l'épicerie du coin.

En gros, d'expliquer uniquement le massacre d'Orlando par l'échec des États-Unis en matière de contrôle des armes à feu reviendrait à occulter la haine viscérale des homosexuels véhiculée par l'islamisme. Non seulement ce réflexe reviendrait à faire indirectement du peuple américain le coupable de ce crime épouvantable, mais il traduirait le manque de clairvoyance de notre élite.

LIRE AUSSI:

» Carnage à Orlando

» Orlando: «Maman, je t'aime, je vais mourir»

» Qui est Omar Mateen?

» Orlando: la réaction de Trump fait polémique

» Les témoignages glaçants des rescapés de la fusillade

» Les 10 fusillades les plus mortelles aux États-Unis

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

  • Steve Lee pleure la mort des victimes de la tuerie lors d'une vigile à Orlando
    Steve Nesius / Reuters
  • Des policiers lourdement armés montent la garde en marge de la parade de la fierté gaie à Los Angeles
    David McNew / Reuters
  • Des résidents d'Orlando allument des bougies pour commémorer la disparition des 50 victimes
    Steve Nesius / Reuters
  • Une jeune fille observe la parade de la fierté gaie à Los Angeles derrière la fenêtre d'un autobus en tenant le drapeau arc-en-ciel
    David McNew / Reuters
  • Deux jeunes hommes, visiblement secoués, s'enlacent près des lieux du drame
    Steve Nesius / Reuters
  • Des membres du personnel médical reçoivent les corps des victimes au bureau du médecin légiste à Orlando
    ASSOCIATED PRESS
  • James Young, un policier, réconforte une citoyenne à la suite d'une vigile qui s'est tenue dans une église à Orlando
    ASSOCIATED PRESS
  • Dans un message de solidarité, le président américain Barack Obama a qualifié d'«acte de terreur et de haine» la tuerie
    ASSOCIATED PRESS
  • Dans le ciel, un message invite les gens à donner du sang
    Carlo Allegri / Reuters

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter